LES PARENTS D’ENFANTS HANDICAPÉS LANCENT UNE PÉTITION à E.PIOLLE

Depuis plusieurs années les parents d'enfants porteurs de handicap font face à des refus des MJC Grenobloises lors de leur demande d'inscription de leur enfant pour les vacances scolaires ou le périscolaire ainsi que dans les cantines scolaires.

LES ENFANTS HANDICAPÉS SONT REFUSÉS 

Ils constatent que  des enfants sont refusés par les structures alors même qu'il reste des places disponibles. Les MJC avancent ne pas obtenir suffisamment de budget de surencadrement  pour accueillir les enfants porteurs de handicap dans des conditions acceptables. Elles font également face à une pénurie d'animateurs ayant la formation BAFA pour encadrer ces enfants.

LE REFUS EST UNE DISCRIMINATION 

Pourtant les communes, selon la loi , ne peuvent pas refuser  un enfant dans des activités périscolaires ou à la cantine au motif qu'il est handicapé, ce qui serait une discrimination.

L'insuffisance de la politique d'accueil vis-à-vis des enfants en situation de handicap a d'immenses conséquences sur le travail des mères, en particulier dans les familles monoparentales : cela les contraint à travailler à temps partiel, ou à ne pas travailler du tout, contribuant ainsi à la fragilité économique des familles ayant un enfant handicapé. 

 

 POUR EN FINIR AVEC LE REFUS DE L'ACCUEIL

Après avoir tout tenté , les parents grenoblois d'enfants handicapés ont lancé une pétition à Eric Piolle pour essayer d'être enfin entendus : "Pour en finir avec la discrimination par le refus d'accueil des enfants porteurs de handicap en MJC, centres de loisirs et périscolaire".

AUGMENTER LES EFFECTIFS DANS LES CANTINES

Ils demandent à la municipalité d'agir enfin notamment en subventionnant à proportion toutes les organisations socio-éducatives pour qu'elles puissent accueillir les handicapés. Et aussi "d'augmenter les effectifs qui relèvent de la responsabilité de la ville dans les cantines scolaires, et d'améliorer la formation des personnels d'encadrement, l'aménagement du bâtiment et l'organisation du service de manière à assurer la sécurité des enfants handicapés."

LA VILLE N'EST INCLUSIVE QUE DANS LES DISCOURS

N'est-ce pas un minima dans une ville dite " inclusive" à longueur de discours? Mais dans ce dossier aussi le discours masque des décisions qui sont sans rapport comme on l'a constaté avec la suppression de nombreux feux de croisement qui rendent si difficile la traversée de tant de carrefours pour les personnes à mobilité réduite. 

Il faut donc aider ces parents en signant la pétition 

C'est le seul moyen susceptible de faire bouger le leader de l'arc dit " humaniste". Puisque le message au coeur ne peut jamais atteindre son objectif. 

 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.