BUISSERATE : LE SEUL JARDIN à DÉFENDRE N’EST PAS à GRENOBLE

Les Verts Grenoblois défendent un jardin à... St Martin le Vinoux! ( le DL du 14/10/20)

Les jardins de la Buisserate à St Martin le Vinoux sont en passe de devenir un enjeu «  Vert » de l’agglomération. On a même vu Jean Jonot, un vétéran du systéme Avrillier en tête avec « les Amis de la Terre «,  « France Nature Environnement «  exceptionnellement de sortie, avec quelques autres, manifester pour les défendre.  Les zadistes évacués de Roybon envisageraient de s’y installer. C’est dire.

Sylvain LAVAL (PS) SUCCESSEUR de Y.MONGABURU (VERTS/Ades)

Le malheureux Maire, Sylvain Laval, qui assume visiblement un projet de son prédécesseur, Yannik Ollivier   -lui-même  Vice Président de la Métro avec les Verts ( !)-  est considéré comme un renégat puisqu’il a plus que flirté avec le pouvoir Macronien. Il est  lui aussi Vice-Président de la Métro dans le groupe de Christophe Ferrari et a commis le crime- de lèse-sous-majesté de devenir président du syndicat des déplacements, infligeant un camouflet à Yann Mongaburu (Verts/Ades) en osant lui succéder. ça fait beaucoup pour un seul homme.

Entre Jean Macé et la presqu'ile densifiée ce dernier espace de respiration va bientôt être urbanisé aussi: personne pour le défendre

F.MALBET ( Verts/FI): LES ESPACES VERTS N'ONT PAS D'IMPORTANCE 

Le Rouge/Verts mobilisent donc tout à coup pour défendre un espace verts alors que l’un des leurs – Fabien Malbet – expliquait encore par tweet qu’Alain Carignon n’avait rien compris en jugeant aussi la politique communale de l’environnement sur le nombre d’espaces de respiration.

 LES ÉLUS VERTS : LE CHOIX DE LA BÉTONISATION à OUTRANCE

Jusque-là  Vincent Fristot, Christine Garnier les élus Verts/Ades qui gérent l’urbanisme depuis un quart de siècle défendaient partout cette bétonisation à outrance. C’est même le choix du PLUI. Partout ils ont étouffé les protestations des habitants qui perdent le soleil et la vue sur les montagnes.

" L'éco-quartier " de la presqu'ile attend son modeste jardin depuis 4 ans. Selon Vincent Fristot toutes les nouvelles constructions devaient permettre d'avoir le soleil et de voir les montagnes: promesse tenue....

PARTOUT LE CHOIX DU BÉTON CONTRE LES ESPACES DÉBITUMÉS

Grenoble est emblématique de cette marche forcée. La réduction du parc Hoche, l’ opération de 2000 logements ( !) à Flaubert sans un parc supplémentaire, le refus de transformer un parking en jardin à Berriat au profit de l’immobilier, la densification avec l'ilot Raymond dans le même quartier, la destruction des jardins avec Galtier... partout le choix du béton a prédominé. Même les autoroutes à vélo ont développé les ilots de chaleur avec des espaces végétalisés à la portion congrue et un béton même pas poreux. 

Jardins et arbres détruits cours de la Libération pour densifier encore un quartier déjà très dense: silence dans les rangs des Verts locaux....

LES ORGANISATIONS DE DÉFENSE SILENCIEUSES à GRENOBLE

On n’a évidemment jamais  vu ces « organisations » présentes à St Martin le Vinoux à aucune de ces étapes. Elles jouent le rôle d'officines de la majorité municipales. Seule « Vivre à Grenoble » avec Bruno de Lescure a parfois protesté contre certaines opérations, mais rentrant tout de même vite dans le rang. 

CHÂTELET: DISPARITION D'UN ESPACE de RESPIRATION

Un silence pesant entoure les habitants de la Presqu’ile qui pétitionnent parce qu’ils attendent depuis 4 ans leur misérable jardin. Personne ne s’est interposé quartier Châtelet quand les bulldozers de Piolle ont détruit le dernier espace de respiration d’un quartier populaire dense. 

Châtelet: cet espace de respiration a été bétonné dans ce quartier populaire qui en manque tellement: N.Kada ne veut pas répondre sur ce qui reste en M2 d'espaces verts...

N.KADA (Verts/FI) : L'OPACITÉ de L'APPARATCHIK de SERVICE

Au dernier Conseil Municipal Alain Carignon a encore demandé à Nicolas Kada le «nouvel » Adjoint à l’Urbanisme ( Verts/FI) combien de M2 d’espaces verts ont été réservés sur les 4 hectares de l’opération immobilière .Il attend toujours la réponse parce que cet apparatchik est de tous les mauvais coups depuis un moment.

E.PIOLLE VEUT URBANISER LE PARC Henri TARZE 

Ni les Amis de la Terre, ni France Nature Environnement n’ont fait le déplacement pour sauver le parc Henri Tarze,  quartier Jean Macé,  qu’Eric Piolle n’a pas encore pu dépolluer depuis 6 ans et qu’il a décidé  d’urbaniser. Tout simplement !

E.Piolle veut urbaniser le modeste parc Tarze dans le quartier Jean Macé: ils préfèrent s'occuper de la Buisserate...

EGOÏSTES LES DÉFENSEURS DES ESPACES LIBRES

Jusque là les élus Verts accusaient toujours d’égoïstes ceux qui défendent les espaces libres. Ce sont ceux qui refusent des logements aux malheureux  qui en manquent et ce sont des assassins de la planète en favorisant l’étalement urbain. Peu importe que ces dogmes soient faux puisque le nombre de demandeurs de logements ne baisse jamais.

LEURS DISCOURS S’APPLIQUE PARTOUT SAUF à St MARTIN le VINOUX

Peu importe qu’au temps des épidémies le besoin d’espace soit encore plus essentiel et qu’on peut penser résoudre la question des déplacements par des moyens doux. Mais leur discours s’applique partout sauf…  à St Martin le Vinoux qui n’est pourtant pas la commune de l’agglo la moins verte et la plus populaire…

Alain Carignon se bat pour la préemption de ce bâtiment en vente sur le Bon Coin(!) afin d'empêcher l'urbanisation de la Bastille, Ou sont les Verts?

E.PIOLLE LAISSE URBANISER LA BASTILLE

Par contre l’opération immobilière de la Bastille ne les gêne pas ! Il suffirait de préempter les friches actuellement en vente pour éviter les constructions et sauvegarder cette montagne de la biodiversité accessible à tous les Métropolitains. La pétition qui mobilise nombre de Grenoblois ne rencontre aucun soutien des amis du clan au pouvoir local.

GRENOBLE PREMIÉRE VILLE CENTRE POUR LA DENSITÉ

La démonstration de leur cynisme et de leurs agissements sur commande (de qui ?) est bien établie. On n'a pas vu Jean Jonot et ses amis élus Verts/Ades à l’assaut de cette montagne pour la sauver. Résultat , Grenoble est devenue la ville centre la plus dense de France , hors Région parisienne. Quel succès. Il se mesure à la qualité de vie apaisée de sa population.

Rue Helbronner , l'immeuble du 26 devrait voir disparaitre cet ilot de verdure en face de lui pour laisser place à la construction d'un immeuble de 6 étages : ou sont les défenseurs des quartiers et des espaces de respiration?

RUE HELBRONNER: PERDRE LE SOLEIL et les MONTAGNES

Dans le quartier Villeneuve, rue Paul Helbronner les habitants de l’immeuble du 26 protestent en vain jusque là contre la suppression face à eux d’un petit bâtiment professionnel, la destruction du jardin et de ses arbres centenaires pour réaliser une opération immobilière qui va les priver de soleil et de la vue sur les montagnes . Dans un quartier populaire hyper densifié ou les copropriétés de ce type sont des trésors à préserver si on veut un jour espérer retrouver une mixité sociale.

ILS ABANDONNENT AVEC CYNISME LES GRENOBLOIS de VILLENEUVE

Les mêmes qui défendent les jardins de la Buisserate abandonnent avec cynisme ces grenoblois à leur triste sort. Comme ils ont abandonné tous les habitants qui se sont défendus en vain à Grenoble et dans toutes les communes de l’aggloméation ( St Egrève, Echirolles…) contre cette folle densificatrice qui se poursuit.

le classement de l'UNEP qui fait référence

UNEP : GRENOBLE LANTERNE ROUGE DES VILLES VERTES

Christine Garnier, Vincent Fristot -Pierre Kermen et Raymond Avrillier avant eux-  ces élus Verts/Ades qui régnent sur l’urbanisme et le logement de la ville depuis un quart de siècle ( !) ont poursuivi inlassablement leur politique destructrice qui aboutit au classement de l’UNEP faisant de Grenoble la lanterne rouge des villes vertes .

LE LABEL " VILLE VERTE" NE CHANGE PAS LA RÉALITÉ

La tentative récente de donner le change avec le label de « capitale Verte » ne change rien à ce fait. L’absence de toute vérification des critères, le mystère sur le jury, l’étrange absence de toute ville importante de la compétition – Grenoble succède à Lahti en Finlande , ville inconnue- démontrent que ce label pose plus de questions qu’il n’en résout.

LA BUISSERATE: DÉMONTRER QUE NOS VERTS ONT LA FIBRE

La tentative de créer un abscès de fixation à St Martin le Vinoux, chez Sylvain Laval, par les sous-marins de Piolle,  ressemble à la parabole de la paille et de la poutre. Elle éclaire bien le marketing local , les méthodes pour détourner l’attention. Comme les 1500 M2 de cour d’école végétalisée à Clémenceau sont là pour faire  oublier toutes celles qui sont réduites, tous les ilots de chaleur créés, la défense des jardins de la Buisserate est censée démontrer au gogo que nos Verts ont de la fibre.

 PERSONNE POUR COMPTABILISER LES ESPACES PERDUS

 Pendant ce temps personne ne liste les jardins perdus, les espaces verts sacrifiés, les arbres abattus, le nombre d’habitants qui perdent la vue sur les montagnes et le soleil à Grenoble. Aucun observateur, aucune association  ne va déambuler dans les chantiers de Flaubert ou de l’ilot Raymond , ou de la Presqu’ile, ou à Chatelet  pour voir ce qui sort ou ce qui est sorti de terre à Grenoble et comptabiliser les espaces de respiration qui disparaissent.

SE LIBÉRER DE CETTE COM’ INFANTILISANTE

Jusqu’à quand cette cécité et ce systéme d’obstruction de la réalité seront ils efficients ? Quand ces agissements groupusculaires seront-ils dénoncés? A partir de quelle date les grenoblois se libéreront -ils de cette com’ infantilisante, qui use de tous les ressorts connus pour les faire marcher ? Personne ne sait quand.  Mais c’est inéluctable. 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *