GRENOBLE AU TOP DES PLUS CHÈRES de FRANCE

Le classement établi par la société Zenpark. La carte présente les tarifs moyens par ville. À droite, le graphique présente les tarifs maximaux, soit pour Grenoble, ceux de l’hyper-centre.

 Nouveau record pour le Grand Timonier: Grenoble au top des villes les plus chères de France en matière de stationnement !

Première pour l’impôt sur les ménages, première pour les agressions violentes et les vols à la tire pour 1000 habitants, première pour la baisse de la valeur des biens, première pour l’accroissement du temps perdu dans les embouteillages (elle est passé de la 10 ème place à la 5 ème en 5 ans…), dernière des grandes villes pour le nombre de M2 d’espaces verts par habitant, on ne saura qu’à l’automne lorsque Atmo voudra bien publier les chiffres si elle est aussi la première pour l’augmentation de la pollution.

E.PIOLLE FAITE ENTRER GRENOBLE A RECULONS

Eric Piolle accumule les succès. Le phare de l’occident aura fait “entrer Grenoble dans le XXI ème siècle” à reculons. Une régression sans précédent.

Le “Dauphiné” (16/8/19) détaille le classement national établi par la société Zenpark et publie l’infographie accablante qui démontre le vulgaire matraquage auquel s’est livrée la municipalité .

IL A ÉTÉ CONDAMNÉ à REMBOURSER 4 600 GRENOBLOIS !

Et encore les résidents ont du en passer par les tribunaux pour faire annuler les tarifs iniques qu’Eric Piolle voulait leur imposer. Il avait même été condamné à rembourser 4 600 grenoblois contraints de verser entre 30 et 70 € par mois pour stationner.

IL AVAIT REFUSÉ LE RÉSULTAT DU VOTE à 67%

Pour se venger d’eux il a mis en place un système Kafkaïen avec la dématérialisation des abonnements résidents, réclamant 4 documents et des hausses de tarifs déguisées.

Les Rouge/Verts avaient aussi récusé le résultat de la votation par laquelle 67 % des grenoblois votants avaient demandé l’abrogation de la délibération du Conseil Municipal instituant les tarifs de stationnement.

le DL : “LA DÉCISION AVAIT FAIT GRAND BRUIT”

Avec la publication de l’étude de Zenpark le malheureux Piolle prend une nouvelle volée de bois vert, si on peut dire. Le “Dauphiné “rappelle douloureusement que “la décision avait fait grand bruit en janvier 2018 : pénaliser les automobilistes qui stationneraient plus de 2 h en hyper-centre, avec une tarification qui passerait alors à… 1 € la minute ! Ainsi, de 4,50 euros les deux heures (tarif inchangé), on passe à 34,50 € si l’on reste 2 h 30…”

LE DL : “OUI, GRENOBLE AFFICHE UN TARIF ÉLEVÉ”

Oui, comparativement à d’autres grandes villes, Grenoble affiche un tarif élevé (2 €/h de moyenne, et 34,50 € pour 2 h 30). Le classement effectué par Zenpark met toutefois en évidence une spécificité grenobloise : son intransigeance au regard des stationnements longs. Un seuil maximal, en hypercentre, arrêté à 2 h 30, c’est très rare. Les autres villes les plus sévères ont généralement choisi le seuil de 3 h pour interdire le dépassement.”

TOUJOURS UN ÉLU ROUGE/VERTS POUR DÉFENDRE L’INDÉFENDABLE

Chaque fois que la réalité surgit, implacable, il se trouve un élu Rouge/Verts pour défendre l’indéfendable comme Yann Mongaburu (Verts/Ades) expliquant que la circulation a baissé quartier Championnet !

J.WIART (Verts/PG) : “DES PERSONNES ÉNERVÉES SUR CES QUESTIONS”

Ici c’est Jacques Wiart (Verts/PG) le répétiteur qui reconnait : « Oui, il y a a toujours des personnes plus énervées sur cette question » mais préfère mouliner dans le vide quand on lui parle de gratuité : « Ce n’est pas nécessairement une attente, ni une bonne idée » répond-il a Isabelle Calendre.

PAS DE CHIFFRES SUR LES PLACES SUPPRIMÉES EN SURFACE

Evidemment Christophe Ferrari le Président (PS repenti) de la Métro qui n’a pas de problème de stationnement et gère les 21 parkings grenoblois y va de son couplet. Mais personne ne cite les milliers de places de stationnement supprimées en surface qui contribuent à la répulsion que produit la ville. Il oublie évidemment de dire qu’aucun des 21 parkings grenoblois existant n’est né depuis les 25 dernières années ! Ni qu’il n’y a plus de parking dans les nouveaux HLM.

C.FERRARI (PS repenti) : A CAUSE D’UNE MAUVAISE INFORMATION…

Au contraire Christophe Ferrari juge que c’est à cause d’une mauvaise information que les usagers pensent qu’on ne peut pas stationner à Grenoble puisqu’il existe des places libres dans les parkings en ouvrage.

NE PEUVENT NI PÉNÉTRER NI STATIONNER

Les restaurateurs qui entendent leurs clients annuler leur réservation parce qu’ils n’ont pas trouvé ou stationner, les commerçants qui ont perdu leurs habitués du Grésivaudan ou d’ailleurs qui ne peuvent plus ni pénétrer ni stationner apprécieront.

LICENCIEMENTS, EFFONDREMENT des CHIFFRES D’AFFAIRES

Le résultat de cette tarification qui est maintenant officiellement et nationalement reconnue comme crevant les plafonds est connu : effondrement de l’attractivité et des chiffres d’affaires, faillites, suppressions de centaines d’emplois, baisse de la valeur des biens…

ACCUMULATION DE PREUVES

Le Grand Timonier et ses acolytes prennent toutes ces publications en rafales dans la figure : elles accumulent les preuves de leur mauvaise gestion et de leur infantilisme coupable.

NARCISSIQUES, ENFANTINS

En effet un comportement adulte consiste à composer avec la réalité pour atteindre son objectif. Les Rouge/Verts, narcissiques, enfantins, sont des adeptes du “tout tout de suite” totalement immergés dans la futilité et l’irresponsabilité.

LES CAPRICES D’UNE MUNICIPALITÉ

Freud qui tenait le monde des adultes pour bien supérieur à celui des enfants jugerait sévèrement les caprices d’une municipalité qui impose n’importe comment des “autoroutes à vélos” ou supprime massivement des places de stationnement pour se faire plaisir et ne supporte aucune contrariété, tapant du pied, comme si elle n’avait pas quitté le monde de l’enfance.

INCAPABLES DE DIFFÉRER SES DÉSIRS PERSONNELS

Sauf qu’Eric Piolle gère une ville, des existences qui dépendent de lui, des intérêts contradictoires et tous respectables à priori. Tout ce qu’il a ignoré, incapable comme un enfant de différer ses désirs personnels imposés à Grenoble et lui revient maintenant sous forme d’implacables tableaux, s’égraine sous ses yeux comme un chemin de croix.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *