ILE VERTE, NOYAREY, ECHIROLLES… LES DEGÂTS de L’URBANISME “VERT”

 

Si beaucoup se sont laissé faire, écrasés par la machine municipale, beaucoup résistent à la bétonisation de la ville et de la Métropole. A L’Ile Verte les habitants s’opposent à la disparition d’un espace vert. A Echirolles un collectif est actif pour défendre la frange verte menacée. A Noyarey des panneaux fleurissent dans le village : « on densifie le village «  qui compte 145 logements neufs entre 2020 et 2022. Un nouveau projet de 55 Logements dans une petite rue est la goutte d’eau de trop. Les habitants réclament un espace vert.

LES ÉLUS QUI VOTENT LE PLUI S'ÉTONNENT DE SON APPLICATION

Chaque fois la réponse hypocrite est la même. A Noyarey, comme partout les élus sont unanimes pour « défendre «  les habitants. Au chevet du village on voit dans le DL  le sénateur Guillaume Gontard (Verts)  la députée Émilie Chalas  (LREM) et même … Ludovic Bustos, vice-président (PS) à l’urbanisme de la Métro. Comme le résume  la maire, Nelly Janin Quercia, le projet est en conformité avec le PLUi et les différentes réglementations et elle ne peut que regretter que « les réglementations soient standardisées et ne me laissent aucune marge de manœuvre ».

UN PLUI UNIFORMISATEUR ET "BÉTONNEUR" 

Mais qui donc définit, vote ou soutient ce PLUI ? Ludovic Bustos, Guillaume Gontard, Emilie Chalas… C’est à eux que l’on doit un PLUI « bétonneur «  et uniformisateur de toute la Métropole. Un PLUI qui a choisi la densification ce dont les élus Verts se font les porte drapeaux en toutes circonstances. En effet pour eux la concentration évite les déplacements, sert les transports en communs, supprime le fameux étalement urbain. Le Sénateur Gontard en particulier qui appartient à cette école de pensée est un beau Tartuffe Piollesque. 

LES ASSOCIATIONS SE LAISSENT ENFUMER

Ces élus, selon le DL, « ont donné des pistes pour la négociation « (!)  à l’association « Bien vivre à Noyarey ». Laquelle a gobé. Comme partout. A ST Egrève des habitants ont vu disparaître la vue sur les montagnes et le soleil au nom des mêmes principes.

A GRENOBLE MÊME UN PARC VA ÊTRE URBANISÉ

A Grenoble, partout la densification fait les mêmes dégâts. Des quartiers nouveaux entiers sortent du sol sans espaces verts ou à portion très congrue. Quand ils ne sont pas supprimés comme quartier Châtelet. A Jean Macé le parc Tarze va être urbanisé. Vous avez bien lu. Sur la Presqu’ile les nouveaux habitants de « l’écoquartier » auront droit à 1M2 d’espaces verts par habitant.

CHORIER-BERRIAT : POURSUITE de la DENSIFICATION

A Berriat -contrairement à ses engagements- la municipalité Piolle a poursuivi les projets densificateurs de M.Destot sur l’ilot Raymond, elle a refusé le projet de jardin de « jardin de l’Abbé « proposé par les habitants préférant laisser construire.  Elle a laissé les dérogations permettre de sur densifier la rue Raspail

RUE HEILBRONNER : DENSIFICATION ENCORE 

Rue Helbronner les habitants ne savent pas non plus se défendre, comme ceux de Noyarey. Ni ceux de la copropriété Poincarré l’Abbaye  face à laquelle Vincent Fristot (Verts/Ades) a laissé faire un immeuble de 8 étages, les privant définitivement du soleil. La faute au … PLUI toujours selon Vincent Fristot qui en est l’auteur. Adjoint à l’Urbanisme sous Destot, chargé de l’urbanisme à la Métro depuis 2014 …

ILOT GALTIER : LES JARDINS RASÉS  

Sur l’ilot Galtier tout ce qui ressemblait à un jardin, à un espace vert a été détruit. Rue Vaujany au Rondeau un espace vert est urbanisé. Avec l’extension du camp de ROMS à côté, pas besoin d’espaces de respiration ?

ECHIROLLES : LA FRANGE VERTE MENACÉE

A Echirolles la « frange verte » « est menacée. Sur les  terrains Colas/Reynier/Villard,  235 nouveaux logements doivent être construits avec pour seul et unique point d’entrée/sortie  la partie sud de la rue Guy-Môquet. Le PLUI toujours. Comme si Echirolles qui se porte si bien en termes de qualité de vie avait un impératif besoin de poursuivre sa densification.

GRAND ALPES : ON CONTINUE CE QUI ECHOUE 

Mais à Meylan -malgré les déclarations apaisantes de Philippe Cardin le nouveau Maire PS- à Seyssins, partout la normalisation par la densification se poursuit.  Les projets sous des appellations trompeuses «  Grand Alpes «  dans le sud de Grenoble « les Portes du Vercors» pour Fontaine-Sassenage ont le même objectif : rendre inéluctable cette entassement qui tire vers le bas et rend de plus en plus invivable et ingérable la Métropole.

L'ILE VERTE N'AURA DE "VERT" QUE LE NOM

Le cas du quartier de « l’Ile Verte » à Grenoble est emblématique : les villas disparaissent une à une, les immeubles poussent et le quartier n’aura bientôt de « vert » que son nom. Même des cités HLM paisibles comme « Les Vignes » sont normalisées à la baisse par les attributions irresponsables d’Actis (Présidents E.Piolle et E.Martin) pour en faire une cité à problèmes comme les autres. 

L'ABSURDITÉ DE LA THÉORIE DE L'ENTASSEMENT MAXIMUM

Seul le groupe de la société civile, divers droite et centre d’Alain Carignon s’oppose au PLUI aux Conseils Métropolitain et municipal. Il est le seul à dénoncer l’absurdité des théories de l’entassement maximum qui ont toujours échoué depuis Villeneuve (années70)  jusqu’à la Presqu’ile (2020) en passant par Vigny-Musset Bonne et demain Flaubert. 

SANCTUARISER LES ESPACES de RESPIRATION

L’arrêt ne pourra intervenir seulement si, de Noyarey à Echirolles, les victimes ne se laissent plus enfumer. Si elles intègrent que leur combat ne peut être que global en réclamant des élus  Verts/PS/PC qui dirigent la Métro un  PLUI qui reconnaisse la diversité des communes de l’agglomération et sanctuarise tout espace de respiration encore disponible. Simple.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *