“LA VILLE EST DEVENUE UNE GIGANTESQUE ZONE DE NON-DROIT”

 

Gangrenée par e trafic de drogue en proie à une délinquance en pleine expansion, la ville est devenue une gigantesque zone de non-droit”. Après “Le Figaro”, “le Monde”, “Libération”, l’hebdomadaire “Valeurs Actuelles” consacre 4 pages (!) peu flatteuses à notre ville. Le journaliste décrit notamment l’enfer des riverains du squat “officiel” autorisé par Eric Piolle dans des locaux de la ville au 38 rue d’Alembert.

E.PIOLLE N’A PAS DAIGNÉ RÉPONDRE A UN SEUL DE SES COURRIERS

Dans la cour du” 38″  des punks à chiens, des clandestins, une famille de Roms tambourinent sur du métal ; rafistolent des épaves à coups de clé de 2. La veille c’était “couscous-partie, barbecue jusqu’au bout de la nuit. Un concert, une séance de cinéma en plein air selon les jours de la semaine et l’humeur des occupants” raconte Valeurs Actuelles. Ajoutant : “Eric Piolle n’a pas daigné répondre à un seul de ses courriers et n’entend pas évacuer le squat”

“LA SÉCURITÉ, UN TROU NOIR DANS LA COUCHE DE NEURONES DES ÉLUS”

Pour le journaliste “la sécurité est une sorte de trou noir dans la couche de neurones des édiles (…) dans une ville qui, en quelques années, est devenue la capitale Française des faits divers. Cet aveuglement doctrinaire exaspère les grenoblois”.

Et de citer cet ingénieur démoli pendant son jogging un dimanche après midi parc Paul Mistral. Philippe Taylor qui a du abandonner son restaurant à Hoche victime de la délinquance. Adrien Perez assassiné par des voyous sans foi ni loi.

AUJOURD’HUI LES VOYOUS FONCENT SUR LES POLICIERS

Pour Alain Carignon “Grenoble n’est plus qu’une immense cité”. Valérie Mourier secrétaire départementale du syndicat Alliance raconte “qu’avant les voyous se contentaient d’insultes, tournaient en scooter mais restaient à distance. Aujourd’hui ils nous encerclent, viennent au contact, foncent sur nous, au point qu’un policier s’est fait fracasser une bouteille sur la tête”.

Ce nouveau reportage tombe après l’interview d’Alain Carignon à L’Essor selon  lequel  ” la délinquance a pris le pouvoir à Grenoble   . Il n’y avait pas d’exagération, mais une bonne connaissance de la réalité de la ville .

UN COUP DE PROJECTEUR QUI N’AMÉLIORE PAS L’IMAGE DE GRENOBLE

Malheureusement ce nouveau coup de projecteur national ne va pas améliorer l’image de Grenoble. Cette évolution produit des effets catastrophiques sur l’attractivité de la ville. Avec 5 points de chômage et 7 points de pauvreté de plus que la moyenne départementale, la plus forte baisse nationale de la valeur des biens, la municipalité Piolle met la capitale des Alpes en danger.

De combien d’emplois perdus dans le commerce et les services l’extrême gauche et les Verts grenoblois censés défendre les salariés sont responsables ? Plusieurs centaines sans que, semble t il, leur bonne conscience n’en soit affectée ni leur appartenance au camp du Bien.

DES SOLUTIONS COURAGEUSES ET HARDIES

Pourtant le double effet d’un laxisme coupable sur la sécurité et de mesures coercitives irréfléchies sur les déplacements produit ce climat délétère qui enfonce considérablement Grenoble. Devant cet inéluctable, il appartient aux grenoblois eux-mêmes de prendre leur destin en mains et de tracer un nouvel avenir à la ville avec des solutions courageuses et hardies. Sous peine de poursuivre la descente aux enfers.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *