C’EST CONFIRMÉ : +25% DE HAUSSE D’IMPÔTS À GRENOBLE

L'ordre du jour des commissions envoyé hier le confirme : Eric Piolle a fait le choix d'augmenter les impôts de 25% à Grenoble.

+25% : ERIC PIOLLE CHOISIT LA PLUS FORTE HAUSSE

On apprend donc en lisant le rapport d'orientation budgétaire, qui sera débattu au conseil municipal du 30 janvier, qu'Eric Piolle a décidé d'une hausse de 25% de la taxe foncière. Pour endormir les Grenoblois et s'acheter un peu de temps, il avait tout d'abord annoncé une augmentation comprise entre "15 et 25%" en novembre dernier. Mais la rumeur s'était vite propagée : la hausse serait plus autour de 25% que de 15. C'est désormais confirmé : le contribuable subira la pire hausse possible. Une taxe foncière de 1500/1600 euros par an atteindra désormais près de 2000 euros !

"ACCÉLÉRER LES TRANSITIONS" : LE GROS MENSONGE QUI NE PASSE PAS

La majorité municipale justifie cette augmentation de deux manières. D'un côté, Eric Piolle explique qu'il assume la hausse car elle vise à "accélérer les transitions". Un élément de langage périmé et vide de sens. De l'autre, on nous explique que c'est encore une fois... la faute du Gouvernement qui n'aiderait pas assez les collectivités face à l'inflation. Deux explications contradictoires (entre choix politique assumé et hausse nécessaire subie, il faut choisir), qui s'avèrent toutes les deux un mensonge. En réalité, après 9 ans de mandat et de choix budgétaires catastrophiques, Eric Piolle en vient à augmenter les impôts pour parvenir coûte que coûte à l'équilibre budgétaire, après avoir tiré sur la corde de la dette et tenté de vendre les bijoux de famille de la ville. Chacun sait pertinent qu'aucune "transition" ne sera "accélérée". Il n'y aura pas d'amélioration des services, pas davantage d'investissements pour les Grenoblois ou pour le patrimoine. La hausse vise à garder péniblement la tête hors de l'eau.

L'EXPLOSION DES IMPÔTS, ET DE LA DETTE...

Cette explosion des impôts s'accompagne d'un endettement massif, puisque la ville a contracté cette année près de 50 millions d'euros d'emprunts (un record) et engage Grenoble à rembourser des prêts pendant les 25 prochaines années. Une gestion catastrophique qui pèsera lourd sur les générations de futurs Grenoblois.

... ALORS QUE LA TAXE FONCIÈRE EST DÉJÀ PARMI LES PLUS ÉLEVÉES

Les Grenoblois d'aujourd'hui, eux, subissent déjà l'une des taux de taxe foncière les plus élevé de France. Grâce à la médiocrité du système Piolle, la situation va s'aggraver alors que leur pouvoir d'achat est déjà bien impacté par l'inflation galopante. Pas de quoi empêcher Eric Piolle de dormir, lui qui n'a jamais eu aucune considération pour les propriétaires qu'il voit comme de riches nantis alors que, dans la réalité, il s'agit en immense majorité de classes moyennes qui se sont endettées pour acheter un bien (et qui se retrouvent déjà, pour nombre d'entre elles, spoliées par la baisse de valeur de leur bien quand elles ont acheté dans l'un des malnommés "écoquartiers" si chers aux rouges/vert/roses).

COMMENT LA MAJORITÉ PEUT-ELLE TENIR ?

Refusant de porter cette décision, l'adjoint aux finances Hakim Sabri avait démissionné en juillet dernier. Il s'est retrouvé ostracisé, et remplacé par le pilier du système Vincent Fristot, prêt à défendre tous les choix (et toutes les errances) du clan. On voit mal comment, au sein du reste de la majorité, tout le monde pourrait accepter cette décision qui va à l'encontre des engagements de campagne d'Eric Piolle en 2014 et 2020 (qu'elle est loin l'époque où il promettait 0 hausse d'impôts). La pilule est d'autant plus dure à avaler qu'en 2009, quand Michel Destot et les socialistes avaient augmenté les impôts, les verts dont certains sont encore élus aujourd'hui n'avaient pas eu de mots assez dur pour fustiger ce choix. Et la hausse était alors de 9%, bien inférieure aux 25 d'aujourd'hui !

CE QUE CRAIGNAIT L'OPPOSITION SE RÉALISE

Ce que craignait et dénonçait le groupe d'Opposition présidé par Alain Carignon se réalise donc. Depuis l'annonce d'une hausse programmée, le groupe alertait sur cette décision. Dans un communiqué, il a immédiatement réagi à la confirmation de cette augmentation massive : "il s’agit du résultat d’une gestion désastreuse puisque avec cette municipalité,  Grenoble va battre les records de fiscalité, de dépenses de fonctionnement et d’endettement massif. La dette Piolle va peser sur les 20 prochaines années et paralyser l’action de la ville. Cette augmentation d'impôts ne s’accompagnera d’aucune amélioration des services, d’entretien de l’espace public et de sauvetage du patrimoine en danger". 

Le communiqué du groupe d'opposition.

LES GRENOBLOIS DOIVENT SE MOBILISER

Il n'est pas trop tard pour empêcher cette hausse absurde, qui ne résoudra aucun des problèmes auxquels Grenoble est confrontée et qui nuira au pouvoir d'achat des habitants. La proposition d'impôts sera débattue lors du conseil de janvier, mais le budget ne sera définitivement voté qu'en mars prochain. Notre collectif appelle tous les Grenoblois à se mobiliser massivement contre cette augmentation. Nous soutiendrons toutes les initiatives prises en ce sens. Ce n'est pas ce dont notre ville a besoin, car d'autres solutions existent, et certainement pas ce que ses habitants méritent.

5 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.