ILOTS DE RESPIRATION, ARBRES : L’ÉTÉ MEURTRIER DE GRENOBLE

Avenue Jean Perrot, un ilot de verdure supplémentaire va disparaitre. À l'Ile Verte, "Vivre à Grenoble" proteste contre l'abattage de 15 superbes peupliers d'Italie rue Edmond de Chissée. La course à la suppression des ilots de respiration et des sources de fraicheur se poursuit sur fond de discours de lutte contre... le réchauffement climatique et d'objectif de neutralité carbone.

La municipalité Rouge/Verts est schizophrénique, elle qui bétonne de la main et verdit seulement par la parole.

BÉTONISATION : UNE HÉRÉSIE POUR LA CUVETTE GRENOBLOISE

La méthode se renouvelle partout. La chasse à la dent creuse est ouverte. Aucun quartier n'est épargné. Le plan local d'Urbanisme (PLU) porté par les élus Verts depuis... 2004 s'applique à toute la Métropole. Pierre Kermen (Verts/Ades) était Adjoint à l'Urbanisme de Destot avant que Vincent Fristot (Verts/Ades) ne porte ce secteur à la Métropole. Résultat ? L'uniformisation de l'agglomération sur la base de la densification à la Grenobloise. Une hérésie alors que la cuvette est particulièrement sensible aux périodes de fortes canicules.

CRÉER DES BANTOUSTANS ÉLECTORAUX

La connivence des gauches est totale sur ce sujet, Christophe Ferrari (PS repenti) est sur cette ligne. Il ne s'agit aucunement pour eux de répondre "à la crise du logement" - depuis 20 ans cette politique n'a rien résolu - mais de poursuivre dans la création de Bantoustans électoraux. Ces quartiers paupérisés, souvent ghettoïsés ou (et) communautarisés constituent des réservoirs. Peu importe qu'ils soient aussi des nasses sociales dont les habitants ne peuvent pas sortir.

GRENOBLE : UNE PART DE NATURE TRÈS FAIBLE ET À 50 % PRIVÉE

À Grenoble, la disparition des jardins est particulièrement grave puisque l'étude réalisée par Kermap à l'aide de l'intelligence artificielle et de la cartographie de l'Institut Géographique National montre que Grenoble est 27ème ville sur 31 pour la part de nature en ville avec 19% de couverture arborée, 21 mètres carrés par habitant et 32% de surface arborée et herbacée. Ce qui place la capitale des Alpes derrière une ville comme Villeurbanne et loin derrière toutes les grandes villes comparables.

Mais dans cette part de nature arborée, les jardins privés représentent 50 % ! Comme ils sont tous voués à disparaitre, Grenoble devrait se retrouver à l'issue dans une situation catastrophique. La suppression de ces puits d'absorption de carbone met hors d'atteinte l'objectif de neutralité carbone en 2050.

ALAIN CARIGNON PROPOSE DES PROCÉDURES POUR FREINER LA BÉTONISATION

Au Conseil Municipal, Alain Carignon et le groupe d'opposition ont expliqué à plusieurs reprises cette dangereuse évolution et proposé un moratoire sur la suppression des espaces de respiration dans la ville. Ils ont proposé un amendement adoptant la procédure mise en place par la municipalité (Verts/LFI) de St-Egrève instaurant des "périmètres de prise en considération de projets" lui permettant de bloquer un temps les constructions. Piolle l'a fait refuser par sa majorité.

SANCTUARISER LES ESPACES DE RESPIRATION

Alain Carignon demande une révision urgente du PLUI afin de sanctuariser les espaces de respiration qui restent à Grenoble. Pour l'instant, Piolle campe sur sa position qui met Grenoble en grave danger et réduit ses possibilités en matière de neutralité carbone.

DES DÉSACCORDS DANS LE CAMP PIOLLE

Mais ça bouge même dans son camp. L'intervention au nom de "vivre à Grenoble" de Michel Vernerey et de Jean-Marc Cantèle contre l'abattage de 15 peupliers d'Italie à l'Ile Verte est significative : le premier a été l'habillage du "Réseau Citoyen" dans la majorité Piolle et le second, ex Adjoint au Maire a même été Président des Verts/Ades , la secte Avrillier/Comparat, le coeur du réacteur des Rouge/Verts municipaux.

JUSQUE-LÀ SILENCIEUX

Que des acteurs de ce type se manifestent à l'Ile Verte, la chasse gardée de Gilles Namur, l'inénarrable Adjoint (Verts/LFI) à la fraîcheur (!) n'est pas un hasard. Ils sont demeurés silencieux sur les 19 marronniers de la place Victor Hugo, les arbres de la piscine Jean Bron, les cerisiers du japon de la place de la Gare. Ils se réveillent.

LES ARBRES DE L'ILE VERTE BÉNÉFICIENT D'UNE PROTECTION

Ils expliquent : « Au départ, on nous parlait d’arbres malades. On évoque désormais une question de sécurité. Les arbres de l’alignement de la rue Aimon-de-Chissé sont répertoriés dans le plan du patrimoine bâti, paysager et écologique. Ils bénéficient (à ce titre) de règles de protection particulières ». Ajoutant : « Il est grand temps que la municipalité et la Métropole se ressaisissent et reviennent sur ce projet insensé et illégal ».

PLUSIEURS GÉNÉRATIONS POUR ÊTRE COMPENSÉS

Ils reprennent l'argumentation développée par tous les scientifiques et portée par l'opposition : «L’adjoint nous dit que ces arbres vont être remplacés, mais il va falloir attendre plusieurs générations pour qu’ils poussent et arrivent à maturité ».

HUGO CLÉMENT (France Inter) DÉNONCE "L'ARNAQUE" DES ARBRES REMPLACÉS

Un arbre peut capter 5 à 10 kgs de CO2 par an, pompe de l'eau dans le sol et en recrache 70 % sous forme de vapeur d'eau, il fait baisser de 2 à 8 degrés la température à proximité d'un immeuble et il peut stocker 22 kgs de particules fines. Hugo Clément sur France Inter a dénoncé "l'arnaque" des arbres abattus "compensés". 

F. HALLÉ : "LA COUPE D'UN ARBRE MATURE N'EST JAMAIS COMPENSÉE"

Citant le botaniste Francis Hallé pour lequel "la coupe d'un arbre mature n'est jamais compensée par la plantation d'un jeune arbre. Pour la photosynthèse qui permet le captage du CO2 et la production d'oxygène, ce n'est pas le nombre d'arbres qui compte mais le nombre de feuilles et la taille des racines. Pour compenser la coupe d'un seul vieil arbre, il faudrait planter des dizaines voire des centaines de jeunes arbres en s'assurant qu'ils survivent". 

Pour Hugo Clément, "planter c'est bien ,ne pas couper c'est beaucoup mieux" .

GILLES NAMUR (Verts/LFI) : "ON PRÉPARE 2050..."

En réponse, Gilles Namur ne traite pas mieux ses amis que l'opposition : « Parce qu’il faut faire des choix pour le futur, on va les abattre et replanter des nouvelles essences. On va préparer 2040 ou 2050 en mettant des arbres qui vont tenir la route. ». Pour lui peu importe ce que disent les scientifiques en matière d'arbres sur 2050 !

"C'EST UNE POLÉMIQUE RIDICULE"

Il « ne comprend pas cette "polémique". C’est une polémique ridicule, inutile, sur des arbres vieux, qui sont très limités en termes d’usage et les informations ont été largement partagées à ce sujet. »

Emettre un autre avis que le Grand Timonier dont il porte la parole est automatiquement polémique. Michel Vernerey et Jean-Marc Cantèle rejoignent les 7 élus exclus de la majorité dont 3 Adjoints au Maire, et rejoignent ... Alain Carignon. Leur polémique est "ridicule". Fermez le banc.

GRENOBLE DEVENUE LA PREMIÈRE POUR LES ILOTS DE CHALEUR

Mais alors que Grenoble a été classée par le CNRS en 2022 (année de capitale verte !) première des grandes villes pour les ilots de chaleur, alors qu'un membre du GIEC a critiqué les choix d'urbanisation de la municipalité, comment celle-ci peut elle continuer à actionner les bulldozers et à manier la hache ?

Elle ne pourra pas durablement continuer à mépriser les expertises et les données publiées de tous côtés. D'autant moins si une partie de ses alliés et soutiens retrouvent un peu d'honnêteté intellectuelle en même temps qu'ils ont gagné en liberté. 

21 Comments

Laisser un commentaire