C.FERRARI (PS repenti) : LE SALAIRE DE LA PEUR

L'étau se resserre autour de Christophe Ferrari le Président sortant-potiche de la Métro. Le noeud coulant que lui a passé Eric Piolle en l'élisant en 2014 en échange de sa signature permanente pour tous les chèques réclamés et la prise de toutes les vice-Présidences importantes de la Métro (logement, déplacements, grands équipements, déchets, Urbanisme...) est en train de se tendre dangereusement.

LES ROUGE/VERTS ONT ÉTENDU LEURS BRAS

Les Rouge-Verts ont étendu les bras de leur pieuvre dans l'agglomération. S'ils engrangent au second tour St Egréve avec Laurent Amadieu (Verts) dans leur escarcelle, on voit mal comment ils renonceraient à s'emparer officiellement de l'exécutif.

D'autant que s'ils ont lamentablement échoué à St Martin d'Hères et à Echirolles, ils ont envoyé leurs sous marins dévoués dans une certain nombre de petites communes. Par exemple c'est l'un des leurs, Florent Cholat (Verts) qui s'est emparé de Champagnier. Ceux-là vont siéger dans le groupe Adis -dit des petites communes- afin de faire basculer celui-ci vers l'alliance avec les Rouge-Verts. Il ne sera pas le seul à agir dans ce sens.

UN C.FERRARI TRÉS AFFAIBLI PAR SA PRÉSIDENCE MOLLE

Eve Moulinier qui analyse les grandes manoeuvres (DL du 31/5/20) fait remarquer que même avec la victoire éventuelle de Guillaume Lissy (PS)à Seyssinet et de Philippe Cardin son candidat à Meylan, le groupe PS ne sera que le 3 ème de la Métro. Un Christophe Ferrari déjà très affaibli par sa présidence molle aurait beaucoup de mal à constituer une majorité avec une partie seulement du groupe ADIS, additionné aux élus PS et du PCF.

Y.MONGABURU (Verts/Ades) : DOGMATIQUE, VERBEUX, INEFFICACE

Yann Mongaburu (Verts/Ades) est le candidat imposé des Rouge/Verts à la Présidence de la Métro : l'un des plus dogmatiques, des plus verbeux et des plus inefficaces. Toutes ses actions sont des usines à gaz d'une lourdeur toute soviétique et il est passé à côté de toutes les innovations.

LA DISPARITION DE LA MÉTROPOLE DE LA COMPÉTITION

Comme Alain Carignon le lui a fait encore remarquer au Conseil Municipal , Grenoble est l'une des dernières grandes villes de France à ne pas disposer de vélos ou de trottinettes libre-service ! Un Yann Mongaburu Président acterait publiquement la disparition -déjà bien engagée- de notre Métropole de la compétition nationale et internationale.

A.CARIGNON, SEUL MAIRE de GRENOBLE PDT de L'AGGLOMÉRATION

En tout cas l'argument d'un élu selon lequel "historiquement l'agglomération n'a jamais eu de Président Grenoblois" (DL du 31/5/20) est totalement faux et ne peut pas être avancé pour l'empêcher. Au lendemain de son élection de Maire, en mars 83, Alain Carignon avait cassé cette tradition ce que n'avait pas réussi son prédécesseur, H.Dubedout, ni son successeur, Michel Destot. L'actuel opposant à Eric Piolle était devenu Président de l'agglomération.

C.FERRARI JOUE LA GAUCHE

Selon Eve Moulinier certains opposants envisageraient de sauver le soldat Ferrari en occupant au passage -ou avec cet objectif ?- quelques postes rémunérateurs.... Ces politicailleries, éloignées des électeurs n'ont aucun avenir. Comme il le rappelle lui-même Christophe Ferrari "est à gauche" et doit donner des gages au PS qu'il avait renié quand la mode changea. N'avait il pas éjecté Fabrice Hugelé sans ménagement pour complaire à Eric Piolle ?

O.NOBLECOURT (PS) CHIFFON ROUGE ET BOULET

Au passage le tentative d'Olivier Noblecourt (PS) -qui annonçait après le premier tour "rechercher un emploi"- de se frayer vers une Vice-Présidence de la Métro pour solutionner son problème personnel ne soulève pas l'enthousiasme non plus. Malgré ses déclarations cumulées "à gauche toutes" afin d'être compatible, il est un chiffon rouge pour les Rouge/verts et un boulet pour C.Ferrari. Mal parti aussi.

LES ROUGE/VERTS VONT TOUT REVENDIQUER

De toute façon, si le groupe des Rouge-Verts renforcé par St Egrève et des représentants de petites communes est largement le premier, il ne fera pas de cadeau et revendiquera la Présidence qu'il pourra occuper en cédant le minimum de Vice Présidences importantes.

En 2014 il ne pesait pas assez pour prendre officiellement le pouvoir. La formule "Ferrari" lui convenait, ne le gênant en aucune manière. Eric Piolle n'ayant pas plus de considération pour le Président de la Métro qu'il n'en a pour quiconque.... En 2020, si le second tour confirme le premier, il lui fera payer le salaire de la peur.

UNE PAGE CATASTROPHIQUE POUR L'ÉCONOMIE du TERRITOIRE

La page qui s'ouvrirait serait catastrophique pour l'économie et l'emploi dans le bassin Grenoblois. L'irresponsabilité des acteurs est suffisamment connue pour ne pas y revenir : Grenoble a disparu du tableau de solde positif des 30 premières villes de France qui créent des emplois depuis... 2014.

A Grenoble comme dans les communes concernées par le second tour, ce sont les citoyens qui détiennent la clef de leur propre avenir.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *