UN ÉLU DE LA MAJORITÉ DÉNONCE LE PROCÉDÉ « SOURNOIS, VIOLENT ET AUTORITAIRE » DE PIOLLE

"Je trouve le procédé sournois, violent et autoritaire" écrit Lionel Picollet, élu de la majorité Rouge/Verts à Anne-Sophie Olmos, une apparatchik qui co-préside le même groupe et a pris en charge jusque-là, pour Piolle, pas mal de basses besognes, pas mal de coups tordus. À l'image d'une Maud Tavel, elle ne fait pas de sentiments. 

"EXCLU SANS AUCUNE FORME DE DISCUSSION "

Comme Lionel Picollet a accepté une mission sur la transparence de la vie publique Métropolitaine et de ses satellites, mission confiée par Christophe Ferrari, devenu l'ennemi juré, il est la cible vivante du clan Piolle. Il explique dans une lettre que l'adjudant Olmos lui a brutalement annoncé qu'il "n'était pas le bienvenu" à la réunion du groupe des affidés à Piolle, le groupe UMA. Il lui a été signifié qu'il "s'était auto-exclu de lui-même" et "aucune forme de discussion n'a pu s'en suivre" écrit Lionel Picollet. Dans les procès stalinien, on conservait une forme, une apparence, il y avait un simulacre de procès. 

PIOLLE LUI DIT QU'IL N'A PLUS SA PLACE AU GROUPE 

D'ailleurs "Eric Piolle m'a indiqué que je n'aurais plus ma place au sein du groupe UMA si je ne renonçais pas à cette mission" précise t-il montrant qui dirige l'opération. Un affidé particulièrement aux ordres, Lionel Coiffard (Verts/LFI) a bien précisé que "si cette mission avait été donnée à Yann Mongaburu, cela aurait été différent" (!) 

L.COIFFARD (Verts/LFI) DONNE LE COUP DE PIED DE L'ÂNE

Le même Coiffard qui n'hésite pas à mentir au DL (14/1/23) pour tenter d'éteindre le feu "nous sommes opposés à ce qu'un élu de la Métropole soit au pilotage d'une telle mission". Mais pas si ça avait été Mongaburu !  Et il (re) donne coup de pied de l'âne en expliquant que le groupe ne veut pas qu'une telle mission se déroule au même moment ou Christophe Ferrari est l'objet d'une enquête judiciaire sur l'éventuelle utilisation abusive de sa voiture de service.

C'est comme si la ville de Grenoble ne pouvait plus passer de marchés tant que le jugement n'est pas prononcé parce que Piolle va comparaitre en appel pour soupçons de favoritisme à ses amis. 

PIOLLE VOULAIT AUSSI EXCLURE 25 % DES GRENOBLOIS 

Mais Piolle avait mis une condition supplémentaire aberrante pour accepter que cette mission sur la transparence ne se déroule : l'exclusion du groupe d'Alain Carignon de sa participation. Le Grand Timonier voulait se substituer à la démocratie, rayer 25 % des Grenoblois de la carte et amputer le pluralisme de qui Lui déplait. Lionel Coiffard, pourtant couché devant les désirs du Guide, n'ose pas rappeler cette "condition" indéfendable  dans le DL.   

E. LESOURT : "JE REJOINS LA LONGUE LISTE DES DÉPARTS VIOLENTS DU CABINET "

Cet épisode réduit encore le groupe de Piolle à la Métro qui sera passé de 39 à 36 membres depuis la malencontreuse opération Mongaburu pour remplacer Ferrari. La réaction de Picollet rappelle la sauvagerie et le cynisme du départ de Enzo Lesourt, le Conseiller Spécial, au service de la firme depuis 2008 : "je rejoins la longue liste des départs violents du cabinet du Maire" a t-il écrit dans une lettre aux élus du 1er juillet 2022 dénonçant "le règne de la mesure permanente de la loyauté (autrement dit de la défiance) de tous et de toutes envers le sommet et au final la mise à l'écart pour déloyauté de celles et ceux qui poussent au partage du pouvoir". Evoquant "la culture de l'ouverture plutôt que celle du verrou", ajoutant "j'ai alerté il y a de nombreux mois sur le risque que nous prendrions à isoler plus longtemps ceux qui savent ouvrir des espaces".

CEUX EN QUI ILS FONT CONFIANCE NE LA MÉRITENT PAS 

Le malheureux Lesourt a été jeté comme un citron pressé, sans ménagement, comme les autres, au bon Plaisir du Grand Timonier. Par la majorité humaniste qui n'a que la bienveillance en tête : "aucun espace de discussion autre que "c'est la vie", sans aucune proposition de réparation légale" constate-il avec amertume après avoir donné 14 ans de sa vie professionnelle en confiance. Sauf que ceux à qui il l'a donné ne la méritaient pas. Ils ont un cœur de pierre comme peuvent en témoigner les Grenoblois victimes de leur politique, telle cette modeste femme seule, commerçante de la rue Diderot assassinée par le rouleau compresseur municipal et métropolitain. 

LES VOEUX PERTURBÉS PAR LE CHOIX D'UN MUSICIEN ACCUSÉ DE VIOLENCE

Cette nouvelle affaire Picollet tombe très mal pour Piolle en période de vœux perturbés par le choix d'une personne accusée de violences graves sur une femme pour animer les soirées musicales des cérémonies publiques ! 

TOUS LES ÉLUS NE VONT PAS ACCEPTER LA TRAHISON DES ENGAGEMENTS

Et ce alors qu'il est embourbé dans l'annonce du matraquage d'impôts (+ 25%) qui aboutira avec la révision des bases à + 32%. Le tout en créant une "dette Piolle" qui va paralyser Grenoble pour les 20 prochaines années. Il n'est pas exclu que cette "culture du verrou" produise des effets sur des membres lucides de la majorité. Tous ne vont peut être pas accepter la trahison de l'engagement de ne pas augmenter les impôts pour "accélérer les transitions" comme le dit Piolle. Il y a des limites au ridicule et certains voudraient conserver un peu de dignité.

IL SE PRESENTAIT COMME  "L'HOMME DE L'ORDRE", IL CRÉE LA PAGAILLE

Celui qui se présentait début janvier lors de ses vœux, avec la modestie qu'on lui connait, comme "l'homme de l'ordre" face au désordre gouvernemental est en train de créer la grande pagaille par son intolérance et sa suffisance. En refusant d'admettre qu'il puisse avoir une once de responsabilité dans la situation financière de la ville après 9 ans de sa gestion (s'ajoutant à 13 ans de gestion commune de la ville des Verts avec le PS et le PC), Eric Piolle se met dans une impasse et entraine tout le monde. 

LES COUPEURS DE TÊTE AURONT LA TÊTE COUPÉE

Les Olmos, Coiffard et autres Namur et Fristot qui serrent les rangs et les fesses, jouent les gardes chiourme, en rajoutent dans le zèle éradicateur pour ne pas risquer un soupçon de "déloyauté" à l'égard du guide suprême, qui vivent sous cette menace, connaitront le même sort que les autres. Les coupeurs de tête finissent toujours par perdre la leur à leur tour. 

LE COUP DE MASSUE DES IMPÔTS EST LE COUP DE TROP 

Mais les Grenoblois vivent avec de plus en plus d'effarement le délitement de cette majorité municipale, et découvrent avec de plus en plus de saisissement le vrai visage du Maire et son fonctionnement sectaire. Le solde concret représenté par le coup de massue des impôts est le coup de trop.

LE GROUPE D'OPPOSITION APPELLE LES GRENOBLOIS À SE MOBILISER

Le groupe d'opposition appelle les Grenoblois à se mobiliser pour l'empêcher, un peu comme la bataille du burkini a été gagnée au plan politique, médiatique et judiciaire. Il promet de la mener sur tous ces plans avec les Grenoblois.  

6 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.