LE MAMBO ROCK FERME SON ÉCOLE et POURSUIT à CHAMBÉRY

 

L’équipe du Mambo rock a publié  “l’avis de décès de l’école grenobloise” en ces termes : “Malheureusement non, ce n’est pas une erreur, après 18 saisons de danse à Grenoble, de merveilleux moments de partage et de progression pour chacun d’entre nous, nous vous informons que le Mambo rock Grenoble ne renouvellera pas sa rentrée en septembre 2018.

“LA CONJONCTURE S’ALOURDIT, LE STATIONNEMENT SE COMPLIQUE”

“Contraints par une conjoncture qui s’alourdi dans la ville, des modalités de stationnement qui se compliquent

“Nous continuerons à vous accueillir avec plaisir au Mambo rock Chambéry pour des événements de qualité….”

C’est toute la diversité de la ville qui est petit à petit réduite par une municipalité incapable de prendre en compte la globalité des problèmes, polarisée qu’elle est sur ses dogmes.

LE “CIEL” VICTIME de la MÊME POLITIQUE 

Du populaire “Mambo Rock” à une salle des musiques nouvelles comme “Le Ciel” c’est la même politique qui étend son grand manteau noir d’extinction de la culture grenobloise. La salle emblématique ouverte très en avance par la municipalité Carignon est menacée aussi. N’évoquons pas l’ex-Adjointe “aux cultures” (encore une anti-phrase), la malheureuse Corinne Bernard (Verts/Ades) qui aura été le corbillard de ce secteur.

UNE PRISE EN MAINS par Olivier BERTRAND (Verts/Ades) 

Avoir repris directement en mains la programmation du Ciel a produit un foutoir pas possible : Olivier Bertrand (Verts/Ades) officiellement chargé de “l’animation” a créé une usine à gaz afin de servir ses amis. “La Chaufferie” a subi le même régime et elle est devenue une annexe du service de propagande municipale. Tout l’été le DL a vanté ses initiatives de solidarité avec les élus de la majorité municipale en vedettes.

LE TRIBUNAL A ANNULÉ LES LICENCIEMENTS de E.PIOLLE 

Las, le tribunal a annulé les licenciements auxquels Eric Piolle avait procédé en arrivant afin de dégager à la fois le terrain, l’ancienne régie et ses salariés qui géraient ces équipements. Ils doivent être rétablis dans leurs droits. Afin de retarder l’échéance Eric Piolle a fait appel mais selon le Groupe d’Analyse Métropolitain ( GAM)le jugement administratif étant immédiatement exécutoire” l’équipement jeunesse” doit quitter les lieux séance tenante” car “la régie est dotée d’une personne morale“.

2019 : SUR LE FRONT CULTUREL L’ACTUALITÉ SERA JUDICIAIRE AUSSI

Les mêmes opérations ont été conduites avec la prise en mains des programmations théâtrales et ont conduit au même fiasco. Il va être très difficile l’année prochaine -pré-électorale- de continuer les opérations de com’ sur fonds publics. Au contraire l’actualité devrait être judiciaire dans ces dossiers aussi. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les Rouge/Verts grenoblois qui croulent sous une avalanche de procédures.

En attendant le départ du Mambo Rock et son installation à Chambéry est un signe supplémentaire que ça ne tourne pas rond en Piolland. Le rôle d’une municipalité n’est pas d’affaiblir la ville.

 

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

4 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *