A.CARIGNON : LE DISCOURS D’UN MAIRE

Chaque jour qui éloigne de la séance d'installation du Conseil Municipal de Grenoble rapproche de sa vérité. Alain Carignon a prononcé le discours d'un Maire. Eric Piolle celui d'un boutefeux exaspéré, vindicatif et bas. 

" Pourquoi cette violence verbale? Tout ça manque de hauteur de vue " a tranché le journaliste Nicolas Crozel ( France Bleu Isère) traduisant le sentiment des observateurs. 

"LES AFFICHES" et V.GUILBERT SE SURPASSENT 

Seuls le journal " les Affiches " et Victor Guilbert continuent à servir la soupe au pouvoir local et à ses alliés. Un journal, il est vrai, très lié par ses annonces. C'est encore dans ce journal qu'on trouve pour l'opposition ... Chamussy qui félicite Piolle . Ou bien dans ses colonnes que ce dernier peut dire -sans contradiction- que ce n'est pas lui qui cherche un débouché  personnel avec la présidentielle , mais qu'il est là " pour que la voix de notre arc humaniste trouve aussi un débouché"(!). Et Jadot ?  

" LES AFFICHES " SONT UNE EXCEPTION DANS LE PAYSAGE

Un journal censé être proche des milieux judiciaires qui laisse un Eric Piolle se placer au dessus de la loi , lui qui réclame pour Alain Carignon des condamnations que la justice a refusé aux trois niveaux ( première instance, Appel et Cassation) à ceux qui s'étaient porté civile réclamant un remboursement à la ville. Mais "Les Affiches" sont une exception, une sorte de Gre'Mag bis.  

 

L'intervention d'Alain Carignon: le discours d'un Maire 

 

PLACE GRE'NET NE CRAINT PAS LES SUJETS QUI FÂCHENT

Car le "Dauphiné" se place, lui, en observateur des idées, des débats et des forces en présence et le site d'information en ligne Place Gre'Net ne craint pas d'évoquer librement les dossiers qui fâchent les uns... et les autres.  

LA CHARGE AVILISSANTE d'E.PIOLLE 

En effet si on compare le discours qu'Alain Carignon a prononcé comme doyen d'âge du Conseil, à la charge vengeresse et avilissante d'Eric Piolle pour sa première intervention de Maire, les grenoblois sont éclairés par le sens des deux personnalités. 

"LA MORALE HYPOCRITE SUR LE DOS DES AUTRES"

Certes l'allocution d'Alain Carignon n'était pas exempte de critiques de fond de la posture municipale. En évoquant " la rigueur appliquée à soi-même et non plus la morale hypocrite sur le dos d’autrui " ou bien "un nouvel exercice du pouvoir à base de consultation sincère des citoyens" ou encore "l’impératif de l’amélioration du quotidien des citoyens aujourd’hui oubliés, abandonnés, voire méprisés qui ne trouvent plus d’interlocuteurs, plus de réponses, plus de responsables, plus de décisions" les élus ne pouvaient pas ne pas comprendre qui était visé .

 

"DÉCONFINER NOS ESPRITS"

Encore plus lorsqu'Alain Carignon a lancé que "ce n’est pas l’esprit des autres qu’il convient de déconfiner, mais le nôtre" devant un Eric Piolle qui avait annoncé vouloir " déconfiner les esprits..."

"LES IDÉES NE PEUVENT PAS ÊTRE DOGMATIQUES"

"Les idées ne peuvent être dogmatiques, abstraites, détachées du quotidien, illusoires" a encore dit Alain Carignon avertissant "qu'une non réponse, ce n’est pas un dossier qui attend. Ce sont des drames personnels." Tout cela parlait aux grenoblois qui réfléchissent et vivent la réalité.

DES CRITIQUES EXPRIMÉES AVEC ÉLÉGANCE

Mais ces analyses et critiques sont exprimées avec élégance et une certaine hauteur de vue. Elles ressortent entièrement du débat d'idées. Tout ce qu'Eric Piolle exècre puisqu'il se juge seul porteur de la vérité de tous et du bonheur futur de chacun. Se positionnant en avant garde du peuple qui ne comprend pas bien ce qu'il doit faire pour être heureux. 

E.PIOLLE S'EN PREND à la VIE PRIVÉE de O.NOBLECOURT (PS)

Il a donc répondu avec bassesse à Alain Carignon, sortant toutes ses rumeurs et mensonges de sa besace , s'attaquant aussi à la vie familiale d'Olivier Noblecourt ( PS) sans ménagement ni considération pour la vie privée. Sa haine était palpable, vivante, obscène. 

DEUX EXPRESSIONS POUR L'AVENIR de la VILLE 

Le mieux est d'entendre la brève intervention d'Alain Carignon afin de comparer. Certes les grenoblois ont choisi et il faut en prendre acte comme il a été dit. Mais cela n'empêche pas de confronter deux expressions, deux manière d'appréhender les échanges, d'apprécier leur niveau et d'en tirer des conclusions sur ceux qui les portent et l'avenir de la ville. 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *