LE LUCRATIF MARCHÉ DU VÉLO AUX AMIS

Depuis ce 1er janvier 2020, ce n’est plus Vélogik qui exploite le service Métrovélo mais Cykléo ( …) de quoi mettre un terme à l’épisode Vélogik dont les conditions d’attribution en 2014 avaient posé question….

9 MILLIONS d’€ LE MARCHÉ DU VÉLO….

Le site d’information en ligne Place Gre’Net a enquêté sérieusement sur ces marchés lucratifs du vélo qui tournent en circuit fermé. Planqués derrière la bonne cause de nombreux jeunes gens bobos plutôt que fringués en PDG ont flairé les marchés juteux et se sont organisés. Car on parle de gros sous derrière les pédaliers : 9 millions d’€ pour le dernier ! Coquet magot.

UN ÉLU : “CES HISTOIRES DE RÉSEAUX ÇA FAIT BEAUCOUP”

Ainsi la journaliste a recueilli des témoignages d’élus selon lesquels avec ces marchés “il y a des antécédents, il y a eu l’épisode Vélogik et avec la fête des tuiles ces histoires de réseaux ça fait beaucoup…”

Y.MONGABURU (Verts/Ades) A ÉCHAPPÉ AU TRAFIC D’INFLUENCE

On ne peut dire mieux. Déjà Yann Mongaburu (Verts/Ades) avait été blanchi par le Procureur de la République par un classement sans suite quand il avait tenté de favoriser Raphaël Marguet élu (Verts/PG) Directeur général de la société Ebikelabs. Il avait échappé à l’accusation de trafic d’influence.

LA SOCIÉTÉ CHOISIE PLUS CHÈRE QUE SA CONCURRENTE

En 2014 Vélogik avait été choisie alors qu’elle était plus chère (de 500 000 €!) que sa concurrente ! Mais “mieux classée” selon les élus….Elle avait empoché … 7,7 millions d’€. Le vélo ça peut rapporter gros.

“ON A ÉTÉ GRUGÉS”

Sauf qu’en septembre 2015, lors du vote en conseil métropolitain validant l’octroi du marché, la délibération est accompagnée d’un avenant. Lequel transfère le marché de la maison-mère à une filiale créée…une semaine auparavant : Vélogik Alpes. Coïncidence ? « En CAO, on nous avait proposé un marché avec une entreprise qui avait un historique, reprend notre interlocuteur. En fait, on a été grugés” raconte un élu à Place Gre’Net. Qui questionne : “Les règles de la concurrence ont-elles été faussées ?”

LE GAM : REMONTER LES PROFITS SANS RESPONSABILITÉ

Le groupe d’analyse métropolitain (Gam) avait parfaitement décrit dès octobre 2017 le mécanisme qu’a permis cette opération : « avec la création de la Sasu Vélogik Alpes, il s’agit bien de la création d’une nouvelle personne morale effectuée dans le but express d’exécuter le marché après que son octroi eut été notifié, ce qui permet au titulaire initial du marché, la SARL Vélogik, de se dégager de ses responsabilités, sans pour autant avoir le statut de groupe, tout en faisant remonter des fonds de la filiale ainsi créée. »

DES AVENANTS DE COMPLAISANCE pour 240 000 €

Avec les Verts le vélo écolo est un business comme un autre pour faire du pognon. “Le marché aurait-il dû faire l’objet d’une nouvelle mise en concurrence ?” demande encore Place Gre’Net. Ajoutant : “Il a, en tout cas, fait l’objet de trois autres avenants. Un a permis à Vélogik de toucher chaque mois, au lieu de chaque trimestre, l’avance de prestation de service due en théorie annuellement. Objectif ? Tenir à flot sa trésorerie. Deux autres avenants, de 82 000 euros et de 160 000 euros ont suivi, gonflant quelque peu l’enveloppe du marché initial.

LE RÔLE DE DAVID BOUSQUET (PS/Noblecourt) ….

Ce qui a porté la différence de prix avec son concurrent à 740 000 € en plus en défaveur de Vélogik. Décidément… Mais le site d’information en ligne va plus loin : “À cette époque (…) l‘éclairage public a, lui aussi, échappé à GEG, dont la Ville de Grenoble est actionnaire majoritaire, pour tomber dans l’escarcelle du groupement Citeos-Vinci-Bouygues. Un consortium privé qui, à l’époque, bénéficiait d’appuis et partenaires, tels Soitec, BH Technologies, l’agence Lumières ou la régie de quartier Villeneuve, comme l’avait expliqué l’adjoint à la Ville de Grenoble Jacques Wiart au Postillon.

IL LANCE L’APPEL D’OFFRES DONT IL BÉNÉFICIE

Ajoutant : “sachant que ces entreprises ne sont pas des inconnues dans la cuvette. L’agence Lumière a notamment décroché les marchés de l’éclairage du parc Michallon à Grenoble ou du phare urbain du Pont-de-Claix. Une ville dont le président de la Métro est le maire. Quant à BH Technologies, elle comptait parmi ses responsables un certain David Bousquet, alors « conseiller de Michel Destot, l’ancien maire de Grenoble, celui qui a[vait] lancé l’appel d’offres », rappelle le journal satirique. Lequel David Bousquet a décroché, en 2017, le poste de directeur général de… Vélogik Alpes.”

POUR O.NOBLECOURT C’EST “UN TRENTENAIRE FRINGUANT”(!)

Ce même David Bousquet qu’Olivier Noblecourt (PS repenti) qui ne manque pas d’air présentait comme un “trentenaire fringuant” qui aurait participé à “une entreprise en optimisation énergétique…”... Pas fiscale ? Sans préciser qu’il est aussi membre du comité directeur du PS.

PAS BELLE LA VIE EN PIOLLAND ?

Celui qui avait lancé l’appel d’offres en a été le bénéficiaire ! Quel heureux hasard. En Piolland c’est monnaie courante. Cela a permis sa reconversion heureuse et sa promotion comme directeur général de la société qui a obtenu le marché. Pas belle la vie en Piolland ? On retrouve avec ces consanguinités toutes les dérives du systéme local qui permet de s’entendre sur le lucratif et de se disputer pour la forme. Le grenoblois évidemment de gauche continue de voter sans rien voir…

DÉPLACÉ A UN POSTE MOINS VOYANT à L’ENTRÉE EN CAMPAGNE

A noter qu’avant de se lancer avec Noblecourt en septembre David Bousquet a changé de poste afin que tout soit moins voyant. S’agissait il de couper le fil ? Il est devenu “responsable du développement international de la société” ce qui lui laisse aussi visiblement beaucoup de temps pour la campagne.

C.FERRARI et E.PIOLLE SE SÉPARENT DE VELOGIK AVANT MARS

Pas besoin d’être Sherlock Holmes pour comprendre les tenants et aboutissants de toutes ces opérations. Avant le renouvellement municipal Christophe Ferrari et Eric Piolle se sont séparés de Vélogik, remplacé par Cykléo, une société parisienne. Il s’agit d’éloigner le vent du boulet.

LE BOULET DES AFFAIRES CHAUFFE SUR PIOLLE

Mais le boulet chauffe sur toutes les affaires : Alpexpo, les marchés sans appel d’offres aux amis pour la fête des Tuiles, l’acquisition illégale du siège de la banque, la question du “conseiller intéressé” pour Eric Piolle puisqu’il a voté comme élu Régional ou à la Métro des subventions à Minatec qui a subventionné la société dont il est actionnaire.

UNE NOUVELLE MAJORITÉ POURRAIT DÉFENDRE le CONTRIBUABLE

Cette accumulation de casseroles est de plus en plus dangereuse pour les élus sortants. Elle est très inquiétante aussi pour leur avenir. Une nouvelle majorité municipale et Métropolitaine pourrait avoir le désir d’ouvrir tous ces dossiers, de se porter partie civile pour défendre le contribuable.

LA HAINE DE CARIGNON MOTIVÉE PAR LA PEUR

Une grande partie de la crispation haineuse à l’égard du collectif de la société civile et d’Alain Carignon a bien cette inquiétude comme motivation. En affirmant au Conseil Municipal qu’il ressentait cette “haine comme motivée par la peur” ce dernier pensait-il à ce qui pourrait se passer à partir de mars prochain sur tous ces dossiers ?

Source : article Métrovélo : l’attribution du marché à Cykléo clôt l’étonnant épisode Vélogik | Place Gre’net – Place Gre’net  

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *