HLM : E.PIOLLE POURSUIT SA MAIN MISE SUR ACTIS

Mauvaise nouvelle pour les locataires des HLM : Elisa Martin la Première Adjointe s'est fait discrètement élire Présidente d'Actis le principal organisme HLM de la ville le 14 octobre dernier, révèle Place Gre'Net. Succédant à ... Eric Piolle. 

Pas de changement donc, les Rouge/Verts grenoblois, maintiennent leur totale main-mise sur le logement social qu'ils exercent pratiquement sans discontinuer depuis... 25 ans.

DEPUIS 25 ANS AU POUVOIR SUR L'URBANISME et le LOGEMENT

En effet dans les municipalités Destot ils ont été très fréquemment Adjoints au Maire au logement (Raymond Avrillier) à l'urbanisme (Pierre Kermen, Vincent Fristot) ou Président de l'OPHLM (Maryvonne Boileau). Il s'agit pour eux de constituer un réservoir électoral. 

VERROUILLAGE COMPLET AVEC N.BERON-PEREZ

Le verrouillage est si complet que Nicolas Beron-Perez (PCF) chargé du logement à la ville et à la Métro comme Vice-Président, est aussi Vice Président d'Actis. Avec son cumul de postes il y a au moins un chômeur de moins. 

E.PIOLLE A REFUSÉ LE CONTRÔLE de L'OPPOSITION

Eric Piolle avait refusé que -contrairement à la tradition-  le principal groupe de l'opposition soit représenté au conseil d'Actis par un administrateur afin d'exercer un contrôle. Il veut tout le pouvoir. 

Il s'agit pour eux de poursuivre la ghettoïsation des quartiers, stratégie politique de constitution d'ilots hors de la République et de ses règles. Ces territoires de déstabilisation de l'Etat participent de leur vision révolutionnaire de la prise du pouvoir. 

Alain Carignon a dénoncé à plusieurs reprises au Conseil Municipal le fait qu'Eric Piolle ait monopolisé 97 % des représentations de la ville pour sa majorité qui ne représente que 53% des Grenoblois, refusant la présence de l'opposition pour le contrôler

LES GAUCHOS/BOBOS à VÉLOS et les QUARTIERS GHETTOÏSÉS

Leur avancée politique repose sur deux pans de la population: d'une part les gentils -gauchos- bobos à vélo préoccupés par la planète, prêts à mettre 110 000 € d'argent public pour des toilettes sèches ou les fessiers seront aérés à l'éolienne, dans une ville qui croule sous la dette, l'impôt et dont les équipements publics de première nécessité s'effondrent, et d'autre part tous ces quartiers devenus invivables, qui appauvrissent chaque jour les malheureux propriétaires de la classe moyenne. 

DEUX VICTIMES DE LA POLITIQUE CONDUITE

Ces deux pans ne se rencontrent pas, sauf à la marge, pour les consommateurs aisés de cannabis qui croisent les dealers. Il s'agit d'alliés qui s'ignorent et sont tous les deux les victimes de la politique conduite.

S'agissant des quartiers le bilan parle de lui-même. Après un quart de siècle de gestion par les élus PS, PC, Verts/Ades jamais leur dégradation n'avait atteint un tel niveau. Malgré cela la continuation est brutale, quasi-sauvage. 

VILLENEUVE : DE "L'HOMME NOUVEAU" au RETOUR à la TRIBU

Chaque fois, sous des noms d'emprunt, la même politique est poursuivie. D'abord Villeneuve encensée par la gauche à sa création, d'où devait naitre "l'homme nouveau." Ce fut le retour à la tribu avec l'expédition punitive à l'arme blanche pour assassiner Kevin et Sofiane

TOUJOURS DES NOMS POUR TROMPER

Puis le Lys Rouge, l'Alma, toujours plus grand avec Vigny-Musset, puis la caserne de Bonne, la Presqu'ile qui devait être "la cité du bonheur" (!) pour Michel Destot puis "l'écoquartier" sans espace vert pour Eric Piolle. Flaubert et ses 2000 logements dont 1000 HLM est en train de pousser dans l'indifférence. L'avenir est écrit. 

LES COURSIVES DE VILLENEUVE : LA NOUVELLE CONVIVIALITÉ

Bien entendu chaque opération en construction est émaillée de dithyrambes d'autant plus élevés qu'ils n'ont jamais droit à une analyse des résultats dans le temps. 

Ainsi les coursives de Villeneuve qui sont l'une des plaies du choix urbanistique d'Hubert Dubedout (PS) et des Verts qui le soutenaient, devaient être à l'origine la matrice des nouvelles convivialités, des mélanges des nations, des catégories sociales.

LE LYS ROUGE, VIGNY-MUSSET.. SUCCÉS ECLATANTS

Les fameuses verrières du Lys Rouge qui devaient assurer la transparence et la encore la convivialité! On sait ce que les dealers qui occupent le 2 et le 4 en ont fait... 

A Vigny-Musset, paradoxalement, la gauche a au moins voulu tenir compte -sans le dire- de son échec de Villeneuve en matière de dédale urbain dans lequel  une personne extérieure au quartier ne peut jamais se retrouver.

les verrières du Lys Rouge : à chaque opération des propos dithyrambiques qui aboutissent à des échecs patents

PERSONNE NE VEUT RÉALISER LA DERNIÈRE TRANCHE 

Alors on a tracé au carré les voies et les routes, bien rectangulaires. Par contre on a pas lésiné sur la densité, l'absence d'espaces verts. Les acquéreurs d'appartements -comme partout- sont spoliés évidemment. Aucun opérateur n'a voulu réaliser la dernière tranche qui demeure un no man's land car mis à la vente les logements neufs seraient à un prix trop supérieur à ceux qui sont à la revente dans le quartier ! Quel succès. 

CASERNE DE BONNE : 1 200 LOGEMENTS, MANQUE L'ÉCOLE

Caserne de Bonne ce sont les mêmes effets pour les propriétaires. 1200 logements ont été construits dans le secteur avec un jardin à la portion congrue ou les enfants font la queue pour le toboggan et la municipalité réduit le parc Hoche pour faire face aux besoins scolaires non anticipés. De plus le centre commercial est le plus menacé de Grenoble par l'ouverture de Neyrpic à St Martin d'Hères. 

Faut il évoquer la Presqu'ile ? Même cause, mêmes effets. Les habitants attendent leur jardin depuis 4 ans...  

CHATELET : COMBIEN de ME D'ESPACES VERTS ?

Faut-il citer Chatelet et ses 4 hectares de densification ? En commission, en séance publique du Conseil Municipal, par mail,  Alain Carignon a demandé au "nouvel" Adjoint, Pierre-André Juven (Verts/FI) de combien de M2 d'espaces verts les habitants bénéficiaient sur les 4 hectares densifiés et quel était le prix moyen du M2 vendu pour les acquéreurs. Il n'a toujours pas reçu de réponse 

LES GRENOBLOIS COBAYES POUR LES ROUGE/VERTS

Aujourd'hui le "Dauphiné" (10/11/20) sous la plume d'Isabelle Calendre évoque "le premier bâtiment collectif autonome de France" sur la presqu'ile. Les grenoblois à nouveau cobayes.  Pas loin de là, Eric Piolle himself avait inauguré lui-même l'immeuble Solaris sous les hourras médiatiques car il s'agissait encore de ne pas faire comme les autres.

NI CHAUFFAGE , NI EAU CHAUDE 

Pendant des semaines  les locataires de ce HLM flambant neuf se sont révoltés contre le chauffage insuffisant  et  l'eau froide.  Ils faisaient chauffer l'eau sur le gaz pour prendre leur douche. 

COMBIEN D'ÉLUS VONT ACHETER à FLAUBERT ?

A Flaubert on vante les constructions en bois, encore le sommet du progrès. Mais combien d'élus PS, PC ou Verts ont ils acquis des logements dans cette mixité sociale et ces innovations-là ?  Le "Dauphiné" ou tout autre média pourrait enquêter de savoir comment et pourquoi ils ne parient pas eux-mêmes sur leurs futurs succès ? 

combien d'élus vont acheter à Flaubert ?

LES ATTRIBUTIONS IRRESPONSABLES de LOGEMENTS

En continuant à maitriser totalement l'urbanisme et le logement social, les Rouge/Verts s'assurent de marquer le territoire. Par les attributions irresponsables de logements ils poursuivent la descente aux enfers des quartiers. 

DES TIRS DE MORTIERS JUSQU'A UNE HEURE DU MATIN 

Il y a quelques jours un habitant adressait ce mail à plusieurs élus municipaux dont Alain Carignon : "depuis plusieurs mois entre Villeneuve et le VO (en gros grenoble sud) nous subissons régulièrement des tirs de mortiers en soirée, jusqu’à 1h du matin.
"Actuellement tous les jours des tirs de mortiers sont effectués en plein après-midi et le soir. C’est déjà intenable en temps normal, en plein confinement ça prend encore d’autres proportions !
"Entre les voiture qui brûlent, les scooters roulants à pleine vitesse sans respecter les feux, les pistes cyclables, les piétons, ça commence à vraiment être invivable.
"L’équipe municipale a-t-elle l’intention d’enfin agir face à ce type de comportements."

LA MUNICIPALITÉ LES LOGE, LES ENTRETIENT et les ENCOURAGE

Poser la question c'est méconnaitre l'intention initiale. Cette situation est créée par toutes les pièces du puzzle : densification, part excessive du social, refus d'une politique de lutte contre l'insécurité. 

Non la municipalité n'a pas l'intention -enfin- d'agir face à ce type de comportement. C'est elle qui les loge, les entretient et les encourage par son immobilisme. 

RETIRER LA QUALITÉ DE CITOYEN à des MILLIERS de GRENOBLOIS

L'abstention massive des quartiers qui est l'aboutissement de cette politique, à savoir retirer même la qualité de citoyen à des milliers et des milliers de grenoblois, a aussi l'effet de permettre à Eric Piolle d'être réélu. 

Tant que les grenoblois n'auront pas pris conscience de ce cynisme encore renouvelé par le pouvoir exercé sur le logement social, la situation ne sera pas inversée. 

 

 

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *