ENCORE UN FLOP POUR LE BUDGET PARTICIPATIF

Malgré une communication à outrance, les Grenoblois n'ont pas été au rendez-vous. Source de l'infographie : site de la Ville de Grenoble.

Le vote pour les projets du budget participatif a encore été boudé cette année par une immense majorité de Grenoblois, malgré l'autosatisfaction d'Eric Piolle.

4825 VOTANTS : 1700 DE MOINS QU'EN 2019

Seulement 4825 ont voté pour choisir des projets, alors qu'ils étaient 6500 en 2019... et 4800 en 2020, pourtant une année COVID ! Et ce alors que des centaines de milliers d'habitants peuvent voter (tous les plus de 16 ans). L'autosatisfaction de façade d'Eric Piolle et un article du Dauphiné Libéré complaisant ne trompent personne : les Grenoblois ont bien compris l'entourloupe et boudent ce simulacre de démocratie.

LA PARTICIPATION CITOYENNE TUÉE PAR ERIC PIOLLE

Car plus personne n'est dupe : la participation citoyenne est un leurre à Grenoble, où on donne l'illusion du choix pour des détails (la Municipalité préselectionne les projets soumis au vote...) mais on impose les projets les plus importants comme la bétonisation massive des quartiers de la ville. Les instances de démocratie locale historique, comme le CLUQ et les unions de quartiers, sont quant à elle étouffées à petit feu. 

Les immeubles construit à la place des villas cours de la Libération (ilot Galtier) : la Municipalité n'a pas écouté les milliers de riverains pétitionnaires opposés et envisage des projets identiques le long de tout le Cours.

UN MAIGRE BILAN POUR LE JOUR DE l'ANNIVERSAIRE DU TRAM A

Une poignée de Grenoblois qui votent pour des projets mineurs qui ne révolutionneront pas la ville. Ironie du sort : ce bilan a été annoncé hier, le 5 septembre... soit le jour de l'anniversaire des 35 ans de l'inauguration du tram A, où 100 000 personnes avaient salué cet évènement dans les rues ! Un projet exemplaire en matière de consultation des Grenoblois puisque le Maire d'alors, Alain Carignon, avait soumis le projet à référendum. Le oui l'avait emporté à 53%.

Le tramway réalisé par Alain Carignon a été une réussite à tous les niveaux, faisant la une de grands médias nationaux.

ERIC PIOLLE VEUT REMANIER LE DISPOSITIF

Pour tenter de gonfler les chiffres, Eric Piolle a ainsi annoncé que le vote serait prolongé de quelques semaines l'an prochain. Et aurait ensuite lieu tous les deux ans, avec un budget passant de 800 000 euros à 1.8 millions d'euros (dans une ville aux finances exsangues). Le prochain budget participatif à gros budget aurait donc lieu en 2025... soit quelques mois avant les élections municipales, pour arroser un maximum de personnes. La ficelle est grosse.

DES PROJETS QUI POINTENT LES ÉCHECS DE LA MUNICIPALITÉ

"Des places à l'ombre des arbres", des "coulées vertes", un projet pour "rafraichir Grenoble"... Les différents projets retenus par les Grenoblois pointent un problème majeur, que la Municipalité ne cesse d'aggraver : le manque d'espaces de respiration et d'espaces verts à Grenoble. La ville est devenue première de France (hors Paris) pour les ilots de chaleur, mais la bétonisation se poursuit à outrance contribuant encore à la réchauffer. Les habitants désespérés se raccrochent donc au budget participatif pour obtenir quelques maigres avancées, qui pèseront bien peu face aux nouveaux programmes immobiliers créateurs d'ilots de chaleur et destructeurs d'espaces verts... encouragés par la majorité municipale et métropolitaine. 

La carte des ilots de chaleur à Grenoble publiée par Le Dauphiné. Et c'est de pire en pire avec la politique de densification imposée par la Municipalité et la Métropole.

LE HANDICAP IGNORÉ PAR LA VILLE

À noter aussi le projet "mieux vivre avec un handicap", qui vise à équiper les lieux qui accueillent les enfants porteurs de handicap (MJC, périscolaire, ludothèques) avec du matériel qui favorise leur inclusion. On comprend donc entre les lignes que la Municipalité ne le fait pas d'elle-même, montrant une fois de plus toute la considération des élus "humanistes" pour les plus fragiles d'entre nous.

En avril, des parents d'enfants porteurs de handicap ont été contraints de lancer une pétition contre la discrimination de leurs enfants dans les structures de "l'arc humaniste".

DOUBLE-ÉCHEC POUR ERIC PIOLLE

Une participation des Grenoblois ridicule, des projets qui mettent en lumière les échecs du système Piolle et les problème de Grenoble. Cette édition du budget participatif est un double coup de semonce pour une majorité municipale à la dérive, qui n'aura décidément enregistré aucun succès depuis le début du mandat et va de désaveu en désaveu. Et la route est encore longue...

 

 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.