E.PIOLLE PRÉLÈVE 45 MILLIONS d’€ SUR LE LOGEMENT SOCIAL!

Les superlatifs n’ont pas manqué au Conseil Municipal quand Eric Piolle a fait présenter la délibération selon laquelle la ville vendait à  la Métro ses actions d’ACTIS , l’opérateur historique du logement social à Grenoble. Même Olivier Noblecourt (PS) n’avait jamais vu ça. Il paraissait sincèrement choqué.

La loi Elan imposant des changements dont le transfert de la compétence, Eric Piolle n’a rien trouvé de mieux que de faire du beurre sur le logement social.

IL AVAIT DEJA PIQUE DANS LA CAISSE DE GRENOBLE-HABITAT

Il avait déjà piqué dans la caisse de Grenoble Habitat avec la complicité de Maryvonne Boileau la présidente ( Verts/Ades). Faisant distribuer des dividendes pour boucler son budget. C’était aussi une première historique puisque pas un Maire n’avait osé prendre des bénéfices ce qui -de plus- impose d’en distribuer aux actionnaires privés. Mais il était au bord de la mise sous tutelle. L’opération avait été effectuée en toute opacité, la délibération le cachant même aux Conseillers Municipaux ! Découvert il a prétexté une erreur de services.

PRENDRE 45 M€ POUR « PRESERVER LA CAPACITE FINANCIERE »

Reconnaissons que côté culot, il ose tout. Faire porter cette « vente » par un élu «  communiste » Nicolas Beron-Perez,  qui s’était présenté aux élections comme chômeur, trop content de cumuler les mandats pour faire preuve d’une quelconque éthique politique,  est aussi savoureux . Mais tout est savoureux avec eux. Quand il prélève 45 Millions d’€ au passage, Eric Piolle précise que la délibération a pour objet de «  préserver la capacité financière» en faveur du logement social ! Plus c’est gros plus ça passe semble-t-il même si , dans la majorité , des élus baissaient le nez. L’actuelle Présidente d’Actis, Elisa Martin ( FI) n’a d’ailleurs pas pipé mot.  On imagine ce qu’en dirait Jean-Luc Mélenchon.  A ce point, ils sont hilarants 

«  ON SE CROIRAIT à SINGAPOUR «  

Ces actions d’Actis sont «  la peine et le travail de toute une ville «  a rappelé Alain Carignon pour mettre des mots sur l’argent qui circule . «  Vous liquidez les bijoux de famille en une fois. Cette opération est un trompe l’œil financier. Ces caisses publiques échangent de l’argent d’une caisse à l’autre alors qu’il s’agit du même contribuable est une forme de cavalerie financière, ce sont des tours de passe passe (…) La Métro monétise les logements d’Actis pour les transformer en espéces vendables. On se croirait à Singapour ! » 

«  ALOURDIR ENCORE UN SYSTEME « 

Pour lui » la municipalité exsangue au lieu de réformer, ne fait que vendre du patrimoine  accumulé par des générations ». Le Président du groupe d’opposition a aussi évoqué «  un trompe l’œil  structurel » puisque «  pour ne pas annoncer la fusion Actis/Grenoble-Habitat vous créez l’une de ces usines à gaz avec cette société de coordination des deux sociétés existantes .Déjà lourdes, inaccessibles pour les locataires qui connaissent des problèmes de gestion considérables , ce nouvel étage supplémentaire devrait accroitre la bureaucratie du sommet, créer des doublons, des directions supplémentaires, alourdir sans fin un système déjà hypertrophié ou plus personne ne sait où et qui prend les décisions » 

PAS QUESTION DES LOCATAIRES

Bien entendu il n’est aucunement et à aucun moment question des quartiers, des locataires. Pas question de descendre aussi bas.  Chez ces gens-là Il n’est de préoccupation que financière : «  est-ce que la ghettoïsation accélérée, la perte d’attractivité des quartiers, l’insécurité endémique, les trafics installés vont reculer avec cette délibération ? Oh que non » a encore lancé Alain Carignon.

Alain Carignon au Conseil Municipal :" on se croirait à Singapour "

DES COMPARAISONS QUI FONT TRES MAL à PIOLLE  …

Devant l’indignation que soulève cette opération il n’est pas certain qu’à la Métro toutes les communes accepteront de la cautionner dans son principe et de renflouer Grenoble sur le dos du logement. Visiblement Eric Piolle était touché par les attaques puisque son cabinet lui a remis une fiche pour attaquer Alain Carignon et le malheureux Nicolas Beron-Perez a fait de même. Sauf qu’ils réécrivent l’histoire avec leurs lunettes de Rouge/Veets et oublient qu’ils l’ont falsifiée.

 

 

A.CARIGNON: LE 1er IMMEUBLE DE MIXITE SOCIALE AU CENTRE VILLE

Alain Carignon a rendu hommage aux deux Présidentes de l’OPHLM de ses municipalités, Marie-Thérèse Phion et Françoise Paramelle et a surtout enfoncé les clous là ou ça fait mal : «  le premier immeuble de mixité sociale du centre ville créé avant que la loi n’existe  l’a été en 1986 près de la place Gustave Rivet et quand je rencontre des locataires de ces immeubles, ils l’habitent encore parce que là ou ils sont bien les locataires ne partent plus." Précisons que c'était 20% HLM , 80 % copropriété .

TOUS LES GRENOBLOIS DEMANDAIENT HOCHE...

"Le quartier Hoche voulu par Dubedout a été achevé sous ma municipalité et pendant mes mandats tous les grenoblois qui voulaient entrer dans le logement social demandaient Hoche tellement le quartier était équilibré. Vous voyez ce que vous en avez fait avec l’insécurité, les rodéos, les dealers.

REYNIES-BAYARD : UN PARC de 5,5 HECTARES

"La seule caserne que notre municipalité a eu à aménager est la caserne Reyniès-Bayard : demandez aux locataires d’Actis s’ils ne sont pas heureux d’habiter un quartier à dominante de copropriétaires , au bord d’un parc de 5,5 hectares, un gymnase et une maison de personnes âgés…. »Il a demandé de comparer l'urbanisme grenoblois de la gauche et des Verts avec le sien ..

UN CYNISME SANS BORNES 

Avec ces 45 Millions d’€ qui pourraient valser d’une caisse à l’autre , le logement social devient une autre victime expiatoire du Piollisme triomphant. Intéressant de noter que dans leur cynisme sans bornes, ils s’attaquent sans vergogne aux secteurs que le gogo  croit prioritaire chez eux. Ils ne peuvent pas être soupçonnés de tels forfaits.

Comme d’urbaniser des parcs, supprimer des arbres, créer des ilots de chaleur. Qu’ils profitent vite. Ces plaisirs vont être de courte durée. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *