Brigitte BOER et le BURKINI:  » LE NON LIEU NE SIGNIFIE PAS L’ARRÊT de NOTRE ACTION »

« Le référé en urgence que j’ai déposé au nom du groupe d’opposition ne peut que recevoir ce jeudi 2 juin une décision de non-lieu.  Puisque, à ce jour, la délibération a été suspendue par le tribunal administratif, sur le base du déféré laïcité du Préfet de l’Isère. Mais si le Conseil d’Etat devait annuler la décision du Tribunal Administratif de Grenoble,  je tiens à préciser que notre demande d’urgence portée par Me Thierry Aldeguer serait immédiatement déposée sur les autres moyens qui n’ont pas été jugés. Le non-lieu de demain ne signifiera pas obligatoirement la fin de notre action" . Par ces mots Brigitte Boer, Conseillère Municipale d'opposition , candidate aux élections législatives dans la Première circonscription, anticipe la décision du Tribunal Administratif d'aujourd'hui.

SI LE CONSEIL D'ÉTAT ANNULE, L'OPPOSITION REBONDIT 

Les juges ne peuvent en effet que prononcer un non lieu face à un référé suspension d'une délibération déjà... suspendue.  Mais la Conseillère Municipale avertit : si le Conseil d'Etat annule la décision du tribunal Administratif le référé sera re-déposé sur d'autres moyens de droit que la laïcité. 

E.PIOLLE N'A CONSULTÉ PERSONNE POUR FAIRE APPEL AU NOM de la VILLE

De son côté Alain Carignon avait écrit à Eric Piolle pour lui demander de renoncer à faire appel au Conseil d'Etat . Dans un communiqué il expliquait que les élus étaient "choqués de cette nouvelle décision solitaire, apprise par la presse dont aucune instance n’a été informée et à fortiori sollicitée pour avis. Alors que le tribunal a dénoncé le nouveau règlement qui a “gravement porté atteinte au principe de neutralité du service public" et que le Ministre de l’Intérieur estime que le Maire de Grenoble “a porté atteinte à la loi”, la surenchère judiciaire impacte durement l’image de la ville qui devient leader du séparatisme et de la progression de l’islamisme dans l’espace public".

E.PIOLLE REFUSE DE RÉUNIR LES PRÉSIDENTS DE GROUPES 

Il lui demandait de réunir en urgence la Conférence des Présidents de groupes afin d'en discuter. Eric Piolle a fait répondre un fin de non recevoir par Odile Barnola ,sa directrice de cabinet le 31 mai : elle informe que " la prochaine conférence des présidents aura lieu le vendredi 17 juin de manière à « arrêter l’ordre du jour du conseil municipal, fixer la durée indicative des débats, formuler des propositions concernant le bon déroulement de la séance » conformément au règlement intérieur" . C'est à dire après que le Conseil d'Etat ait été saisi et ce soit prononcé.

C'est dire - au-delà de la considération qu'il a pour les élus- comment il traite les grenoblois: de haut et de loin. 

IL N'EST NI LÉGITIME NI MANDATÉ POUR ENGAGER CETTE ACTION

Son intolérance et son sectarisme s'affichent chaque jour davantage. D'autant qu'Alain Carignon lui rappelait que sa décision d'autoriser le burkini dans les piscines  « ne figurait aucunement dans votre programme électoral, comme des membres de votre propre majorité vous l’ont également rappelé .En conséquence, nous estimons que vous n’êtes ni légitime, ni mandaté pour poursuivre ce combat sur le terrain judiciaire aux frais du contribuable grenoblois ». 

B.BOER : " NOTRE GROUPE EST DÉCIDÉ à METTRE TOUS LES MOYENS en OEUVRE"

" Il s'est dit qu'une bonne provocation lui rendrait l'éclat que lui avait refusé la primaire écolo" estime Gilles Martin-Chauffier dans Match ( 2/6/22) . Au détriment de Grenoble. C'est pourquoi Brigitte Boer a averti : «  notre groupe est décidé à mettre tous les moyens en œuvre à notre portée pour stopper les dérives d’Eric Piolle qui transforme Grenoble en champ clos d’expériences nauséabondes au service de l’expression politique de l’islamisme et de la régression de la cause des femmes. Nous appelons les grenoblois à demeurés attentifs et mobilisés « 

UN ÉCHANGE AUTOUR d'UN BUFFET LE 20 JUIN 

D'ores et déjà le groupe d'opposition annonce un échange avec les grenoblois le lundi 20 juin à 19 H30 autour d'un buffet  à Europole. Thierry Aldeguer, Brigitte Boer, Clément Chappet , Alain Carignon et des élus du groupe d'opposition y participeront notamment. On peut s'inscrire au 06 69 98 38 71.

L'OPPORTUNITÉ DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 

Les grenoblois peuvent et doivent devenir acteurs de la défense d'un vivre ensemble qui combat ces excès qui divisent. Les opportunités de s'exprimer ne manquent pas. Y compris le dimanche 12 juin prochain en votant pour Brigitte Boer ( 1ere circonscription ) et Clément Chappet ( 3 eme circonscription) soutenus par l'opposition municipale. A eux de les saisir. 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.