MÊME LES POLICIERS REFUSENT d’ÊTRE AFFECTÉS à GRENOBLE

Il y a actuellement 35 postes vacants au commissariat de Grenoble” révèle France 3 poursuivant “la ville n’arrive plus à recruter faute d’attractivité”. Les policiers dénoncent une “situation devenue intenable . “Ce problème d’effectifs  est, selon eux,  lié à une délinquance plus importante qu’ailleurs” poursuit Aurélie Massait la journaliste (le 06/09/2018).

E.PIOLLE ET M.BOILEAU HÉBERGENT LA DÉLINQUANCE 

En effet pourquoi venir affronter une délinquance qui est principalement logée par les élus locaux ? N’est-ce pas Eric Piolle Président de l’OPHLM et Maryvonne Boileau (Verts/Ades) Présidente de Grenoble -Habitat qui attribuent les logements ? Qui refuse toute sanction aux familles de dealers ? Qui n’engage aucune procédure d’expulsion des délinquants ? Qui n’effectue aucun signalement aux services fiscaux des grosses cylindrées stationnées devant les immeubles ?  Des locataires qui paient régulièrement leur loyer en espèces ?

A.CARIGNON et la SOCIÉTÉ CIVILE VEULENT RÉÉQUILIBRER LES QUARTIERS

Alain Carignon et les membres de la société civile entendent agir à la racine en engageant ces actions et en réduisant la part de HLM dans les quartiers afin d’éviter la paupérisation générale en y installant les servies municipaux en lieu et place d’une partie des logements. La règle de un tiers de HLM, d’un tiers d’activités et d’un tiers de propriétaires devra assurer ce rééquilibrage. Le Maire lui-même et les services municipaux s’installeront à l’Arlequin. Comme le dit Alain Carignon “Grenoble va inventer une nouvelle politique de la ville qui va rompre avec la gabegie et le clientélisme qui ont fait tant de dégâts”.

LES POLICIERS NE PEUVENT PAS HABITER GRENOBLE: TROP DANGEREUX 

Bien entendu les policiers évoquent aussi le prix des loyers. Mais outre qu’avec l’effondrement de la valeur des biens tout est orienté à la baisse, il est évident que les policiers ne veulent pas habiter à Grenoble pour ne pas faire prendre de risques à leurs familles menacées par les mafias. Si les HLM étaient de qualité et les quartiers apaisés il n’y aurait aucune difficulté à loger les policiers. Simplement il faudrait leur réserver des immeubles comme Alain Carignon le propose aussi dans des quartiers reconquis: Hoche par exemple a été longtemps un quartier HLM des plus prisés lorsque la municipalité Carignon veillait aux équilibres. Il a été dégradé d’une façon honteuse par des attributions de logements irresponsables.

FIN du MANDAT DESTOT : 63 % DE DÉLINQUANCE DE PLUS QUE LA MOYENNE des VILLES COMPARABLES

Les syndicats dont Alliance réclament aussi à juste titre que l’agglomération soit classée en zone sensible qui permet une prime de fidélisation. Un bonus annuel de 800 euros par an que les policiers perçoivent dans d’autres villes.

Alors que Grenoble affichait déjà  fin 2014 -à la fin du mandat Destot alors soutenu par O. Véran (ex PS)- une délinquance de 63 % supérieure à la moyenne des villes comparables selon le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve qui l’avait annoncé en janvier 2015 (8000 actes de délinquance de plus qu’ailleurs) les chiffres ont explosé après l’annonce de la municipalité Piolle qu’il n’y aurait pas de caméras de vidéo protection à Grenoble. Le champagne a coulé à flots chez les voyous.

+ 42 % D’ACTES avec VIOLENCE EN 2017, + 20 % les 6 PREMIERS MOIS de 2018 

Résultat encore en 2017 selon le Procureur + 42 % d’actes avec violence et Jacques Dallest le Procureur Général que c’était encore + 20 % pour les 6 premiers mois de l’année 2018. Une explosion qui met certainement Grenoble en tête de toutes les villes de France pour l’augmentation de la délinquance.
Après l’avoir niée pendant 4 ans Eric Piolle et Elisa Martin paniquent. Les drames succèdent aux drames. Les jeunes assassinés comme Adrien Perez, l’ingénieur massacré en bordure du parc Paul Mistral un dimanche après midi. Leurs déclarations contradictoires démontrent que le navire prend l’eau.

E.MARTIN  (Verts/PG) : “NOUS SOMMES CONTRE LA VIDÉO SURVEILLANCE…” 

Dans le Dauphiné du 15 août Elisa Martin la première adjointe (Verts/PG) rappelait   « Oui, à Grenoble, nous som­mes “contre” l’utilisation de la vidéosurveillance, car toutes les études ont montré qu’elle ne servait à rien».

E.PIOLLE : “IL Y A DES CAMÉRAS EN VILLE”

Dans le DL du 3 septembre Eric Piolle affirmait le contraire: “Il y a des caméras en ville : plus de 1 500 dans les transports en commun, environ 70 sur l’espace public.” 

Voilà qu’il comptabilise les caméras des transports en communs et des distributeurs de billets et qu’il pose dans une vidéo devant celles qui contrôlent le trafic automobile !  Avec la mine et le ton grave de celui qui dénonce la délinquance. Mais pourquoi donc la loge t-il ?

Et pourquoi ces appels aux migrants irréguliers qui errent dans les rues de Grenoble sans espoir  et sans accueil ?

LES EFFECTIFS POLICIERS NE SONT QU’UN ÉLÉMENT d’UN ENSEMBLE 

Gérard Collomb a parfaitement répondu que la question des effectifs policiers n’était qu’un élément d’un ensemble. Augmenter les policiers aujourd’hui alors que les postes existants ne sont pas pourvus ne changerait rien. Faudrait il d’abord leur assurer un logement accessible dans des quartiers ou leurs familles pourraient vivre en sécurité. Ce n’est pas le cas. Stopper la bétonisation qui est un des facteurs de cette explosion et de la chute de la valeur des biens est impératif.

LES ROUGE/VERTS NE PEUVENT PAS PRENDRE LES MESURES QUI S’IMPOSENT 

Les pantalonnades actuelles de la municipalité sur les questions de sécurité ne peuvent qu’inquiéter les grenoblois : les élus Rouge/Verts ont raconté des sornettes et ne sont plus en capacité de les répéter en fin de mandat. Mais ils ne peuvent pas non plus pour des raisons idéologiques prendre les mesures indispensables proposées par le collectif de la société civile. Cela reviendrait à assumer la totale responsabilité de l’augmentation de la délinquance et des drames qui ont meurtri tant de familles.

Eric Piolle est dans l’impasse et ses gesticulations irraisonnées ne trompent plus personne. Les grenoblois attendent avec impatience une autre politique.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *