BERRIAT: LE QUARTIER DÉNONCE LA CORRUPTION MUNICIPALE

JEUDI à 18 H30 "FÊTE" DE LA MI-MANDAT de E.PIOLLE
Hijab, burkini ou jilbab… DISCRIMINÉS SELON E.PIOLLE !

La municipalité Piolle a été étrillée sévèrement par les habitants du quartier Chorier/Berriat lors d’une assemblée ou ils étaient particulièrement remontés (DL 26/3/17)

« Dans un climat d’hostilité profonde. Les deux camps se renvoyaient la balle avec la fermeté des grands soirs. Les thèmes des marchés et des projets immobiliers sur les terrains d’ARaymond ont occupé plus de la moitié de la soi­rée » raconte le journaliste du Dauphiné Matias Arraez .

On le sait dans une étrange et troublante continuité la municipalité Piolle bétonne l’îlot ARaymond exactement comme l’avait prévu la municipalité Destot. Elle n’applique pas son engagement N°80 selon lequel elle « remettrait à plat tous les projets urbains » (!)

http://grenoble-le-changement.fr/2016/04/21/6349/ (EIFFAGE/RAYMOND à BERRIAT: L’ÉTRANGE CONTINUITÉ DESTOT/PIOLLE)

L’engagement 80 est trahi comme les autres

LA MUNICIPALITÉ VEUT PASSER EN FORCE 

La dégradation du quartier est considérable en termes de malpropreté, d’insécurité et les élus Verts/Ades et du Parti de Gauche veulent quand même poursuivre la bétonisation à marche forcée. Sur l’ilot ARaymond comme il l’ont fait rue Raspail en passant en force, piétinant tous leurs engagements de campagne.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/03/09/4814/ (BETONNAGE de BERRIAT: PIOLLE (Verts/PG) PASSE EN FORCE rue RASPAIL)

L’ÉCONOMIE SOUTERRAINE S’ÉTEND EN TÂCHE D’HUILE

La progression de l’économie souterraine et des commerces alibis du blanchiment se constate à l’oeil nu, atteint le coté impair du cours  Jean Jaurés  et visiblement les élus s’en accommodent percevant -à minima-  les dividendes électoraux.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/09/10/cours-jean-jaures-lhecatombe-commerciale-se-poursuit/

E.PIOLLE ANNONCE ENCORE 545 LOGEMENTS à BERRIAT ! 

Dans ce contexte les élus  ont annoncé lancer 545 logements dans le quartier sans un espace vert nouveau ! La respiration de Chorier-Berriat repose sur les parcs Marliave et Valérien Perrin réalisés par la municipalité Carignon qui avait aussi poussé à l’installation de la Chambre de Métiers afin de tirer le quartier vers le haut. Depuis c’est de la folie. Au secours Carignon revient !

LE PROJET DE CAP BERRIAT VERS LES JEUNES MENACÉ

La municipalité Destot (PS), elle,  avait même mis … 8 ans pour reconstruire la piscine couverte ! La municipalité Piolle menace le projet de Cap Berriat  qui a adressé une « lettre ouverte » au maire le 22 mars dernier. L’association qui développe un projet d’éducation populaire depuis … 51 ans dans le quartier fait du sur mesure pour les jeunes. Logée dans des locaux provisoires depuis 20 ans (!) ce qui démontre l’attention de la gauche à ces questions,elle devait s’installer dans le projet du 24 bis rue Ampère.

Mais comme avec le Théâtre ( le Tricycle) la municipalité prétend définir unilatéralement les programmes dans ce secteur aussi, imposant ses amis au passage car il n’y a pas de petit profit.

« Nous sommes aujourd’hui confrontés à plusieurs difficultés qui nous poussent à arrêter les négociations concernant l’aménagement d’un lieu jeunesse dans le 24bis rue Ampère » écrivent au Maire les responsables. (contact@cap-berriat.com)

LE CENTRE SOCIAL A AUSSI ÉTÉ ATTAQUÉ

La municipalité s’en est déjà pris au Centre Social Chorier-Berriat refusant de prendre en compte l’activité pluridisciplinaire et demeurant dans une logique comptable du seul nombre d’enfants accueillis pour baisser la subvention de 50 000 €.

Déjà le président Bruno Fave, avait  dénoncé une volonté de «municipalisation».

« AVEC E.MARTIN, C’EST LA PREMIÈRE FOIS QU’ON A A FAIRE à des ÉLUS AUSSI DOGMATIQUES »

Le plus choquant, pour lui avait été  le «dialogue de sourds» avec l’élue Élisa Martin. « C’est la pre­mière fois que nous avons à ­faire à des responsables aussi dogmatiques » avait il déclaré. Ajoutant : « nous aurions gagné beaucoup de temps s’ils n’avaient pas fait croire aux différentes maisons des habitants que nous pouvions faire quelque chose. »

Cette accumulation de mécontentements s’est évidemment ressentie par la mobilisation des habitants qui n’en peuvent plus de ce dogmatisme.

http://grenoble-le-changement.fr/2015/12/17/chorier-berriat-e-piolle-vertspg-ferme-le-dernier-lieu-de-mixite-sociale/

LA CORRUPTION RÉGNERAIT SUR LES MARCHÉS GRENOBLOIS 

La goutte d’eau a été la dénonciation de la corruption qui régnerait sur les marchés à propos des emplacements des commerçants non sédentaires. Pour la première fois ouvertement dans son journal l’association la dénonce. Une commerçante, Amandine, depuis 5 ans à l’estacade confirme: « vous savez que pour avoir une place sur les marchés, il faut payer des bakchich ? Tout le monde le sait ». Alors que la municipalité est embourbée avec le nouveau règlement qu’elle voudrait imposer cette révélation tombe mal.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/01/10/marches-grenoblois-la-grande-desorganisation/

Elisa MARTIN REFUSE DE SAISIR LE PARQUET 

Car si le quartier la dénonce on imagine mal que les élus l’ignorent. Elisa Martin (PG) a envisagé de porter plainte  mais… pour diffamation. Ou bien de se contenter d’un « droit de réponse » dans le journal de l’Union de Quartier. Mais pas de faire une enquête ou de saisir le parquet !

DES TRICHEURS, des FAUSSAIRES DÉGUISÉS EN « CHEVALIERS BLANCS »

A chaque étape cette municipalité révèle sa vraie nature : celle de tricheurs, de faussaires qui s’étaient déguisés en chevaliers blancs « détecteurs de failles » selon la formule de Raymond Avrillier le parrain (Verts/Ades) de la majorité municipale. Ils ont altéré la sincérité du scrutin il y a 3 ans.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/10/01/les-elus-vertsades-une-pme-familiale-sur-le-modele-le-pen/

Elle trahit un à un et sans vergogne ses 120 engagements et prétend s’imposer jusque dans les détails du fonctionnement des associations ou dans le secteur culturel faisant fi de toutes les initiatives de la société civile et des expériences accumulées. A mi-mandat les Grenoblois ont compris à qui ils avaient à faire.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/02/20/mi-mandat-la-liste-des-120-tromperies-deric-piolle/

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *