LÉGISLATIVES: ÉLISA MARTIN BLOQUE LA CANDIDATURE PIOLLE

 

La décision arrêtée par les Insoumis est lourde de conséquences pour Eric Piolle qui n'avait pas fermé la porte à une candidature en juin à l'élection législative dans la 3eme circonscription : Elisa Martin, sa Première Adjointe sera la candidate de Jean-Luc Mélenchon. S'il devait y aller au nom des Verts pour se sortir de l'impasse municipale, il lui faudrait affronter son numéro 2 à la ville. 

EMBARRASSÉ PAR SON PROÇÉS EN CORRECTIONNELLE 

Déjà embarrassé dans sa décision par son procès en correctionnelle du 1er mars prochain où il comparaitra pour soupçon de favoritisme, cette nouvelle le plombe un peu plus. Se battre dans un scrutin avec le jugement qui pourrait intervenir en pleine bataille et entre élus municipaux , ça fait beaucoup. 

LE REFUGE AU PARLEMENT EUROPÉEN EN 2025 

Le plus probable étant donc le refuge vers la liste Européenne de 2025 pour laquelle il aurait négocié la tête de liste avec Yannick Jadot: où sera le leader des Verts en 2025 pour tenir sa promesse dans un parti imprévisible? En tout cas obtenir un siège ne sera pas une difficulté sur le modèle de son cousin et ami Pierre Larrouturou, le faussaire, qui est enfin aux abris au Parlement Européen pour se refaire une santé financière et peut donc faire profiter la terre entière de ses théories fumeuses sans conséquences, puisque jamais appliquées par personne. Ils seront deux. 

à Villeneuve des manifestants se sont même accrochés à son vélo 

 

HUÉ à VILLENEUVE ET à la PATINOIRE POLESUD

Mais l'épisode de samedi à Villeneuve où Eric Piolle est parti sous les huées, intervenant après celui de la patinoire Polesud ou il avait essuyé une humiliante bronca ne rend pas la décision politique si facile.  Sa Suffisance pense au fond d'elle que les grenoblois ne le méritent pas. Il se voit mal supporter encore 3 ans de telles mises en cause personnelles. Car au lieu d'en supprimer les causes en traitant les problèmes - l'idée simple qui viendrait à tout type normalement constitué - Eric Piolle s'obstine.

LA PAPOTHÉQUE : LE SYMBOLE DE SON INCAPACITÉ d'ÉCOUTE 

La réponse qu'il a faite à Anouchka Michard, la responsable de la Papothèque illustre parfaitement son incapacité d'adaptation : si la structure d'économie sociale et solidaire disparait d'un quartier ou elle était le dernier maillon avant ghettoïsation complète, c'est parce qu'elle n'est pas entrée dans son moule à Lui. Alors que comme Président d'Actis qui lui louait les locaux, Maire de Grenoble et aux postes clefs de la Métro, ils dispose de tous les moyens pour s'adapter au projet qu'elle portait, si indispensable là ou les dealers prennent le pouvoir. Pour ne citer qu'un exemple symbolique.

Clément Chappet ( au centre) à la rencontre d'habitants de Flaubert 

 

Emilie CHALAS ( LREM) : UNE DÉPUTÉE EN SURSIS

Mais l'enjeu de la 3ème circonscription est évidemment considérable car si Eric Piolle n'y va pas au final qui va représenter les Rouge/Verts?  En 2017 au premier tour,  Raphaël Briot (FI) avait battu Soukaïna Larabi (Verts) sur fond d'élimination de Michel Destot (PS). S.Larabi, alors nouvelle égérie des Verts à l'époque a disparu des radars depuis, selon les mystérieuses méthodes de la secte.  Au second tour Emilie Chalas, totalement inconnue, avait été élue dans la vague Macron. Aux élections municipales elle a fait un bide retentissant dans sa circonscription se classant souvent 4ème derrière Eric Piolle, Alain Carignon et Olivier Noblecourt. Avec des scores calamiteux dans les quartiers où elle a été à la fois absente et inefficace. La visite de Jean Castex n'a pas pu la rassurer. Macron réélu ou pas, on voit mal qu'elle puisse, sans aucun assise personnelle, sauver son siège. 

CLÉMENT CHAPPET : UN ESPOIR POUR L'OPPOSITION MUNICIPALE 

D'autant qu'à droite et au centre, le choix de Clément Chappet, jeune attaché, annoncé hier (DL du 30/1/22) déjà candidat aux élections départementales où il avait imprimé sa marque personnelle par une présence de terrain remarquée, change la donne. En s'appuyant sur le travail du groupe d'opposition auquel il participe au premier plan, il est en mesure d'incarner le vote de tous ceux qui veulent s'opposer clairement à la politique municipale. Depuis les élections municipales, on peut penser que le premier groupe d'opposition, par son travail, a plutôt conforté son avance. En réalité le choix devrait se situer entre lui et le bloc de la gauche extrême (Verts+LFI). Bien entendu demeure l'incertitude sur l'abstention dans les quartiers qui est le principal atout du statut quo pour la gauche. 

LE TRAIT EST DÉJÀ TIRÉ SUR LE RÉGNE PIOLLE 

L'entrée en scène d'Elisa Martin est un nouveau coup pour Eric Piolle. Outre les législatives dans la 3ème circonscription, elle installe les Insoumis en force dans la coalition municipale dominée par les Verts/Ades d'Avrillier. Elle permet aux partisans de Mélenchon de peser pour l'avenir aussi. Avec le conflit sur le Burkini ou ils font reculer Piolle, qui a entrainé la démission de Chloé Le Bret, le groupe des historiques de l'Ades depuis 1995 (Fristot, Garnier et leurs affidés d'aujourd'hui) est placé sur la défensive. Bref, le trait est déjà tiré sur le règne de Piolle. Manque plus que lui-même le comprenne et en tire les conséquences. Le plus tôt serait le mieux pour Grenoble.

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.