E.PIOLLE : LE TEMPS de la DÉLATION ANONYME

«On peut difficilement me sus­pecter de rouler pour Cari­gnon ! » a lancé dans un éclat de rire Bruno de Lescure, Président de l’Union de Quartier Chorier-Berriat à Saléria Benarbia dans le Dauphiné (27/12/18). Réputé proche de Maryvonne Boileau et Vincent Comparat (Verts/Ades) Bruno de Lescure a joué un rôle essentiel dans l’élection de Piolle.

LA PÉTITION SUR L’ESPLANADE A EXONÉRÉ LES ÉLUS VERTS/ADES

Avec la pétition contre le projet urbain de l’esplanade qui a recueilli 10 000 signatures, il a empoisonné les deux dernières années du mandat Destot. En refilant Le mistigri de la bétonisation au malheureux Jérôme Safar, exonérant les élus Verts/Ades qui ont pourtant joué le premier rôle depuis le Plan Local d’Urbanisme de 2004 (Pierre Kermen). Eric Piolle pouvait en parallèle prôner tranquillement dans ses “engagements” la “remise à plat de tous les projets d’urbanisme”.… Le tour était joué. Etant entendu qu’il n’a rien remis à plat.

MAIS VIVRE à GRENOBLE A CONDAMNÉ LE PROJET PIOLLE

Mais sa proximité avec eux n’a pas empêché Bruno de Lescure de condamner fermement la continuité de la bétonisation de l’Esplanade par la municipalité Piolle, l’association “Vivre à Grenoble” qu’il anime n’ayant pas hésité à juger que la municipalité se désavouerait elle-même” si elle conduisait son projet.

LE COLLECTIF “LE VÉLO QUI MARCHE” CRITIQUE …

Aujourd’hui il est l’objet d’une polémique qui révèle le climat de délation que fait régner la municipalité par l’intermédiaire “d’anonymes” dont on imagine les origines.

En effet un collectif “le vélo qui marche” a produit une analyse critique sur le projet d’autoroutes à vélos de la municipalité dénommé désormais “Chronovélos”. Un collectif composé notamment, outre lui-même de Pierre Belli-Riz, Guy Waltisperger, Jean-Pierre Gambotti…

LE MÊME ADMINISTRATEUR QUE “GRENOBLE, LE CHANGEMENT”

Or un dénonciateur anonyme, qui se fait appeler “Alain C ex Maire de gre” sur twetter a noté que l’administrateur des sites “grenoblelechangement.fr”, de “societecivi­le.fr”, et le “veloquimar­che.fr” était le même ! Conclusion évidente : notre collectif “Grenoble, le Changement” voire Alain Carignon était le tireur de marionnettes de ces messieurs ! Lesquels ont naturellement expliqué au DL : “il se trouve qu’avec le site “grenoblelechangement.fr”, nous avons le même héber­geur, il n’y a rien d’anormal, cela arrive à des milliers de sites. Effectivement, le web­ master, à qui un membre du collectif a demandé de créer notre site, est le même que celui de “grenoblelechange­ment” “.

UN CLIMAT D’INTOLÉRANCE, de HAINE SUR LA BASE DU SOUPÇON

Voilà donc le webmaster disqualifié (il ne devrait avoir qu’un seul client) “le vélo qui marche” aussi … Ce qui frappe dans cette méthode de délation sans motif est le climat d’intolérance et de haine sur la base du soupçon, que le Piollisme veut imposer aux Grenoblois.

Malheureusement Bruno de Lescure, se croit contraint de donner des gages au pouvoir local .Dés qu’il a su que ce webmaster était commun, annonce t il, “nous nous som­mes séparés de lui parce que cela provoque de la confu­sion”.

DES MOYENS MÉPRISABLES CONTRE GUY TUSCHER

On avait vu des moyens méprisables mis en oeuvre contre Guy Tuscher, pourtant élu avec Lui, qui a commis la faute indélébile d’avoir voulu demeurer fidèle aux engagements pris par la liste devant les grenoblois et s’est donc séparé d’Eric Piolle.

Alain CARIGNON EN EST HABITUELLEMENT LA CIBLE

Le fait que des proches de la municipalité, des personnalités de gauche indépendantes soient encore victimes de ce type d’attaque éclaire le fonctionnement de l’ensemble du système dont Alain Carignon est habituellement la cible. Cette nouvelle affaire a au moins une vertu pédagogique sur la nature du Piollisme.

UNE TECHNIQUE POUR DISQUALIFIER

En effet, si elles sont honnêtes intellectuellement ces personnes ne peuvent pas -au moins dans leur for intérieur- ne pas s’interroger gravement sur cette détestable technique qui a pour objet de disqualifier systématiquement non pas la thèse mais les porteurs de thèses différentes de la municipalité. Fut-ce en l’occurrence pour augmenter la pratique du vélo. Il s’agit bien d’une culture d’essence totalitaire qui refuse le principe même du débat.

LE TWITTO VEUT “ÉCLAIRER LES GRENOBLOIS SUR A. CARIGNON…”

Interrogé par Saléria Benarbia le twitto “AlainC. ex­maire de Gre” “explique que sa démarche est là pour éclairer les Grenoblois sur la candi­dature d’Alain Carignon.”

On mesure ici aussi la somme de mensonges que la municipalité Piolle est capable de déverser sur son principal adversaire. En quoi accuser Alain Carignon d’être lié à un collectif auquel il est étranger -comme en témoigne l’évidence- permet-il “d’éclairer les grenoblois sur sa candidature” ?

UNE MÊME PERSONNE SERAIT MEMBRE de DEUX COLLECTIFS !

D’ailleurs le twitto a “aussi remar­qué qu’une même personne, un certain Olivier, est à la fois membre du collectif Greno­ble à cœur et membre du collectif “Le Vélo qui marche”. Des con­nexions existent », dit-­il.

LES AMALGAMES à la AVRILLIER (Verts/Ades)

Ce type d’amalgame est typiquement de ceux dont Raymond Avrillier a abusé pendant toute sa “carrière” négative. Ainsi si ce fait est établi, être membre du collectif “Grenoble à Coeur” et du “vélo qui marche” est une sorte de crime. Heureusement qu’un membre du second ne figure pas aussi au collectif “Grenoble, le Changement”. “L’anonyme” pourrait évoquer le “retour des années sombres”.

TANDIS QUE B. BONACCHI EST UNE CITOYENNE INDÉPENDANTE

Tandis que Béatrice Bonacchi, pour prendre un seul exemple, est directrice (rémunérée ?) du site du « Réseau citoyen », représentante de RESF38, également de la FCPE 38, “citoyenne indépendante” dans les Conseils Citoyens de la ville, interviewée dans le magazine municipal Gremag (31/3/15) au nom des “citoyens” ou elle exprime sa reconnaissance à Eric Piolle  en disant “merci à la mairie” de donner la parole… aux citoyens.

LE TWITTO NE VEUT PAS “ÉCLAIRER” sur la CANDIDATURE PIOLLE

Elle représentait aussi le groupe des 150 (?) aux assises citoyennes organisées par la municipalité à MC2.  Elle avait lançé également un appel «citoyen» pour l’alternance départementale pour soutenir les candidats Verts/Ades et PG, après avoir fait de même aux élections municipales.

Le twitto Alain C ne s’est pas penché sur son cas et de quelques autres afin “d’éclairer les grenoblois sur la candidature d’Eric Piolle…”

LE DÉBAT MUNICIPAL DOIT SE DÉROULER à VISAGE DÉCOUVERT

Mais ce qui est choquant est l’acceptation de la délation dans l’anonymat. Pour se dérouler dans d’honnêtes conditions le débat doit être à visage découvert. La municipalité Piolle ne peut pas conduire sa campagne par l’intermédiaire d’officines telles qu’on les a vu naître sur le Net en diverses occasions, avec de nombreux dérapages.

LES MÉDIAS DEVRAIENT RÉCUSER LES INTERVENANTS CAMOUFLÉS

Nous en appelons aux médias afin qu’ils récusent les intervenants camouflés qui peuvent être simplement des membres du cabinet du Maire ou de son service de communication utilisant tous les moyens de la ville pour agir. La pratique est malsaine, l’équilibre est rompu. Si des affirmations sont lancées, elles doivent être assumées. La meilleure preuve qu’il s’agit de rumeurs malveillantes est bien qu’Eric Piolle et ses amis se gardent bien de les signer publiquement.



Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *