BASTILLE : COMMMENT AUGMENTER LES EMBOUTEILLAGES ?

Un dos d'âne pour les cyclistes, la suppression du tourne à droite par feu clignotant, l'assurance d'embouteillages supplémentaires, le tout dans un aménagement type tiers-monde. Qui dit mieux?

Au creux du mois d'août on imagine que nos élus silencieux ont trouvé un nouveau moyen d'augmenter les embouteillages insuffisants (!) de la place Hubert Dubedout à la Bastille.

LE CHU ET L'ILE VERTE RENDUS INACESSIBLES

La situation intenable vécue par les quais victimes d'embouteillages et de pollution supplémentaire, l'accès au CHU, à l'Ile verte rendus très difficiles -il faut parfois une heure pour aller du pont de la Bastille à celui de l'Ile Verte- méritaient d'être améliorés ! 

UNE VOIE CYCLABLE EN PARALLÈLE D'UNE AUTRE...

Il fallait y penser. Alors qu'une voie cyclable existe déjà entre le boulevard Edouard Rey et la place Dubedout, il vient d'être créée une portion d'autoroute à vélo sur le même trajet coté Isère !

il existe déjà une voie cyclable de l'autre côté de la chaussée

Avec un dos d'âne au bout très sécurisant pour les cyclistes. On remarquera au passage cet aménagement qui tiers-mondise un peu plus Grenoble : des câbles rouges apparents, une couche de goudron sur la chaussée, des feux tricolores au milieu de la chaussée.

ENCORE PLUS DE RALENTISSEMENT de la CIRCULATION 

Au plan de la circulation cette nouvelle partie de voie vélo réduit la voie de circulation qui servait de sas entre Edouard Rey et le pont de la Bastille. Elle condamne le tournant sur la droite par flèche clignotante pour les voitures afin de quitter Grenoble par la porte de France.

À l'heure de pointe cela va ajouter encore un peu plus de ralentissement de la circulation. Le résultat escompté se produira...

La place dHubert Dubedout avant ce nouvel aménagement. Même le tram est bloqué. On imagine après...

PAS d'ÉTUDE D'IMPACT SUR LES RÉSULTATS

Ainsi il est confirmé que l'autoroute à vélo "provisoire" installée sur les quais se trouve renforcée et qu'il s'agit bien d'aménagements définitifs malgré le caractère très sommaire et méprisant pour les grenoblois de leur réalisation. Pas question pour le Grand Timonier de se confronter avec une étude d'impact sur les résultats de son oeuvre. 

UN DOGMATISME IMPLACABLE ET BESOGNEUX

A l'heure ou l'économie souffre et l'emploi est menacé, on mesure avec précision les priorités d'Eric Piolle. Dans le magazine "Society" (24 juin) n'a t-il pas confirmé : "je suis contre cette religion de la croissance". Comme la grenouille, gonflé de son importance  n'a t-il pas également jugé dans la même interview : "ma voix porte, c'est sur" (!).

Il peut donc poursuivre dans un dogmatisme implacable et besogneux une oeuvre de paralysie de Grenoble.

 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *