UN ÉTÉ 2020 à GRENOBLE SOUS PIOLLE II

Un jour ordinaire au Village Olympique...

"L'Adjoint à la fraîcheur" a eu droit à près de 5 mn de bavardage sur France 3 Alpes cette semaine. Un traitement exceptionnel. Sur fond de parcs ombragés, de fontaines ruisselantes, de jeux d'eau et de carte de points de fraîcheur de la ville Gilles Namur (Verts/FI) bredouille des généralités et décrit une ville qui n'existe pas. On se croirait en Union Soviétique.

MALHERBE : LES BRUMISATEURS NE FONCTIONNENT PAS DEPUIS 3 ANS 

D'ailleurs, au milieu de cette loghorrée incompréhensible pour partie, un bref épisode réalité  -frais celui-là- intervient avec l'intervention de Mimoun M'Rad, Président de Convivialité Malherbe rappelant que les brumisateurs ne fonctionnaient plus depuis 3 ans. Les journalistes de France 3 qui signent le reportage (D.Albrand, P.Caillot, J.Ducrot) rappellent pudiquement que l'année dernière "il a fallu démonter la piscine gonflable" dans le quartier sans préciser que la police municipale était venu la saisir sur ordre du Maire... (nous y reviendrons) 

LES GRENOBLOIS MÉPRISÉ

Mais l'été n'est pas seulement meurtrier et accablant de chaleur avec les îlots du même nom créés par les partisans de la fraîcheur ; Il est également significatif du mépris dans lequel sont tenus les grenoblois qui restent à Grenoble.

Rue Ampère un grenoblois nous signale les poubelles qui débordent, non ramassées et avenue Félix Viallet des encombrants qui traînent devant un hôtel.

Rue Ampère...
Avenue Félix Viallet

LA CAPUCHE, L'ARLEQUIN....

Mais la situation est identique à la Capuche, rue Léo Lagrange ou un riverain écoeuré nous adresse cette image d'un espace vert souillé à proximité des locaux  municipaux "propreté" de Jacquard et un autre de la galerie de l'Arlequin 

Rue Léo Lagrange et à l'Arlequin, un été 2020

.....PLACE DES GÉANTS.... 

Au 50 et au 100 de la place des Géants la saleté prend le dessus. Des familles de primo arrivants logées et nourries déversent leurs ordures et le trop plein d'aliments qui leur sont fourni à l'entrée de l'immeuble. Ne bénéficiant d'aucun accompagnement social, livrées à elles-mêmes, elles ne peuvent appliquer aucune de nos règles de vie, n'en connaissant aucune.  

Quelle quantité de nourriture fournie est jetée à la poubelle ?

A HOCHE LES RODEOS LAISSENT DES TRACES 

A Hoche un habitant nous adresse ces images spectaculaires des traces de rodéo de scooters la nuit qui rendent la vie impossible et les rassemblement bruyants sous les fenêtres des habitants. Malgré les appels et les rappels, les menaces qui ont contraint un commerçant menacé à quitter le quartier, Eric Piolle n'a jamais levé le petit doigt laissant cet ensemble se dégrader. Il veut même l'aggraver en démolissant la Chambre de Commerce et densifiant encore en HLM. 

 

les rodéos de scooters volés, sans casques, laissent des traces à Hoche...

 

LE SQUARE Roger GENIN EST PRIVATISÉ

Un grenoblois de la rue Denfert-Rochereau nous dit regretter que le square Roger Genin soit pratiquement inutilisable car privatisé par des Africains et par la prostitution. Il nous adresse aussi ces photos de ces pavés qui manquent, ajoutant à l'ambiance d'abandon.

 

LES GREBOX : DES NIDS à DÉCHETS SUPPLÉMENTAIRES

Un grenoblois curieux voudrait savoir combien a coûté au contribuable l'opération "GreBox" des "budgets participatifs". Pour lui "comme la plupart de ces projets, jamais l'entretien et le fonctionnement ne sont pris en compte dans une ville gangrenée par la violence et les incivilités. C'est de l'argent foutu en l'air alors qu'il y a tant d'urgences". 

 

DES APPARTEMENTS DE FONCTION ABANDONNÉS

A Villeneuve l'habitant qui nous adresse les photos de l'envahissement des ordures jusque dans les halls d'immeubles nous signale aussi ces appartements abandonnés depuis des années "dans le cadre de la crise du logement qui préoccupe tant madame Garnier ...". Situés derrière la place des Géants se sont les appartements du  collège des saules. Ça n'intéresse pas la municipalité-phare qui aime beaucoup collectionner les friches urbaines dans ce quartier comme on le voit aussi avec la piscine des Iris qui s'effondre très lentement.

L'ADJOINT à la FRAÎCHEUR et... à L'ESPACE PUBLIC !

Nous ne pouvons tout publier de ce que nous recevons. On oubliait : nous avons compris au milieu de son verbiage que Gilles Namur rappelait sur France 3 qu'il n'était pas seulement "Adjoint à la fraîcheur" mais aussi à "l'espace public". Même s'il ne risque pas de nous faire regretter Lucille Lheureux, ça ne s'améliore pas avec lui !

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *