É. PIOLLE PERD 52 MILLIONS D’€ EN UNE SEULE JOURNÉE

 

« Ils nous ont niqué «  a lâché une élue de Grenoble connue pour son langage fleuri puisqu’au dernier Conseil Municipal elle avait de demandé à Éric Piolle « dis lui fuck » pour répondre à Nicolas Pinel qui embarrassait considérablement le Maire par ses questions. Mais vendredi auprès de ses amis, elle a conclu  de cette formule le vote largement majoritaire des élus de la Métropole qui réclament à Éric Piolle qu’il paie ses dettes sur l’eau. Le résultat du vote a été en effet sans appel : 63% des élus métropolitains ont adopté cette délibération, soit 72 élus de toutes les communes. La note est salée pour Piolle : 7,2 Millions d’€ .

LE TITRE DE RECETTES ÉMIS PAR LA MÉTRO REND LE BUDGET de GRENOBLE INSINCÉRE ?

Les arguties développées par ce qui reste de ses obligés n’ont pas convaincu les élus. Selon Christophe Ferrari  l’analyse « politique », technique et comptable aboutit à ce résultat. On l'a connu plus coulant. 

Ça tombe d’autant plus mal pour lui que Nicolas Pinel avait demandé que cette dette soit provisionnée au budget de 2022 de la ville. Ce à quoi Hakim Sabri, l’ Adjoint aux Finances (Verts/Ades) avait répondu péremptoire que la provision ne s’inscrit que lorsque la dette est réclamée. « Ils nous ont niqué «  pourrait bien être le vote d’un titre de recettes par la Métro qui rend obligatoire l’inscription de la dette par la ville.

Le budget proposé par Piolle et voté par sa seule majorité est déjà faux de 7, 2 millions d’€ de dette.  Il est donc probablement juridiquement «  insincère ». Le mot lui correspond bien.

 

É. PIOLLE VOULAIT GAGNER 45 MILLIONS d’€ SUR LES HLM, IL SE CROIT à SINGAPOUR

Mais comme un malheur n’arrive jamais seul, dans la même journée,  le Conseil Métropolitain n’a pas délibéré pour donner suite à la demande d’Éric Piolle de monétariser le logement social.  Comme il l’avait fait pour GEG au temps ou Christophe Ferrari signait les chèques en échange de sa présidence, Éric Piolle avait fixé à … 45 millions d’€ la valeur des actions de Grenoble-Habitat qui passe sous le giron Métropolitain. Contraignant la Métropole à emprunter 45 Millions d’€ pour acquérir des actions plutôt que de les consacrer au logement social ! Outre que la Caisse des Dépôts a évalué ces actions à 20 Millions d’€, il n’était question pour personne, hormis le Grand Timonier et ses affidés, de faire une opération financière sur le logement social. Il semble que même Nicolas Béron-Perez, Vice Président ( PCF) de la Métro , inféodé à Piolle, ne puisse défendre une telle position. Au Conseil Municipal de Grenoble lundi dernier il a fait savoir publiquement que le sujet n’avait pas été débattu au sein de la majorité municipale. Un crime de lèse-Majesté Piollesque qui en dit long sur l’état réel de cette majorité.

 

 

LE PRÉFET DE L’ISÈRE EST SAISI

Dans son budget 2022 Éric Piolle a déjà inscrit 17 millions d’€ de la vente de ces actions-là ce qui a conduit l’opposition a déclarer son budget «  insincère » et amené Alain Carignon à saisir le Préfet de l’Isère comme le rapporte le site d’information en ligne Place Gre’Net .   Car la lettre de Christophe Ferrari refusant cette opération plus coutumière à Singapour demeure donc la position définitive de la Métro.

É. PIOLLE "J'AI FERMÉ UNE PARENTHÈSE DE 100  ANS..." 

Pourtant vendredi, devant les élus, Éric Piolle avait usé de sa modestie habituelle en matière de logement social. Rappelant que l’office HLM avait été créé il y a 100 ans,  en 1920, en «  en prenant la présidence j’ai fermé la parenthèse d’un intermède de 100 ans… » On ne le refait pas.  Peu importe son bilan catastrophique, l’impasse dans laquelle Actis est plongé, demeurera selon Lui, le fait qu’il ait fait don de Sa personne à cette Présidence. A partir de quand quelqu'un va oser lui expliquer qu'il se tue lui-même ? 

É. PIOLLE : «  TOUT EST EXTRÊMEMENT CLAIR à CE SUJET «  

Au Conseil Municipal, sous le feu des critiques, en ce qui concerne la valeur des actions de Grenoble-Habitat et leur vente,  Éric Piolle avait aussi répondu superbement : «  tout est extrêmement clair à ce sujet ». Si vous trouvez plus menteur appelez nous. Au passage le savant montage entre Actis et Grenoble-Habitat pour passer entre les gouttes des difficultés est au contraire définitivement noyé.  La ville n’aura pas été capable de respecter les délais fixés de longue date par la loi .Une véritable hécatombe que cette gestion PS/PCF/Rouge/Verts de la Métropole que nombre d’élus devraient fuir.   Le différentiel entre la posture de Piolle qui se présente comme le phare de l’humanité nouvelle et ses résultats dossier par dossier est ce qui frappe le plus. On se demande avec quoi il tient pour afficher une arrogance si injustifiée ?

LE PRÉFET DOIT AUSSI ANNULER SA DÉLIBÉRATION SUR LES 35 HEURES !

Une autre tuile l’attend puisque le Préfet de l’Isère doit également annuler sa délibération par laquelle il contourne la loi sur les 35 heures en prenant en compte le temps d’habillage et de déshabillage du personnel communal. Le Conseil Municipal devra donc délibérer à nouveau !

On n’ose pas lui souhaiter un joyeux Noël. Mais si ces mauvaises nouvelles ne concernaient que Lui, elles auraient peu d’importance ;

É. PIOLLE VEND LES BIJOUX DE FAMILLE de la MUNICIPALITÉ CARIGNON

Les grenoblois peuvent être inquiets. Le budget de la ville est entièrement  équilibré par des recettes exceptionnelles, la vente des bijoux de famille, les actions des Sociétés d’Économie Mixtes (GEG, Compagnie de Chauffage) créées sous la municipalité Carignon, que les Verts avaient combattu jusque devant les Tribunaux et qui font la fortune de Grenoble  aujourd’hui. Mais il va manquer « Grenoble -Habitat » en recettes et payer la dette de l’eau.

Ces 52 Millions ne peuvent pas devenir des emprunts supplémentaires. Il seront transformés soit en services en moins, soit en impôts supplémentaires.  Les mauvaises nouvelles sont d’abord pour les grenoblois.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *