HANDICAP : GRENOBLE PREND DU RETARD

«Grenoble a perdu son esprit pionnier en matière d’accessibilité, on en est vraiment très loin et pas seulement depuis 2014» selon Philippe Mariage, membre de l’AFM Téléthon en fauteuil depuis 8 ans.  «On a l’impression que, sur le territoire, la prise en compte de ces problématiques recule» confirme Marie-Christine Pineri de l’association Valentin Haüy (malvoyants et non-voyants) dans ce même DL du 7/4/21. Vous avez bien lu. Malgré les cocoricos habituels –et pas seulement depuis 2014 ? date de l’élection de Piolle-  Grenoble recule en matière d’accessibilité des handicapés, des personnes âgées, des parents avec poussettes etc… 

A.CARIGNON IMPOSE à ALSTHOM LE TRAM ACCESSIBLE

En 1987, il y a 34 ans, Grenoble inaugurait le premier tramway au monde accessible aux handicapés. Elu depuis 1983, Alain Carignon refusait de signer la commande à Alsthom si le constructeur n’inventait pas un plancher surbaissé qui permettait aux fauteuils et à tous les malvoyants d’utiliser facilement les transports collectifs. L’esprit pionnier de Grenoble existait sur ces problématiques.

E.PIOLLE DÉNONCE UNILATÉRALEMENT LES DEUX POSTES

Grâce aux associations mobilisées auxquelles  Jean-Benoit Vigny (le DL) donne la parole on mesure le degré d’indifférence de la municipalité Piolle. Comme le fait savoir avec une certaine rage Christophe Ferrari (PS) : « au moment du transfert de la compétence “voirie” (en 2015), la Ville de Grenoble avait demandé à bénéficier de la mise à disposition de deux agents» pour des actions de sensibilisation qui entraient « dans le champ de compétence de la commune ». Mais, « unilatéralement [écrit en capitales, gras et surligné dans le communiqué], la Ville a dénoncé cette mise à disposition au 1er  janvier 2021, sans compensation financière de la Ville. La Métropole a été mise devant le fait accompli » (DL du 7/4/21).

 

UNE DÉCISION SUR UN COUP DE FIL ?

Est-ce qu’Eric Piolle a rayé d’un coup de fil ces deux postes depuis l’un de ses nombreux voyages de promotion de Sa personne ? pas impossible. La conséquence est brutale pour le handicap : «Ces deux salariés faisaient le lien avec la Métropole pour les problèmes de voirie, de desserte des parkings handicapés, de tous les aménagements urbains en fait, et d’accessibilité des commerces. C’était fluide. Les dossiers avançaient » explique Philippe Mariage.

"NUIRE AUX PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP"

Dans leur lettre à C. Ferrari et  E Piolle  les principales associations (Valentin Haüy, APF, AFM, ARDDS) estiment que «le premier résultat de ce non-renouvellement» est de «nuire aux personnes en situation de handicap».  Elles n’excluent pas d’être des victimes co-latérales de la guerre Ferrari- Piolle selon Jean-Benoit Vigny. C’est dire l’état des lieux.

LOGEMENT SOCIAL : NÉGLIGENCES COUPABLES 

Ce nouveau coup dur intervient après beaucoup d’autres qui avaient soulevé la colère. Il y a tout ce qui concerne le logement social ou faute d’attention des handicapés sont prisonniers de leurs appartements pendant de nombreux jours du fait de la mauvaise maintenance des ascenseurs. Les Présidents d’Actis (Eric Piolle) et Grenoble-Habitat (M.Boileau) ont fait preuve de graves négligences coupables ces 6 dernières années.

SUPPRESSION DES FEUX PIÉTONS 

Comme aussi la suppression de nombreux feux piétons (Lesdiguières, Championnet, Berriat, Ampère…) rendant très difficile la traversée des carrefours. Eric Piolle n’est pas revenu sur ses décisions unilatérales prises en conséquence des reports de circulation engendrés par les autoroutes à vélos : la fluidité des voitures dans ces rues au détriment des piétons…

 

MC PINERI : "UN IMMOBILISME de la MÉTROPOLE et de la VILLE"

Aujourd’hui Marie-Christine Pineri dénonce «un certain immobilisme de la Métropole et de la Ville».  Ainsi «par exemple, tous les feux tricolores devraient être équipés de signaux sonores. Cette obligation légale date de janvier 2007… Or, c’est le cas pour seulement 25 % d’entre eux. Et encore, certains ont des défauts et ne fonctionnent pas », explique-t-elle au DL. C’est comme les fontaines de l’Adjoint à la fraîcheur : 25 % ne fonctionnent pas. Et la liste des obstacles est longue : « La problématique des vélos sur les trottoirs, c’est une catastrophe. Les pistes cyclables devraient être systématiquement séparées des trottoirs. Quant aux trottinettes et vélos électriques, on ne les entend pas, or on se déplace au son. » Les travaux dans la ville ? « Ils manquent de signalement, de communication en amont. De manière générale, les gens ne peuvent pas comprendre nos difficultés à cheminer. On aimerait vraiment ne pas avoir à se battre «.

IL EXISTE UN CONSEILLER DÉLÉGUÉ, L.BELTRAN (Verts/FI) 

Les associations avaient donc boycotté la commission grenobloise d’accessibilité (CGA) pour protester. Démontrant, une fois de plus , combien tout ce que la municipalité Piolle met en place est un leurre. Les commissions de consultation se réunissent pendant que les décisions sont prises par un homme seul déconnecté de la réalité. Il existe, paraît -il, -on l’apprend à l’occasion- un malheureux Conseiller Municipal délégué à l’accessibilité Luis Beltran (Verts/FI) qui figure dans l'armée mexicaine de l'exécutif municipal de 40 élus (!) très représentatif de l’enflure et du vide municipal : «il nous a affirmé qu’ils avaient rompu la convention pour faire mieux avec un super plan pour le handicap. Mais ce plan n’est toujours pas sorti des limbes » relève, lucide, Philippe Mariage. Avec les Rouge/Verts Grenoblois l’action et la générosité se paient partout seulement de mots dont ils ne sont pas avares.

 

"UN NAVIRE SANS GOUVERNAIL"

Dans ce dossier aussi la municipalité est «un navire sans gouvernail» pour Philippe Mariage. En effet. «un canard sans tête» a lancé Alain Carignon à Eric Piolle en listant les dossiers en panne ou sur lesquels la ville et les Sociétés de la ville faisaient n’importe quoi et parfois de contradictoire. Les associations, comme tous les grenoblois ne réclament «que le droit à l’indifférence, de pouvoir aller et venir sans que ce ne soit un problème» .

CHANGER LA QUALITÉ DE VIE DES GRENOBLOIS

Si Eric Piolle pouvait enfin entendre leur appel et étendre sa réponse à tous en prenant en compte la sécurité, la propreté, l’embellissement  de la ville, la qualité de la vie des grenoblois changerait. Faut pas rêver.

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *