GRENOBLE PÂTIT DE PIOLLE DANS LA PRESSE NATIONALE

La presse nationale seulement vigilante jusqu'au vote, est devenue déchainée après l'annulation de l'autorisation du Burkini dans les piscines grenobloises. La ville et son Maire ont renvoyé une image négative, régressive de notre cité.

"LIBÉRATION": L'EMBARRAS de la GAUCHE 

Même " le Monde" ( 18/5/22) avait repris largement les arguments des opposants au moment ou le Conseil Municipal avait délibéré . C'est dire. Au lendemain de la délibération  " Libération" titre: " pour la droite , une suspension pleine de sagesse" . Même si, évidemment, François Carrel , le correspondant du quotidien de la gauche extrême et bobo ,évoque de "nombreux " juristes" qui contestent cette interprétation de la loi et fait parler les responsables du syndicat des Femmes Musulmanes mécontentes, proches de Piolle. Mais le compte rendu factuel des événements, avec les paroles de l'opposition, montre bien l'embarras de la gauche face à la croisade de Piolle pour le burkini. 

 

JL MÉLENCHON VISIBLEMENT EN COLÉRE CONTRE CETTE GRAVE BÉVUE POLITIQUE

" Le Parisien" ( 27/5/22) à l'origine des révélations sur les méthodes troubles de l'Alliance Citoyenne , relève largement la décision du tribunal selon laquelle " les auteurs de la délibération ont gravement porté atteinte aux principes de neutralité du service public " . Robin Korda et Marcelo Wesfreid, les journalistes citent aussi plus que l'agacement de Jean-Luc Mélenchon, en colère contre cette grave bévue politique qui vient perturber la campagne législatives de Nupes " je ne suis pas candidat à être Premier Ministre des piscines " répond il pour tenter d'évacuer la question qui colle. Éric Piolle, esseulé, se sera créé de solides inimitiés dans son camp et en particulier avec les candidats Nupes battus de justesse, qui lui devront leur défaite. 

G.DARMANIN : " LE DROIT LUI A RAPPELÉ SES OBLIGATIONS  D'ÉLU"

Dans le  même quotidien, Gérald Darmanin, le Ministre de l'Intérieur s'en donne à coeur joie : " M.Piolle a joué au pyromane en utilisant le communautarisme. Le droit lui a rappelé qu'il a des obligations comme élu et qu'il a porté atteinte à la loi ." Ajoutant qu'à Grenoble " il y a une association communautariste très active, l'Alliance Citoyenne, que nous combattons. Nous l'avons d'ailleurs privée de toute subvention publique".  Ainsi ce qui étaient des " Fakes" selon Piolle, qu'évoquait Alain Carignon au Conseil Municipal, est bien confirmé par le Ministre de l'Intérieur...

LE FIGARO: " ILS VEULENT S'ATTACHER LE VOTE MUSULMAN"

" Le Figaro" a traité l'affaire en "Une"  ( 26/5/22) avec une enquête sur l'Alliance Citoyenne" cette association " qui prône une approche intersectionnelle à grands renforts d'actions de désobéissance civile et de tirades sur le vivre ensemble a fait plier le Maire de Grenoble".  Dans son éditorial également en "Une" Vincent Trémolet de Villers explique que " rien n'échappe à ce qu'il faut bien appeler une volonté d'islamisation de la vie quotidienne" . Citant Piolle et Mélenchon il relève que " tout le monde a bien compris que par leur compromis devenu compromission  et bientôt soumission , ils veulent d'abord s'attacher une force électorale, celle du vote musulman". 

" DES IDIOTS UTILES DES FRÉRES MUSULMANS"

" L'archaïsme des Frères Musulmans aidé des idiots utiles de l'extrême gauche prospère sur l'unique fierté contemporaine :les droits individuels illimités. le burkini procède de cette modernité naïve qu'il contredit dans sa forme même"  poursuit l'éditorialiste pour qui il " confirme une fracturation du pays que François Hollande, dans un rare moment de lucidité avait exprimé en ces termes: " comment on peut éviter la partition? Car c'est quand même ça qui est en train de se produire, la partition" 

 

"LE DAUPHINÉ " DONNE LA PAROLE à UNE JURISTE FAVORABLE à PIOLLE

A rebours le " Dauphiné " ( 27/5/22) donne largement la parole à Gwénaële Calvès, Professeur de droit public et " spécialiste " de la laïcité qui répond aux questions de Laure Mamet.  Etrangement le choix se porte sur une universitaire tournée vers les questions de discrimination positive, de genre, donc pas très éloignée de la doxa locale. 

E.CALVÉS : RIEN N'INTERDIT AU SERVICE PUBLIC DE S'ADAPTER

Sans être " spécialiste" on est étonné de la légèreté avec laquelle elle condamne la décision du Tribunal Administratif : rien n'interdit un service public de s'adapter aux usagers... même si la demande et religieuse et émane d'une fraction islamiste qui l'exprime politiquement?  Est-ce que cette partition correspond à l'espoir qu'incarne la société Française depuis la Révolution, à savoir une République de citoyens ? Il semble que Madame Calvès n'en n'ait cure. 

Me Thierry ALDEGUER: LE VIOL de la NEUTRALITÉ EST INSCRIT DANS LE RÉGLEMENT

Pour d'autres juristes au contraire, en particulier Me Thierry Aldeguer, spécialiste du droit administratif qui a à son actif plusieurs annulations de décisions d'Eric Piolle, le fait que le principe de neutralité du service public soit violé est inscrit dans le nouveau règlement des piscines. Il prévoit que les tenues soient " près du corps" et n'interdit les " tenues non prés du corps que si elles sont plus longues que la mi-cuisse ". Uniquement pour permettre le burkini, un vêtement à connotation religieuse. Ce que reconnaissait la ville dans son mémoire

Pour Me Aldeguer les écritures étant le seul support du juge, il ne voit pas pourquoi le Conseil d'Etat démentirait le juge administratif malgré la charge au fond très politique de Gwénaële Calvès. Raymond Avrillier et sa secte reconnaissent  ( bulletin du 27/7/22) " l'incohérence" du règlement qui le rendait "irrégulier". Mais ils ne vont pas jusqu'à admettre que c'était " dans un but religieux". Encore un effort Camarades...

 

LE RISQUE DE DEMANDE DE DÉMISSION

Un " Dauphiné " ( 27/5/22) qui faisait aussi état de la demande à Éric Piolle d'Alain Carignon et du groupe d'opposition " de renoncer à faire appel de la décision sur le burkini pour choisir l'apaisement et les valeurs qui nous rassemblent ". Il renoncerait aussi  a dépenser encore de l'ordre de 10 000 € de frais de justice pour saisir le Conseil d'Etat et aggraver la polémique. Compte tenu de la pression de tous bords et de toutes origines ce serait la décision la plus raisonnable pour lui. Car si - pour l'instant- seule la Député Européenne Nadine Morano a demandé sa démission, qu'en serait -il après un nouveau démenti , mais du Conseil d'Etat? 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.