BURKINI : LES GRENOBLOIS APPELÉS à SE MANIFESTER à 14 H 30 AUJOURD’HUI

Les appels à se manifester aujourd'hui avant le Conseil Municipal se multiplient. De tous les bords. Une sorte de " cordon sanitaire" est en train de se former de la part des Républicains de toute origine. Ils ne veulent pas de ce détricotage qui subdivise les Français et flatte les communautés.

La montée de l'islamisme militant est également une source d'inquiétude forte de la part de larges couches d'opinion. Éric Piolle divise Grenoble, divise sa majorité comme jamais. 

Au nom d'une partie de la majorité municipale , Hakim Sabri , Adjoint aux Finances et Salima Djidel, Conseillère Municipale déléguée ont mis en garde Éric Piolle:  "l’autorisation du port du burqini divise les Grenoblois, divise les musulmans, divise l’arc humaniste que nous avons rassemblé et divise jusqu’au sein-même de notre majorité municipale. Nous mesurons les risques d’aggravation de la fragmentation sociale dont cette délibération est porteuse. Nous mesurons les risques d’isolement de notre ville, dans un contexte de fragilisation de l’action publique"

Après les 40 Maires de l'agglomération grenobloise , la quasi totalité des Présidents de groupements de communes de l'Isère ont lancé un appel au retrait de la délibération à l'initiative de Yannick Neuder, Vice-Président de la Région et Président de Bièvre-Valloire. Des Conseillers départementaux, des soutiens de Piolle , d'anciens élus de sa majorité - Sadok Bouzaienne , Martine Jullian - et même un ancien Président de la secte Avrillier, l'Ades, Jean-Marc Cantèle demandent le retrait de la délibération! 

Éric Piolle ne veut rien entendre. Les grenoblois doivent donc lui parler . Dés la décision annoncée le 29 mai dernier, Alain Carignon et le groupe d'opposition ont appelé à se manifester avant le Conseil Municipal. Cette convergence des luttes aboutira ce lundi 16 mai à 14h 30 devant la Métropole.

Notre collectif appelle les grenoblois à s'y rendre . Ne laissez pas à d'autres le soin de défendre un vivre ensemble voulu depuis la Révolution Française. Ne protestez pas seul devant votre téléviseur. Un avenir de Grenoble se dessine avec ce vote qui fracture la ville: n'acceptez pas que commence aujourd'hui  une régression qui n'aura pas de fin, synonyme de malheurs à venir. Car le repli communautaire, le fanatisme religieux sont les annonciateurs des drames futurs. 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.