PIOLLE : DES FERMES PARTOUT EN FRANCE SAUF à la BASTILLE et sur ALLIBERT

« Je propose de créer 25 000 fermes communales et agro-écologiques qui emploieront 100 000 personnes ». Eric Piolle y va. les emplois valsent (5000 nouveaux fonctionnaires au seul Office des forêts qui en compte 9000) les postes surgissent par dizaines de milliers partout, l’argent coule à flot sur tout le monde.  Dans une interview au site Réussir.fr  (réalisée par écrit !)  le 23 août, il annonce aussi que dans les professions agricoles « il y aura 50 000 personnes qui devront se reconvertir ». Avec Lui on sait ce que ça signifie : tant pis pour eux. 

E.PIOLLE LAISSE URBANISER LA BASTILLE

Mais à Grenoble il a refusé deux fermes sur des sites existants : la première à la Bastille ou il a préféré donner des permis de construire aux promoteurs pour urbaniser ce site naturel, plutôt que de préempter les deux bâtiments universitaires comme Alain Carignon et le groupe d’opposition le lui a demandé.

N.PINEL : RÉSERVER UNE PARTIE DES 9 HECTARES D'ALLIBERT

La seconde sur l’ex site Allibert de 9 hectares au sud de la ville. Nicolas Pinel, Conseiller municipal (centriste) d’opposition a proposé par amendement qu’une partie de ce terrain soit réservé à une ferme. Eric Piolle l’a fait rejeter. Ce site est actuellement une décharge à ciel ouvert utilisée par la ville ! L’objectif est de l’urbaniser afin de poursuivre la densification de Grenoble.

LE PANIER DE LEGUMES BIO à ... 20 € 

Dans la même interview il assure qu’il faut « donner les moyens aux personnes à bas revenu d’acheter des produits meilleurs pour leur santé et pour la planète ». A Grenoble aussi il donne l’exemple à Lesdiguières ou la municipalité a mis en place un petit espace appelé avec grandiloquence «ferme des milles pousses » ou le petit panier de légumes Bio est en vente à… 20€. Avec Lui on n’est jamais déçu : la réalité est toujours à l’opposé de ce qu’il prétend.

LES CLAUSES SOCIALES ET ENVIRONNEMENTALES...

Mais il veut aussi imposer aux autres ce qu’il ne s’impose pas à Lui-même : «j'œuvrerai pour inclure des clauses sociales et environnementales dans tous les traités commerciaux en appelant la Commission européenne à les renégocier »

... PAS POUR SA SOCIÉTÉ à SINGAPOUR

On se demande pourquoi l’entreprise qui fabrique des logiciels d’optimisation des produits financiers dont il est actionnaire à Singapour ne fait figurer aucune clause sociale ni environnementale dans ses propres obligations ? Ne serait-ce pas plus simple à mettre en application ? 

JP PELRAS "COMMENT LES PAYSANS NE VOUS ONT PAS CROISE PLUS TÔT!"...

" Vous avez déclaré vouloir créer 120 000 emplois en agriculture et 25 000 fermes communales agroécologiques. C’est à se demander comment le monde paysan n’a pas croisé votre chemin plus tôt" se moque Jean-Paul Pelras , écrivain , figure catalane de la résistance paysanne dans une sanglante leçon à Piolle ( le Point du 25/8/21) . "Vous proposez 25 000 fermes. Et pourquoi pas 250 000 ?  Avez vous pris la mesure de la dépendance alimentaire que pourrait susciter l’abandon programmé de 30 millions d’hectares cultivés grâce au « productivisme » que vous dénoncez ? lui demande t-il.

... AVEC UN RENVOI VERS SINGAPOUR

Et Jean-Pierre Pelras de poursuivre dans la tonalité qui est désormais celle qui suit toutes les sentences Piollesques: "nous viendrait donc de Grenoble, avec un maire qui, à défaut d’être qualifié pour traiter la question, sait ce qu’il y a de mieux pour sauver vignes, vergers, jardins, troupeaux et moissons. Quand on sait qu’une vie ne suffit pas au paysan pour arpenter toutes les facettes de son métier, comment un élu, autrefois spécialisé dans la gestion des risques financiers, peut-il prédire l’avenir d’un secteur qui lui est étranger?"

LEÇON AUX TALIBAN MAIS PAS AUX DEALERS GRENOBLOIS

 Jusqu’à quand cette tartufferie » « présidentielle » va t-elle durer ? « Le Canard » le pointe déjà comme le « melon d’or » permanent tellement sa prétention démesurée éclate aux yeux de tous,  depuis les Talibans auxquels il donne la leçon jusqu'à à Messi qu’il conseille par tweet. Mais à Grenoble le Grand Timonier a cédé devant les dealers qui ont envahi une crèche municipale. Il a préféré la fermer plutôt que les mettre dehors…

SES JOURS DE GLOIRE SONT COMPTÉS

La dichotomie d’Eric Piolle est si béante qu’on voit mal comment elle pourrait échapper durablement à ceux qui ont pour mission d’informer. En réalité ses jours de gloire sont comptés. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *