TAXES FONCIÉRES : L’EXPLOSION GRENOBLOISE

Aucun partenariat local n’a eu l’impact « massif, inhabituel et en force » de ce qui a été mis en place en Isère, confie un fonctionnaire du cadastre” révèle Aurélie Lebelle dans le Parisien (9 /9/19).

GRENOBLOIS COBAYES des PLUS FORTES HAUSSES de FRANCE

Les grenoblois sont à nouveau les cobayes des plus fortes et plus nombreuses augmentations de la taxe foncière ! Le taux était déjà le plus élevé des grandes villes. Les propriétaires subissent en parallèle la plus forte baisse de la valeur de leurs biens. Si un seul ne vote pas Carignon qu’il lève le doigt !

“UNE AUGMENTATION DU PRODUIT des IMPÔTS LOCAUX”

Une convention a été signée entre les Maires et les services fiscaux pour réévaluer les bases des taxes foncières et faire rentrer plus d’argent dans les caisses municipales. « Dès 2019, la mise à jour des valeurs locatives de ces locaux générera une augmentation du produit des impôts locaux revenant aux collectivités iséroises », reconnaît ainsi la « Lettre aux élus » d’avril 2019, un document interne envoyé par la DDFiP de l’Isère aux élus locaux.

LES GRENOBLOIS EXCÉDÉS PAR LE MATRAQUAGE

Grenoble le Changement” a reçu des dizaines de témoignages de grenoblois excédés par ce matraquage. L’un d’eux demande “pourquoi ces montants sont si importants (1800 euros pour un appartement de 80m2). Je suis révolté par l’Etat de la ville et par sa gestion actuelle donc j’aimerai savoir où vont les 3600 euros annuel que je paie. Je ne suis pas contre payer mais j’attends qu’en retour de ces sommes assez conséquentes des actions concrètes soit engagées pour pouvoir vivre dans une ville autre que le tiers-monde”.

E.PIOLLE REFUSE DE RÉPONDRE AU “PARISIEN”

La journaliste du “Parisien” a tenté de joindre Eric Piolle pour lui demander des explications : “Une chose est sûre : les maires, qui ont pourtant appuyé sur le bouton de cette revalorisation massive, bottent en touche. Contactés, le maire EELV de Grenoble, Eric Piolle, n’a pas donné suite à nos appels” écrit Aurélie Lebelle. Courage fuyons.

PREMIERS POUR L’IMPÔT, DERNIERS POUR LES SERVICES

Comme avec les travaux Eric Piolle le cynique voudrait que les Grenoblois aient tout oublié en mars prochain.

Les grenoblois sont les premiers pour l’impôt sur les ménages et la taxe foncière. Avec des services de base de plus en plus réduits. Le ramassage des ordures ménagères, des encombrants, la propreté … tout a été réduit. Des bibliothèques fermées. La santé scolaire diminuée.

RAPPORT ACCABLANT de la CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES

Comment pourra t il expliquer qu’avec ce record d’impôts et de taxes les grenoblois soient autant défavorisés ? Il faudra bien répondre de ce bilan calamiteux. Financièrement la Chambre Régionale des Comptes a donné sa réponse dans son jugement de septembre dernier. Les causes sont connues.

RECRUTEMENTS MASSIFS de CONTRACTUELS

Explosion des frais de fonctionnement, recrutements massif de contractuels amis au moment ou la masse salariale aurait du baisser du fait des transferts à la Métro, endettement irresponsable …

LES REFORMES DE STRUCTURES de la SOCIÉTÉ CIVILE

Sans réforme de structure comme le propose le collectif de la société civile avec Alain Carignon, les grenoblois peuvent craindre une nouvelle hausse d’impôts car les recettes supplémentaires de la taxe foncière n’y suffiront pas.

UN CHOIX LIMPIDE

D’un côté un Eric Piolle paralysé par les dogmes de l’extrême gauche, incapable d’innover dans la gestion, une Emilie Chalas qui reconnait que le projet d’Alain Carignon “est très construit” -donc répond aux besoins de la ville- et de l’autre le collectif qui porte ces solutions dont Grenoble a besoin. Le choix est de plus en plus limpide.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *