E.PIOLLE : UN VERRE DE TROP

Localement le coup du verre d'eau de Piolle au Conseil Municipal d'installation est mal passé. Même un journaliste, Nicolas Crozel (France Bleu Isère)  peu suspect de bienveillance à l'égard d'Alain Carignon a tweeté : "pourquoi s'abaisser à ce genre de petite politique ? Pourquoi cette violence verbale ? Et refaire une fois de plus le coup du verre d'eau... Tout ça manque de hauteur de vue"

LA FORTE GÊNE ENGENDRÉE PAR LES EXCÉS de PIOLLE

Beaucoup d'observateurs ont repris ce tweet qui reflétait la forte gêne engendrée par les excès d'Eric Piolle. Alain Carignon lui-même au Conseil Municipal avait condamné "les bassesses d'Eric Piolle au lieu de se placer au dessus et de représenter tous les grenoblois, ce qui est normalement le rôle du Maire". 

MÊME DANS LA MAJORITÉ UNE MOITIÉ des ÉLUS N'A PAS TRINQUÉ

Même dans la majorité municipale une bonne moitié des élus a oublié de trinquer tant le geste semblait obscène, la scène elle-même indécente, avilissante comme la plaisanterie d'un patron à laquelle l'employé doit rire.  Les quelques élus  (Emmanuel Carroz, Céline Deslattes ...) qui en rajoutaient avec ostentation, levant la bouteille devant leur chef pour bien montrer leur soumission,  ajoutaient plutôt à l'impression générale d'élus qui perdent toute dignité. 

E.PIOLLE VEUT EXERCER SEUL LE DROIT DE PRÉEMPTION 

D'ailleurs plus tard dans le débat Alain Carignon a fait appel à eux pour leur demander comment ils acceptaient de renoncer à tous leurs droits de Conseillers Municipaux en donnant tous les pouvoirs au Maire ? 

Ainsi Eric Piolle peut exercer seul le droit de préemption ! "Vous avez pu acquérir la Chambre de Commerce en toute opacité" lui a lancé son principal opposant. Ce droit doit revenir au Conseil Municipal. Evidemment il a été refusé.... 

LA RAMPE DE LANCEMENT PRÉSIDENTIELLE à DES RATÉS 

Si localement Eric Piolle s'enfonce, nationalement sa com' à des ratés. Il avait prévu son installation de Maire avec faste vendredi et découvert au dernier moment ... qu'Alain Carignon devait présider la séance ! 

Mais il devait apparaître en majesté avant tous les autres Maires Verts, premier étage de sa rampe de lancement présidentielle, puis apparaître au Grand Jury du "Figaro" le dimanche.

AUCUN HOMME POLITIQUE IMPORTANT NE VOULAIT de MÉDIAS

Patatrac.  Emmanuel Macron a mis à bas cet échafaudage dés vendredi avec la nomination d'un nouveau Premier Ministre qui a fait disparaître tout le reste. Et dimanche aucun homme politique important ne voulait faire de médias car toute l'attention était polarisée sur la constitution du gouvernement. 

E.PIOLLE : LA 5 G C'EST POUR le PORNO

On a donc eu droit à un Eric Piolle qui a fait de l'humour sur la 5 G et le porno. En gros demander la 5 G c'est vouloir accès à la pornographie y compris dans l'ascenseur.  Toujours cette hauteur de vue qui impressionne. Ça ressemblait à son démarrage de Maire quand il annonçait vendre les caméras... 

E.PIOLLE : JADOT C'EST LE PERDANT, LE LOSER 

Et surtout la violence de son affrontement avec Yannick Jadot, le leader des Verts qu'il déteste a frappé : "il veut être candidat comme en 2017, moi je veux que notre espace politique gagne" a t-il lancé perfidement. 

Il s'agit pour Eric Piolle de coller à Jadot une image de perdant, de loser et de lui coller aussi le score -d'ailleurs élevé- des Verts aux Européennes comme représentatif des présidentielles. Ses méthodes de disqualification de l'adversaire, ses fakes sont connues à Grenoble.

TOUJOURS CANDIDAT à la PRÉSIDENTIELLE 

Quant à Lui, il a bien confirmé les craintes exprimées pour notre ville  par Alain Carignon au Conseil Municipal, ne dit pas non à sa candidature car il est toujours prêt "à accepter les responsabilités qui sont devant nous..."a t-il répondu aux journalistes parisiens. Ce qu'il ne répond pas ici... 

LA MÉGALOMANIE SEMBLE S'AMPLIFIER 

La forme de mégalomanie qui l'a saisi à la suite du premier tour des municipales semble s'amplifier. Eric Piolle n'a pas encore intégré qu'il est le premier Maire de l'abstention depuis cinquante ans ! 

DEUX AFFAIRES JUDICIAIRES EN SUSPENS

Ni bien retenu l'information lancée par Alain Carignon vendredi sur la lettre recommandée adressée au Maire lui demandant que la ville se porte partie civile dans les deux affaires à l'instruction, la fête des tuiles et l'acquisition de la banque. Expliquant que si elle était refusée il saisirait le tribunal administratif : "deux dossiers dont nous aurons beaucoup à reparler dans les deux ans qui viennent, car je ne doute pas que nous finirons par obtenir une totale clarté ..." Ah ces "deux ans qui viennent..." Sorte de destin à la Fillon. Au mieux.

IL N'A PAS ENCORE RÉUSSI à AFFECTER les RESPONSABILITÉS !

Il a bien "la tête ailleurs" et ce n'est pas une bonne nouvelle pour les Grenoblois : ils n'ont plus de Maire et pas encore d'affectation aux 22 Adjoints nommés vendredi ! Eric Piolle n'a pas réussi à partager les responsabilités dont il s'est d'ailleurs peu mêlé  laissant une assemblée dans laquelle le clan Avrillier (Vincent Comparat) est encore présent faire le boulot. 

On imagine les tractations, les intérêts personnels et politiques arbitrés par une assemblée "populaire" d'élus et d'apparatchiks. Le bateau municipal est déjà ivre. Toujours un verre de trop. 

 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *