ORDURES : LA VIDÉO de la RÉVOLTE DES GRENOBLOIS

Hier un groupe de commerçants du quartier Berriat a explosé. Depuis plus de 15 jours ils alertent les élus sur les ordures qui s'entassent à l'angle du cours Berriat et de la rue Edgar Quinet.

PROLIFÉRATION DES RATS, ODEURS PESTILENTIELLES

La pourriture engendrant une nouvelle prolifération de rats, les odeurs devenant pestilentielles, les déchets formant une masse rebutante ont créé une situation intenable pour les habitants et l'activité des commerces voisins.

la vidéo de la révolte des grenoblois pour rétablir l'hygiène publique

L'INERTIE HONTEUSE DE E.PIOLLE

Ils ont décidé de passer à l'action afin de dénoncer l'inertie honteuse d'Eric Piolle ne pouvant plus supporter cette dégradation aux conséquences sanitaires qui pouvaient devenir graves.

En milieu de journée, munis de balais, de diables ils ont tout transporté place Saint Bruno qui était à ce moment-là nettoyée par les services afin que cette masse d'immondices soit ramassée.

Compte tenu qu'une eau polluée et malodorante avait stagné, ils ont frotté l'espace à la javel afin de nettoyer la couche noirâtre qui s'était collée au sol.

LE SOUTIEN D'Alain CARIGNON PRÉSENT à LEURS CÔTÉS

Ils en avaient appelé à la présence et au soutien d'Alain Carignon dont ils connaissent la sensibilité à ces questions d'hygiène de la ville. En effet la propreté de la ville, l'entretien et le fleurissement ont toujours été au premier chef de ses préoccupations.

GRENOBLE "UNE DÉCHETTERIE à CIEL OUVERT "

Tous les grenoblois qui ont vécu pendant ses mandats se souviennent de l'attention et du professionnalisme qui entouraient ces enjeux.

Cette opération "coup de poing" cours Berriat est significative de l'exaspération des grenoblois devant l'abandon de leur ville. Car tout Grenoble est envahi par les ordures. "Une déchetterie à ciel ouvert" dit un commerçant du cours Berriat dans la vidéo. Il est vrai que les déchetteries étaient fermées !

A.CARIGNON : CRISE SANITAIRE PAR le MANQUE D’HYGIÈNE

Dans un tweet, Alain Carignon relève qu'à Grenoble "la crise sanitaire est aggravée par l’abandon de l’hygiène publique. Les habitants se révoltent aujourd’hui pour protéger leur santé, demain ils feront justice pour lutter contre la délinquance endémique ? Avec le retrait de l’action publique E.Piolle « tribalise » Grenoble".

L'ABANDON de L'ESPACE PUBLIC

Grenoble subit le pire de l’extrême-gauche avec cette expérience infernale des Rouge/Verts. Par la victimisation exacerbée des minorités, le soutien systématique aux communautarismes, la ghettoïsation poussée des quartiers, l'abandon total de l'espace public et en parallèle le refus d'assumer les tâches de base telle que l'hygiène publique ou la sécurité, la municipalité Piolle crée la société de ses rêves -la jungle- dans laquelle seul le plus fort ou le plus riche peut vivre.

LES VOIX DU CAÎD et des BOBOS GAUCHOS

Le plus fort c'est le caïd, le dealer celui qui impose sa loi dans les quartiers et le plus riche c'est le bobo-gaucho à vélo mais au compte en banque bien rempli, parfois même actionnaire à Singapour, qui peut s'échapper de la ville quand il veut. Qui ne vote plus pour Piolle seulement lorsque lui ou ses enfants ont été victimes de la délinquance. Au rythme de celle-ci l'opposition ne peut que gagner à terme.

LES VRAIS PAUVRES et la CLASSE MOYENNE ABANDONNÉS

Ces deux extrêmes font le gros de l'électorat Piolle aux deux bouts de la chaine. Les autres, la classe moyenne spoliée par la baisse de la valeur des biens, les vrais pauvres abandonnés dans les quartiers à la merci de la délinquance constituent bien la majorité de la ville. Ces 60 % de non votants.

Seule leur prise de conscience politique et sa traduction pratique par une mobilisation le 28 juin prochain peut changer l'avenir sombre de Grenoble.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *