ÉTUDIANTS AGRESSÉS, T’SHIRTS du BANGLADESH, SACS en INDE….

Les agresseurs de Yven le Coz, responsable de l'UNI ,mouvement étudiant de droite  , Hanane Mansouri responsable des jeunes LR38 et Maximin Ytournel suppléant de Brigitte Boer, ont été jugés coupables par le tribunal correctionnel de Grenoble.

UN JUGEMENT LAXISTE 

Mais dans un jugement incroyablement laxiste condamnés à ... 70 heures de Travaux d'intérêt général alors qu'ils étaient passibles d'une peine de 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende comme l'a rappelé l'UNI dans un communiqué après ce jugement. 

AGRESSÉS EN PLEIN CENTRE VILLE 

Ainsi au sortir d'une terrasse de café, rue St Jacques , en plein centre ville, de jeune responsables politiques peuvent -ils être tabassés quasiment impunément. Cette affaire illustre l'étonnante tolérance du système judiciaire à l'égard de l'extrême gauche.

L'EXTRÊME GAUCHE N'EST PAS NOMMÉE PAR LE DL 

Celle-ci n'est d'ailleurs pas nommée par le " Dauphiné " qui rend compte du jugement, rappelant les faits entièrement avec la lunette des agresseurs: " Ce lycéen et ces deux étudiants étaient prévenus d’avoir, dans la nuit du 19 au 20 avril dernier, exercé des violences sur trois militants de l’Union nationale inter-universitaire (UNI, un syndicat universitaire de droite).

" ÉTIQUETÉS ANTIFAS à LEUR CORPS DEFENDANT .... "

"Au cours de cette soirée, les militants de l’UNI s’étaient attablés au Negresco, un bar de la place Dr-Léon-Martin, dans le centre-ville de Grenoble. À quelques pas d’un autre bar – Le Square – où une dizaine d’amis, partageant des idées politiques opposées (rapidement étiquetés « antifascistes » à leur corps défendant).

"« C’est blindé de gauchos ici ! » auraient jeté les militants de l’UNI. Le ton était alors monté entre les deux groupes mais l’échange en était resté aux mots. Jusqu’à l’heure de la fermeture des deux bars.

FILMER  AURAIT SUSCITÉ L'ENERVEMENT DU GROUPE

"Là, l’une des militantes de l’UNI dit qu’une demi-douzaine de personnes de l’autre groupe les avaient suivis. À tel point qu’elle avait appelé le 17 pour faire part de sa crainte et qu’elle avait commencé à les filmer avec son téléphone portable. Un geste qui aurait suscité l’énervement du second groupe. Et, rue Saint-Jacques, une altercation avait éclaté suivie de coups 

" J'AI PORTÉ UN COUP " 

« Je ne voulais pas qu’ils me filment, je ne voulais pas être sur les réseaux sociaux », explique l’un des prévenus qui conteste avoir porté le moindre coup. « J’ai porté un coup », reconnaît un autre prévenu qui dit avoir répondu à un geste de la militante de l’UNI qui, en tentant de lui ôter son masque, aurait fait voler ses lunettes. « Je n’ai porté aucun coup », explique la troisième prévenue qui dit avoir été «pétrifiée ».... 

Le soutien de l'extrême gauche aux auteurs de l'agression , pas identifiés politiquement selon le DL 

UN INCIDENT QUI RÉSULTE D'UNE ALTERCATION 

Ainsi la droite ( extrême ?) est-elle bien identifiée par le DL, il n'y a plus d'agression mais plutôt un incident qui est la résultante d'une "altercation" ; Celle-ci ne peut elle pas elle même être justifiée par le fait d'être filmé? Tandis que le groupe d'attaquant, lui, n'est jamais défini.  La justice est d'accord la dessus. 

D'ailleurs précise le DL dans un inter-titre : " deux des personnes condamnées réfléchissent à faire appel". C'est dire.

Si Amin BEN ALI ( LFI) AVAIT ÉTÉ AGRESSÉ PAR TROIS MILITANTS DE DROITE? 

Peut on imaginer un instant le rendu du jugement concernant Amin Ben Ali , alors responsable des jeunes Insoumis tabassé dans une rue de Grenoble? Ses agresseurs seraient -ils nommés d'extrême droite " a leur corps défendant" ?  La justice et les médias ne verraient ils pas le retour des "années noires" et la nécessité de stopper net cette montée de la violence? Une manifestation avec banderoles n'aurait-elle pas eu lieu avec trémolos de nos élus en tête ? 

CIRCONSTANCE AGGRAVANTE : UNE FEMME TABASSÉE 

Avec la responsable LR tabassée , Hanane Mansouri la circonstance aggravante , s'agissant d'une femme, n'est jamais prise en compte par les médias, ni la justice. Les mêmes dont on connait la vigilance et la mobilisation concernant la violence contre les femmes. 

Ces faits et leurs commentaires sont intéressants en cela qu'ils dépeignent une culture ambiante dominante, un consensus avec le pouvoir local. Le fait que la " stigmatisation" s'exerce bien seulement contre un seul camp.  D'ailleurs les jeunes responsables politiques agressés - qui ne sont pas seulement des militants de l'UNI-  se plaignent maintenant d'être régulièrement injuriés par leurs agresseurs lorsqu'ils les croisent.

LES MÊMES INGRÉDIENTS AVEC L'AFFAIRE DES T'SHIRTS 

On retrouve les mêmes ingrédients avec les affaires de T'shirts au Bangladesh ou des sacs fabriqués en Inde. Le degré est évidemment moindre - il n'y a pas de conséquence physique- mais la nature est la même. Si le " Dauphiné " a décidé d'ignorer ces affaires jusque-là, les médias qui les ont courageusement traités ont pris maintes précautions. 

LA CHRONIQUE DE RCF EXONÉRE LES RESPONSABLES 

RCF (Radio Chrétienne) et Place Gre'Net  s'associent pour délivrer une "chronique des médias" hebdomadaire décryptant un fait de la semaine. Le dernier sur les T'Shirts est bien représentatif de cette culture dominante qui prend avec des pincettes infinies  - au point d'en exonérer les responsables- tout manquement du pouvoir local à ses principes affichés.

" LA POLÉMIQUE PROVIENT d'UN SITE VIRULENT..."

Ainsi " les T 'Shirts" auraient été vendus sur un stand des journées d'été EELV. Cette polémique provient d'un collectif qui ne porte guère la municipalité grenobloise dans son cœur ( ...) qui manque rarement l’occasion de critiquer Éric Piolle et son équipe avec beaucoup de virulence.

" LE MAIRE DE GRENOBLE NE JOUAIT PAS DE RÔLE DIRECT..." 

"Le maire de Grenoble a d’ailleurs été mis en cause dans cette affaire par Saccage Grenoble, même s’il ne jouait pas de rôle direct dans l’organisation de l’événement. Événement, entre parenthèses, qui se déroulait sur le campus, donc techniquement sur les communes de Saint-Martin‑d’Hères et de Gières."

Ne riez pas. 

" AUCUN ÉLÉMENT FACTUEL INDIQUANT UN EMBARRAS DE PIOLLE "

Et la chronique d'ajouter : "Le site Grenoble le changement, partisan de l’opposant grenoblois Alain Carignon, s’est également emparé de l’affaire( ...)  Sans hésiter à son tour à mettre en cause le maire de Grenoble. Le second article est même titré : « L’Affaire du Bangladesh embarrasse Piolle ». Pourtant, l’article passe surtout son temps à attaquer nommément un journaliste de France Télévision, coupable de ne pas abonder dans le sens de la polémique. Mais n’apporte en l’occurrence aucun élément factuel indiquant un « embarras » d’Éric Piolle. "

 

LA QUESTION DE LA RESPONSABILITÉ POLITIQUE NE SE POSE PAS

Résumons. Des T'shirts "auraient été" vendus.  Prétendument? Celle " polémique" provient d'un site "virulent" contre Piolle qui " n'a pas hésité à mettre en cause le Maire de Grenoble" à ce sujet . Quelle audace. L'extrême gauche n'est jamais "polémique" ni qualifiée de "virulente" contre la droite ou Carignon. Elle, elle  engage le débat. Un site qui met d'ailleurs en cause injustement Piolle qui n'est pas "techniquement" responsable. La question de sa responsabilité politique par rapport à ses déclarations sur les circuits courts, les normes sociales , le bilan carbone ne se pose pas. 

ON NE SAIT PAS POURQUOI Hugo CAPELLI ( France Télévision) EST MIS EN CAUSE 

On ne sait pas avec cette "analyse" de RCF pourquoi Hugo Capelli, le journaliste de France Télévision,  est mis en cause:  il avait seulement donné la leçon à Clément Chappet pour diffusion de fakes. Le même Clément Chappet s'appuyant sur ... Place Gre'Net et le témoignage de l'acquéreur des T'Shirts pour lui demander des excuses. Sans réponse à ce jour. 

LA QUESTION N'EST PAS POSÉE à PIOLLE

Enfin il n'existe aucun "élément factuel indiquant embarras de Piolle". En effet . La question ne lui étant pas posée, par aucun média local, de savoir ce qu'il pense de ce fait. Mais on peut imaginer à minima, sans offenser Sa Suffisance,  qu'un tel dossier n'est pas tout à fait neutre politiquement avant la distribution par la municipalité de sacs aux nouveaux arrivants fabriqués ... en Inde.  

 

 

" UN MILITANT AFFIRME AVOIR ACHETÉ CES T'SHIRTS ..."

Enfin en conclusion de l'analyse de RCF et de Place Gre'Net on retiendra que le fait a peut être existé effectivement, mais il faut le dénicher : " qu’en est-il du fond de l’affaire ? Europe-Écologie-les-Verts dément fermement la vente de tee-shirts lors des Journées d’été. Et met donc la circulation de ces vêtements, si elle a eu lieu, sur le compte d’une initiative personnelle. Le militant EELV qui, le premier, a publié les photos des fameuses étiquettes coupables, et qui n’est pas en lien avec Saccage Grenoble, affirme pourtant avoir bel et bien acheté le tee-shirt sur un stand, au prix de 5 euros. La qualité se paye !

LA QUESTION SE POSE DE SAVOIR SI EELV EST RESPONSABLE ...

"À noter que les tee-shirts en question ne font pas mention des Journées d’été de 2022… mais des élections européennes de mai 2019. Tout laisse donc penser à une liquidation de stocks. Se pose toutefois la question de savoir si EELV était responsable, en tant que parti, de la fabrication des tee-shirts en question en 2019. Et quand bien même le vêtement a tout de l’apparence d’un produit officiel, ce qui peut être trompeur, EELV nie toute responsabilité collective" 

Ceux qui pensent que le journalisme accorde de l'importance au fait se trompent. Bien noyé dans des circonstances atténuantes, complexes, défensives, justificatrices, des questions multiples il peut disparaitre. On va entendre, si au vu de ce qui suit, RCF va rectifier dans sa prochaine chronique. 

 

" LIBÉRATION" DONNE RAISON à Clément CHAPPET

Car , étrangement , dans ce consensus local pour épargner l'extrême gauche, il se trouvera ... "Libération",  dans le cadre de ses enquêtes " check news" , pour reconnaitre que "un Grenoblois présent sur place et qui tient à rester anonyme nous assure qu’il a pu s’en procurer facilement : «J’ai acheté plusieurs tee-shirts à 5 euros pièce sur un stand bien visible. Il y en avait plus d’une centaine, tout un stock a été sorti et présenté.»

LES T'SHIRTS DU BANGLADESH ONT BIEN ÉTÉ COMMANDÉS PAR EELV 

Alors, " CheckNews a retracé le parcours de ces tee-shirts… qui ont bien été commandés au niveau national pour les besoins d’une campagne d’EELV." .  "Libération" a retrouvé "  Benjamin Badouard, alors assistant administratif et financier des Verts pour la campagne européenne. Celui qui est aujourd’hui le porte-parole du parti écologiste dans la région Auvergne-Rhône-Alpes le reconnaît auprès de CheckNews : «Oui, ces tee-shirts ont bien été commandés pour cette campagne.» Ils ont ensuite été distribués gratuitement aux militants lors de différents meetings..." 

" LIBÉRATION" RECONNAIT QUE " SACCAGEGRENOBLE" a RÉVÉLÉ L'AFFAIRE ...

Et bien vendus lors des journées d'été quoi qu'en démentent les Verts, Hugo Capelli et que cherche à camoufler RCF. Tandis que le " Dauphiné" préfère visiblement ne rien dire à ce sujet qui puisse gêner les Verts. 

" Libération" reconnait que c'est "le groupe Saccage Grenoble, qui s’oppose à la politique menée par Piolle" qui a révélé l'affaire. Il n'est pas question de "polémique " et de "virulence". On se situe bien dans le débat démocratique. 

... ET ÉVOQUELES SACS FABRIQUES EN INDE DISTRIBUÉS AUX NOUVEAUX ARRIVANTS 

Florian Benfaïd et Nathan Moreau, les journalistes de Libération qui ont mené l'enquête relèvent aussi que Saccage Grenoble a révélé  "des images de tote bag distribués par la municipalité grenobloise à ses nouveaux habitants, samedi dernier. Ces derniers sont cette fois-ci fabriqués en Inde...."   Un dossier que le site d'information en ligne Place Gre'Net a tout de même bien évoqué . Dans sa rubrique "polémique". Tandis que le " Dauphiné " s'est contenté d'un compte rendu enthousiaste sur les nouveaux arrivants reçus à l'hôtel de ville  attirés "par sa vocation écologiste qui en fait une ville d’avenir aux yeux de beaucoup…" selon Serge Massé (DL du 4/9/22) . Mais n'est pas revenu sur le sujet au vu de ces nouvelles informations qui avaient échappé , sur place, au journaliste ( ce qui se comprend). 

IL EXISTE UN CAMP DU BIEN ...

On est tout de même frappé par la différence de traitement. Comme s'il existait un camp du bien, lequel ne peut commettre des fautes que par inadvertance, qui méritent d'être tues ou expliquées et un camp génétiquement mauvais dont les actes critiquables sont consubstantiels à sa nature. 

... ET UNE CULTURE AMBIANTE QUI EXONÉRE LES VERTS

Il en résulte un "climat" , une culture, qui exonèrent de fait les élus de gauche et Verts de leur responsabilité politique . Dans le genre,  " l'analyse "  de la Radio Chrétienne sur les T'shirts est une caricature de ces poncifs , exprimée sur un ton quasi professoral. 

Cette ambiance générale appelle à une vigilance accrue et le travail de " Grenoble, le Changement" , la multitude des témoignages directs des grenoblois sur la page Facebook " SaccageGrenoble" sont une nécessité absolue pour maintenir le pluralisme et le débat. Sans lesquels il n'y a plus de démocratie. 

 

 

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.