MERCI Éric….

Pendant qu'Eric Piolle pérorait au Musée de Grenoble pour Son Sacre qu'il aurait voulu grandiose et national -malheureusement perturbé par la nomination du Premier Ministre-  la commerçante du vénérable bar "Le Telex", avenue Maréchal Lyautey  mettait la clef sous la porte, expulsée de son travail. 

TOUT A CONTRIBUÉ A ASPHYXIER L'ACTIVITÉ

Ce commerce -comme les voisins- a subi des mois et des mois de travaux de l'avenue. Des barrières avaient été posées sans ménagement qui empêchaient l'accès aux commerces. Le bruit, la saleté, le stationnement permanent des engins de chantiers... tout a contribué à asphyxier son activité. Pas une fois la municipalité n'a pris des mesures d'aménagement, pas une fois elle n'a proposé d'indemniser. 

PLACE A.MALRAUX : UN COMMERCE TUÉ PAR LA DÉLINQUANCE

La coupure du passage entre le quartier Hoche -devenu un cul de sac- et la place d'Apvril et la rue de Strasbourg a achevé l'étouffement. 

En face, place André Malraux, c'est le restaurant Indochina qui a du fermer ses portes, victime, lui de la délinquance du quartier. C'est ici encore qu'Eric Piolle veut récidiver: acquérir la Chambre de Commerce, la démolir pour densifier en HLM... 

E.PIOLLE S'AUTO-CONGRATULE AU MUSÉ

Le paradoxe éclatant d'une municipalité qui s'auto-congratule au Musée de Peinture, se comporte en clan au pouvoir, vociférant contre ses adversaires et la réalité du terrain grenoblois aura été marquant dès le début du second mandat Piolle. 

B. BOER DEMANDE UNE COMMISSION DES FINANCES

Celui-ci veut d'ailleurs continuer à décider sans contrôle ni contre pouvoir. Ainsi la nouvelle Conseillère Municipale d'opposition, Brigitte Boer lui a demandé samedi, par amendement, de constituer une commission des finances de façon à ce que les comptes soient discutés dans une instance réservée à cet effet et non pas noyés dans une commission fourre tout.

E.PIOLLE TRAHIT LA CHARTE ANTICOR  

Eric Piolle a refusé. Et quand elle lui a rappelé sa signature de la charte Anticor en janvier 2014 selon laquelle il s'engageait à en confier la présidence à l'opposition, il est encore sorti de ses gongs. 

Il a annoncé qu'il avait signé la charte mais ... envoyé une contre lettre stipulant qu'il n'appliquerait pas cet engagement Alain Carignon étant au Conseil Municipal. Anticor n'a rien dit....` 

E.PIOLLE A RÉDIGÉ UNE CONTRE LETTRE POUR NE PAS L'APPLIQUER...

Ce dernier lui faisant remarquer que la contre lettre n'avait jamais été rendue publique et surtout pas dans le large article de l'époque qui faisait état de sa signature et soulignant surtout que depuis 6 ans il ne siégeait pas dans le Conseil Municipal, rien ne l'empêchant alors de tenir cet engagement,  Eric Piolle, acculé, expliqua "qu'Alain Carignon était sur la liste de Chamussy"

IL N'AIME LES OPPOSANTS QUE COUCHÉS

A ce niveau de mauvaise foi, ce n'est plus de la langue de bois, mais de béton. Amusant d'ailleurs de constater qu'il était si heureux de son "opposant" Chamussy mais qu'il ne lui a même pas fait cadeau de ce poste. Il n'aime les opposants que couchés. Et qui le félicitent de surcroit! 

EN DÉMOCRATIE ON NE CHOISIT PAS SES OPPOSANTS

Mais Alain Carignon lui a surtout justement fait remarquer qu'en démocratie l'élu ne choisit pas ses opposants en fonction de son agrément. On n'est pas sous Ceauscecu. Citant l'exemple de l'Assemblée Nationale ou le Président de la commission des Finances -depuis Sarkozy- est choisi par le premier groupe de l'opposition en son sein. 

IL A BIEN SIGNÉ LA CHARTE ROOSEVELT 2012....

Demander un fonctionnement normal de la démocratie sous Piolle 2 est aussi incongru que sous Piolle Premier. Cet exemple probant des chartes qu'il signe et ne respecte pas éclaire sur le cynisme du personnage.

N'a-t-il pas signé aussi la charte Roosevelt 2012 qui engage sur l'honneur chaque signataire à n'avoir jamais aucun rapport avec un paradis fiscal ? L'année ou le siège de sa société était transféré à Singapour. Vous avez dit "honneur" ? 

A.CARIGNON : "PAS IGNORER LA FACE HUMAINE DES DÉCISIONS" 

Au bout de cette chaine  de mépris, il y a le Telex Bar qui ferme et une part d'humanité qui est abimée par le dédain municipal :  "Un responsable public n’a pas le droit d’ignorer la face humaine de chacune de ses décisions" avait rappelé Alain Carignon en présidant vendredi à l'installation du Conseil Municipal. 

On comprend pourquoi au fond samedi Eric Piolle est sorti de ses gongs et a révélé son vrai visage de haine. 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *