ACCESSIBILITÉ ET HANDICAP : GRENOBLE RÉGRESSE

1987 : le premier tram au monde accessible aux personnes en situation de handicap. Grenoble a depuis perdu ce statut de précurseur.

Depuis des années, Grenoble régresse en matière d'accessibilité et de handicap. Ce n'est pas la délibération adoptée lundi en conseil municipal qui changera quoi que ce soit.

UNE DÉLIBÉRATION VAGUE

Luis Beltran-Lopez, adjoint en charge du handicap, s'est chargé de la présenter. À l'image des autres "délibérations-cadres" présentées au conseil municipal cette année, c'est une accumulation de poncifs, de généralités et de bonnes intentions, bien évidemment trop vagues pour qu'elles n'engagent à quoi que ce soit. La majorité municipale brasse du vent sans s'attaquer véritablement au sujet de l'accessibilité et du handicap à Grenoble.

Luis Beltran-Lopez, adjoint en charge du handicap et de l'accessibilité.

DES MESURETTES QUI NE RÉVOLUTIONNENT RIEN

Au milieu d'un blabla inconsistant, on trouve tout de même quelques exemples un peu plus concrets de ce que la Municipalité a mis en place. Bien évidemment, elles ne révolutionnent rien (traduction des conseils municipaux en langue des signes), quand elles ne sont pas carrément imposées par la loi, donc il n'y a vraiment pas lieu de s'en vanter (équipement des accueils avec une BIM). Mais on comprend à la lecture de la délibération cette tentative de combler un vide profond, un bilan loin du compte pour le handicap et l'accessibilité.

"GRENOBLE A PERDU SON ESPRIT PIONNIER EN MATIÈRE D'ACCESSIBILITÉ"

... expliquait l'an dernier un membre de l'AFM Téléthon dans Le Dauphiné. L'association Valentin Haüy allait encore plus loin : «on a l’impression que, sur le territoire, la prise en compte de ces problématiques recule ». Comment leur donner tort ? Qui pourrait décemment affirmer qu'avec Eric Piolle, nous avons progressé sur ces sujets ?

LE PREMIER TRAMWAY ACCESSIBLE AUX HANDICAPÉS

Sous Alain Carignon, la ville de Grenoble rayonnait en donnant l'exemple. C'est lui qui a impulsé la création du premier tramway accessible aux personnes handicapées au monde. Inauguré en 1987, c'est le fruit d'un bras de fer du Maire de Grenoble avec Alsthom pour obtenir des rames adaptées. Le leadership politique au service d'une ville plus inclusive : tout ce qu'Eric Piolle ne sait pas faire.

Le tramway réalisé par Alain Carignon a été une réussite à tous les niveaux et notamment en matière d'accessibilité, faisant la une de grands médias nationaux.

BRIGITTE BOER RAPPELLE LA RÉALITÉ À ERIC PIOLLE

Brigitte Boer, conseillère d'Opposition, a rappelé à la majorité municipale ses quatre vérités. Elle a dénoncé, exemples à l'appui, tout le vide de cette délibération qui ne changera rien pour le handicap à Grenoble. Elle a ensuite consciencieusement énuméré les problématiques qui ne sont pas prises en compte pour l'accessibilité :

L'intervention de Brigitte Boer

RIEN SUR LA SUPPRESSION DES PLACES DE STATIONNEMENT

"On ne trouve rien sur la suppression massive des places de stationnement qui empêche des personnes en situation de handicap de se rendre dans le centre, votre évoquez concernant le stationnement : « Proposition de neutralisation du stationnement motorisé dans les 5 mètres en amont de passages piétons pour améliorer la visibilité »... Mais dans le secteur Notre-Dame, vous avez tout bonnement supprimé deux places pour personnes en situation de handicap aux alentours de la Place Sainte Claire et compliquez donc considérablement leurs déplacements pour se rendre dans ce secteur où, non seulement il y a de nombreux professionnels de santé qu’ils consultent, mais où certains habitent".

RIEN SUR LA DISPARITION DES FEUX

"On ne trouve rien non plus sur la disparition des feux de traversée piétons que vous aviez impulsée lors du précédent mandat, ce qui rend très difficile la traversée de nombreux carrefours. Concernant les autres feux tricolores, on est d’ailleurs encore très loin de remplir l'obligation de 2007 qui impose de les équiper de signaux sonores". 

Cours Berriat, ce feu piéton a été supprimé dans le cadre de la "piétonisation".

RIEN SUR LES ASCENSEURS DES LOGEMENTS SOCIAUX

"Rien sur les pannes récurrentes d’ascenseur dans les logements sociaux notamment, qui laissent régulièrement des personnes en situation de handicap assignées à leur appartement et font de leur vie un enfer. Il y a quelques semaines, une habitante en fauteuil d’un logement social de la presqu’île, ce nouveau quartier que vous survendez mais où aucun d’entre vous n’habiterait, expliquait comment elle est restée des heures et des heures coincée dans le hall de son immeuble, en pleurs, l’ascenseur en panne, avant que quelqu’un ne passe et ne l’aide". 

La ville inclusive en action.

RIEN SUR LA MISE EN DANGER DES PIÉTONS

"Rien sur les vélos et trottinettes qui mettent en danger les piétons les plus vulnérables sur l’espace public, en l’absence de verbalisation. Une étude menée par un médecin urgentiste parue hier dans le JDD démontre que l’arrivée de ces véhicules en libre-service à Lyon a multiplié le nombre d’accidents par 7.3. Parlez au service des urgences du CHU et vous constaterez que le ressenti est le même. Il serait peut-être temps de réfléchir pour encadrer enfin l’utilisation de ces engins".

Les vélos sur les trottoirs, autre fléau Grenoblois qui met en danger les plus vulnérables.

RIEN SUR LA VOIRIE

"Enfin, rien sur le sujet qui concerne le plus de Grenoblois avec des difficultés de mobilité : l’état de la voirie. Près d’un déplacement sur deux dans notre ville se fait à pied. Et parmi ces piétons, on retrouve des personnes âgées qui se déplacent difficilement, et des personnes en situation de handicap. Pratiquer la ville est pour eux un vrai calvaire tant, partout, dans tous les quartiers, on dénombre de trous dans la chaussée, de pavés démis, d’aspérités de la voirie. Je vous rappelle que vous avez une responsabilité directe dans cet abandon. En 2015, le choix de la majorité métropolitaine à laquelle vous apparteniez s’est porté sur un niveau d’entretien faible des voiries. Cette décision a sous-évalué de 35% les coûts nécessaires pour entretenir la voirie. Quand il s’agit d’agir concrètement pour l’accessibilité, vous n’êtes pas au rendez-vous". 

Trous, pavés démis... sans compter l'absence de déneigement hier, qui a pénalisé de nombreuses personnes à mobilité réduite !

À QUAND DES ACTES ?

Depuis le début d'année, la majorité enchaine les votes de "délibérations-cadre". Elles sont toutes plus creuses les unes que les autres et n'engagent que ceux qui les croient. Mais elles ne s'attaquent jamais au sujet en évitant les angles morts du système Piolle. Dans quelle Mairie fonctionnelle fixe-t-on le cadre de tous les sujets après 8 ans de mandat ? Qu'attend donc Eric Piolle pour commencer à agir ? Il serait plus que temps de remplacer les discours lénifiants par des actes concrets pour les Grenoblois.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.