REVENIR SUR LE BLOCAGE ? “C’EST NON” RÉPOND Y.MONGABURU (Verts/Ades)

Les embouteillages sur les quais sont dus aux travaux au CHU selon Y.Mongaburu ...

"Revenir sur cette piste temporaire ? « C’est non, souligne Yann Mongaburu, président du Smmag" rapporte le "Dauphiné" (19/5/20). Pas question de bouger quoi que ce soit au blocage organisé des quais de l'Isère.

Cette situation "provisoire" sera prolongée au moins jusqu'en octobre. Mais Eric Piolle ne s'en cache pas. Ce sera définitif avant d'autres mesures coercitives pour asphyxier et polluer Grenoble.

Y.MONGABURU : Les EMBOUTEILLAGES DUS AUX TRAVAUX !

D'ailleurs Yann Mongaburu, le futur Roméo de la Métro qui veut succéder à Christophe Ferrari -chéquier de Piolle-  s'il reconnait du bout des lèvres quelques menus embouteillages, juge qu'ils sont liés aux travaux "au carrefour des hôpitaux qui ont un effet de congestion". 

N'est-ce pas lui le plus congestionné ? 

VOIE CYCLABLE : POUR ÉVITER DE CONGESTIONNER LA CIRCULATION

Car Attention ! Ces nouvelles voies cyclables ont aussi pour objet "d'éviter de  congestionner  la circulation automobile" (DL du 19/5/20). On se croit revenu au temps de l'URSS en matière de com' municipale. Pourtant la quasi unanimité des riverains protestent sous la plume de Jean-Benoit Vigny ( DL du 21/6/20) l'un d'eux résumant bien " quel intérêt à part augmenter la pollution?" 

UNE ÉCOLOGIE PUNITIVE SANS FONDEMENT

Se croyant réélu, Eric Piolle s'est attaqué aussi à Marcelin Berthelot, Jean Perrot et maintenant bd Clémenceau. Du haut de Sa Splendeur, de plus en plus éloigné de Grenoble, physiquement et intellectuellement, Eric Piolle inflige à la ville une écologie punitive sans fondement. 

A.CARIGNON : ABSENCE DE TOUTE ÉTUDE D'IMPACT PRÉALABLE

Comme l'a rappelé Alain Carignon lors du e-débat au John's bar mercredi soir " jamais aucune étude d'impact préalable n'est engagée sur les mesures prises. Pourtant au plan de la pollution, de l'économie, de l'emploi, de l'attractivité, il conviendrait de connaitre les conséquences avant de prendre les décisions. Ce que n'a pas fait Eric Piolle avec la fermeture de l'avenue Agute Sembat, il ne le fait pas ailleurs."

LA MÉTRO NE SERA PAS UN FACTEUR de RÉÉQUILIBRAGE

Pour Alain Carignon "réaliser une étude d'impact permet de corriger avant de mettre en oeuvre et de tenir compte du réel. Cela dépasse l'entendement de la majorité municipale". 

Ce ne sont pas des jours heureux qui attendent les grenoblois en cas de réélection de la municipalité Piolle. D'autant que Mongaburu ou Ferrari, il ne faut guère attendre un équilibrage quelconque avec le Président de la Métro.

C.FERRARI A FINANCÉ TOUTES LES OPÉRATIONS PIOLLE 

L'exécutif Métropolitain a fait preuve d'une servilité à toute épreuve pendant les 6 dernières années à l'égard de la municipalité Piolle. Rappelons que MM Ferrari et Ludovic Bustos, le chanteur de Poisat, ont financé la totalité de l'opération "fermeture" de Grenoble à Agutte Sembat et ont assumé les décisions de Piolle sans état d'âme. 

CRÉATION DE MULTIPLES ÎLOTS DE CHALEUR

Des aménagements réalisés à l'ancienne, avec des milliers de M2 de macadam, du béton pas du tout poreux, des arbres à minima créant de nouveaux îlots de chaleur à Grenoble qui n'avait pas besoin de ça.

FAVORISER LE CENTRE COMMERCIAL NEYRPIC 

Ce faisant ils sont également complètement  complices de Maurice Bansay, le président-fondateur du groupe Apsys, porteur du projet Neyrpic à St Martin d'Hères (24 000 M2 de surface commerciale...) qui vise "les habitants du Grésivaudan" car, doux euphémisme, "ils ont aujourd'hui du mal à accéder à l'hyper-centre" (!). 

et E.Piolle créa le désert...

 

LÉGITIMÉS POUR FAIRE N'IMPORTE QUOI

Plus on approche de l'échéance du 28 juin, plus le vote des Grenoblois devient crucial. La prise de conscience de ce qui les attend est vitale. Eric Piolle et les Rouge/Verts sont débridés et s'estiment légitimés par le premier tour  pour faire n'importe quoi. 

LEUR NOUVELLE ARROGANCE MIEUX PERÇUE des GRENOBLOIS ?

D'autant plus qu'ils ont tremblé pendant des mois en entendant gronder le mécontentement qui s'exprimait à livre ouvert et ne s'est pas traduit dans les urnes. 

Peut être la nouvelle arrogance qu'ils affichent sans fard, avec leur brutalité habituelle, va-t-elle être mieux perçue par les grenoblois ?  Qui en tireront les conséquences pour leur vote ?

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *