FLAUBERT : LE SIÈGE de la CHAMBRE D’AGRICULTURE QUITTE AUSSI GRENOBLE

Alors que pousse devant elle le superbe nouvel “éco-quartier” (!) de Flaubert et ses 1000 HLM, la Chambre d’Agriculture décide de … déménager à Moirans (DL du 8/11/18)

Elle a privilégié… l’accès, en évoquant seulement la proximité d’une gare afin d’être pudique à l’égard de la municipalité Grenobloise.  Ainsi les sièges désertent un à un la ville et en particulier le sud. On sait que tout à côté l’imposant siège du Crédit Agricole a aussi décidé son départ. Lui aussi a évoqué en douceur l’impossibilité de pénétrer dans Grenoble.

LE SIÈGE du CRÉDIT AGRICOLE A AUSSI QUITTÉ LE QUARTIER

Afin d’éviter que le siège du Crédit Agricole ne quitte formellement le territoire de la ville, Eric Piolle a effectué un montage financier abracadabrant afin qu’il s’installe aux confins de Grenoble, à sa sortie même, au bord du pont d’Oxford (Merci qui?) avec un parking de 500 places! Les conditions financières consenties font l’objet d’un jugement de la Chambre Régionale des Comptes et il y a fort à parier que la justice devrait s’en saisir. Il n’a visiblement pas pu -ou voulu- faire la même opération avec la Chambre d’Agriculture. Il est plus à l’aise pour faire des cadeaux aux banques qu’il connait bien.

LA CHUTE DE LA VALEUR DES BIENS EST ACTÉE PAR LA FUITE DES SIÈGES

Mais cette série de mauvaises nouvelles n’affectent en rien Vincent Fristot, Adjoint à l’Urbanisme (Verts/Ades) le mystérieux mécanicien du systéme Avriller qui est discrètement aux affaires municipales depuis 3 mandats. Cet homme de l’ombre promène son discours froid de clinicien du béton et poursuit comme si les habitants n’existaient pas. La fuite des sièges voisins du projet Piolle démontre qu’est actée la chute future de la valeur des biens dans le secteur .

L’ÉCHEC de CETTE POLITIQUE de la VILLE

Les premières images de Flaubert ne trompent pas : la densité ressemblera à Vigny-Musset, De Bonne et demain l’esplanade. Les espaces verts sont complètement oubliés. Les équipements publics, sportifs, culturels aussi.

Avec le départ du siège du Crédit Agricole et de la Maison de l’Agriculture, la municipalité acte sans broncher l’échec de toute mixité du sud de la ville et l’appauvrissement futur des habitants.  Elle poursuit une politique de la ville qui a échoué et que porte une autre élue depuis 3 mandats, Maryvonne Boileau (Verts/Ades), du même clan qui a défiguré Grenoble.

LA SOCIÉTÉ CIVILE : LA RÈGLE des 3 TIERS

Le collectif de la société civile pour l’alternance propose exactement l’inverse : la règle des 3 tiers dans les quartiers : activités, logements sociaux et co-propriétés.  Compte tenu de cette fuite du privé et des grandes administrations publiques, le collectif mettra en oeuvre une politique volontariste en installant les services municipaux directement dans les immeubles afin de rétablir immédiatement cette mixité des usages dans les quartiers.

TIRER A NOUVEAU GRENOBLE VERS LE HAUT

Il veut stopper cette paupérisation et cette ghettoïsation qui s’accélèrent grâce à cette profonde réforme de structures, ce que la presse a appelé le “Big Bang” municipal.  Avec un homme d’expérience et courageux à la tête de l’équipe, Alain Carignon, qui a prouvé comme Maire ses capacités à déplacer les montagnes (synchrotron, ST Micro, Europole, Ecole de Commerce, nouveau Musée, nouveau Palais de Justice, autoroute Grenoble-Valence…) la société civile veut à nouveau tirer Grenoble vers le haut.

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *