LA DÉLINQUANCE FAIT AUSSI FERMER LA CRÈCHE

« Suite aux événements du lundi 4 janvier il a été décidé la fermeture de la crèche Villeneuve, jusqu’à nouvel ordre. Les faits : portes fracturées en pleine journée lundi 4/01/2021 + menaces d’incendie. 90 familles + 30 salariés et intervenants professionnels à divers titre (du directeur aux animateurs et agents d’entretien…) concernés par ces actes de vandalisme » écrit dans un mail largement diffusé Djemal Maatougui du collectif Miqua (mouvement inter-habitants et inter-asso pour un quartier apaisé).

"UNE BANDE DE VOYOUS FAIT FERMER UNE CRÈCHE"

Sur Place Gre’Net, Guy More, membre de l’union de quartier Géants-Baladins fulmine : « C’est quand même délirant qu’en 2021, une bande de voyous fasse fermer une crèche ». « On a bien compris que ce sont des agressions liées à des trafics illicites (sic) de personnes qui veulent empêcher que le service public et l’accès à des équipements pour les habitants puisse être maintenu », s’agace aussi Paul Hazebroucq sur le même site.

C.PLANTEL (Verts/FI) :  "LA CRÈCHE FERMÉE JUSQU'A NOUVEL ORDRE"

Toujours efficace, préventive, à la hauteur de sa mission la municipalité Piolle répond par la voix de Chloé Pantel, le nouvelle Adjointe (Verts/FI) au secteur dont Maryvonne Boileau (Verts/Ades) avait la responsabilité jusque-là : « Nous ne mettons ni le CCAS, ni les parents, ni les enfants en difficulté donc la crèche est pour l’instant fermée jusqu’à nouvel ordre ».

LA MAJORITÉ PS/PC/VERTS A RETIRÉ LES ASSISTANTES SOCIALES

On progresse. Il y a quelques années la majorité PS/Verts/PCF du Conseil Départemental présidé par André Vallini avait retiré les assistantes sociales de Villeneuve « ne pouvant plus assurer leur sécurité ». Elles ne sont jamais revenues. De son côté Eric Piolle, sous prétexte urbanistique, ferme le siège social du CCAS que la municipalité Carignon avait installé à Villeneuve. Désormais il sera installé dans le bâtiment d’une banque, à côté de MC2.

GYMNASE, COLLÈGE, CLUB de FOOT ... ONT BRÛLÉ

On le sait , la maison de l’enfance, un gymnase, un club de foot, un collège ont successivement  brûlé à Villeneuve et pas loin, au Village Olympique, un Théâtre. La municipalité Piolle a ajouté la fermeture de la piscine des Iris qui continue à s’écrouler. Les travaux du centre de santé de la place des Géants sont interrompus depuis deux ans, l’architecte et le maitre d’œuvre ont démissionné du fait des menaces.

LE COLLECTIF MIQUA A FUSTIGÉ .... LA BÊTISE...

A la suite de l’incendie du collège ce collectif Miqua avait fustigé … «  la bêtise » et immédiatement affirmé « « nous exigeons  de garder le collège dans notre quartier » et « nous exigeons du Conseil départemental d'accorder les moyens permettant de maintenir ce tissu humain, culturel, éducatif, pédagogique… » 

... MAIS "EXIGE" DE LA DROITE DÉPARTEMENTALE

Passant l’éponge sur l’incendie, simple « bêtise »,  le  collectif a immédiatement « exigé «  du Conseil Départemental dirigé par la droite.  La majorité de droite a assumé ses responsabilités, mis en fonctionnement des locaux existants pour accueillir les élèves et lancé sans tarder la construction du nouveau CollÈge dans une concertation exemplaire.

E.PIOLLE ET N.KADA PAS INTERPELLÉS 

S’agissant de la crèche  fermée, gérée par le CCAS,  présidé de droit par ,Eric Piolle, le Vice Président étant Nicolas Kada (Verts/FI) le collectif est plus vaporeux. Il a … « décidé d’adresser un courrier (…) en direction des institutionnels suivants : Police, Mairie, Préfecture, pour leur rappeler que nos services publics sont une nouvelle fois mis à mal. Que nous réclamons par ailleurs une réaction rapide et immédiate pour rétablir l’ordre et la quiétude pour le personnel et les usagers ».

"UNE OREILLE ATTENTIVE" de la MUNICIPALITÉ

Eric Piolle et Nicolas Kada, directement responsables de l’équipement ne se sont même pas exprimés sur le sujet, n’ont pas fait part de leur émotion, encore moins de leurs solutions.  Le CCAS n’est pas interpellé parmi les institutionnels.  Le collectif s’est d’ailleurs « associé avec les parents délégués pour organiser une manifestation devant… la préfecture ce samedi 09 janvier«. Toujours selon Place Gre’Net, une habitante,  Léa Persico,    «trouve que c’est un énorme échec de la société ». De la société …. Pas du tout des municipalités successives. D’ailleurs elle « explique avoir reçu une oreille attentive à leurs préoccupations » après avoir été reçue à la Mairie !

UNE CÉCITÉ QUI EST L'UNE DES CAUSES de la GHETTOÏSATION

Il ne viendrait à personne l’idée « d’exiger « d’Eric Piolle qu’il mette en œuvre les conditions de réouverture de la crèche dont il est responsable. Cette cécité qui frappe des acteurs de Villeneuve est l’une des causes de la longue et inéluctable ghettoïsation du quartier. Pourtant en fermant les yeux et votant toujours la reconduction des mêmes politiques depuis 25 ans (Destot + Piolle) le résultat est sous leurs yeux.

QUI ATTRIBUE LES LOGEMENTS à VILLENEUVE DEPUIS 25 ANS ? 

Le premier « fondamental «  est le peuplement. Qui attribue les logements à Villeneuve depuis 25 ans, depuis Raymond Avrillier Adjoint  (Verts/Ades) au logement (95/2001) jusqu’à Eric Piolle président lui-même d'Actis (2014/2020) en passant par Maryvonne Boileau, (Verts/Ades) Présidente de l’OPHLM (2001/2008) …. Les délinquants installés sont logés par Eric Piolle. Lequel comme OPJ peut produire avertissement, contraventions, procédures d’expulsion.

LES COPROPRIÉTAIRES DE LA CLASSE MOYENNE SPOLIÉS

Le résultat de ce choix de peuplement ? Il ne demeure plus qu’une seule association non communautaire dans le quartier, la Cordée. Un hasard ? Les élus qui ont la haute main sur tous les outils n’y sont pour rien ? Les malheureux copropriétaires qui ont cru à la mixité sociale se trouvent spoliés un à un, la valeur de leur bien s’effondrant. La municipalité acceptant même que dans ces copropriétés déjà à l’agonie des associations qui logent des familles en difficultés, souvent des primo arrivants, acquièrent des logements.  Comme si le quartier ne réclamait pas une vigilance absolue dans la défense de ces copropriétés afin que leurs habitants de la classe moyenne continuent à demeurer dans le sud de la ville.

UNE DENSIFICATION MORTIFÈRE 

Aucune attention au contraire. Actuellement rue Helbronner, une copropriété préservée, voit un projet de bétonisation se concrétiser en face de son immeuble, la privant d’espace vert, de soleil et de la vue sur les montagnes. Cet urbanisme stalinien permis par le nouveau plan d’urbanisme de l’agglomération, voulu par la majorité Piolle/Ferrari, celle des élus PS, PC et Verts, est mortifère pour ce quartier aussi.

 

LA MUNICIPALITÉ CARIGNON : LE TEMPS de L'ÉQUILIBRE

Ce nouveau recul des services publics dans le quartier devrait se conclure par une vaste « concertation » avec « tous les partenaires ». Histoire de noyer le poisson comme d’habitude. Bizarre que la période des municipalités Carignon ait été celle de l’implantation d’un collège prestigieux, du siège du CCAS, d’un Théâtre à l’espace 600, des activités jeunesse et petite enfance surmultipliées dont se souviennent parfaitement les adultes d’aujourd’hui tandis qu’avec les municipalités suivantes le soutien au socio éducatif ait disparu, les équipements publics sont attaqués un à un.

AUJOURD'HUI UNE ABSENCE D'IMPLICATION et de PROJET

Les élus de gauche et Verts se sont réfugiés derrière la « politique de la ville» et des financements lourds sur le bâti pour éviter de réfléchir, d’agir, de s’impliquer. Ce quartier en difficulté réclame des actions par tous les bouts, ce qu’avait proposé la liste de la société civile conduite par Alain Carignon :   maitrise des attributions de logements, soutien aux copropriétés, rétablissement du soutien massif à l’éducation populaire et au socio-éducatif, installation de services municipaux dans les logements et locaux vides  -parfois depuis 10 ans !- afin de rééquilibrer immédiatement et amener des consommateurs sur place. En parallèle expulsion des dealers condamnés, signalement au fisc des trains de vie et accompagnement de ses agents pour enquêter, caméras, police municipale armée qui puisse à nouveau pénétrer le quartier, PC opérationnel 24 h sur 24….

QUELS HABITANTS VONT ACCEPTER DE VIVRE DANS CETTE SITUATION ?

Les mesures sont connues. Ce sont les seules qui permettent de renverser la vapeur actuelle  aboutissant  à ce que la construction du centre de santé de la place des Géants soit interrompue parce que la délinquance l’interdit. Et maintenant la crèche est fermée. Quels habitants vont encore accepter de vivre dans cette situation ?  N'est-ce pas la paupérisation absolue qui attend le quartier ? 

"UN AUTRE ORDRE QUE CELUI DE LA RÉPUBLIQUE" 

Selon Place Gre’Net un membre du collectif Paul Hazebroucq constate avec effroi que… « Des personnes imposent un autre ordre que celui de la République ». En effet. Depuis plusieurs années Alain Carignon explique que « la délinquance ne trouve pas de résistance » et ce dans toute la ville.

ATTENDRE QUE TOUS LES ÉQUIPEMENTS SOIENT FERMÉS? 

Car cette évolution dramatique n’est pas circonscrite à Villeneuve. Et ce n’est pas seulement « la société ». Si toutes les villes connaissent évidemment la délinquance, sous Piolle Grenoble est devenue la première des grandes villes pour les agressions violentes et les vols à la tire. 

Est-ce que les thuriféraires de la municipalité continueront à faire comme si la majorité grenobloise n’y était pour rien jusqu’à que tous les équipements publics soient fermés ?  

 

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *