LE N°2 d’ Emilie CHALAS (LREM) CLAQUE LA PORTE

Nouvel échec pour la Députée Emilie Chalas (LREM) qui perd son bras droit successivement délégué départemental du parti et son numéro 2 sur la liste municipale. Elle se retrouve avec un « groupe » de deux élus dont elle même.  A égalité avec Olivier Six qui a décidé de former un « groupe » avec Hosny Ben Redjeb, ancien socialiste, élu en 2020 avec Piolle, avant de le quitter pour protester contre ses méthodes.

E.CHALAS : UN "GROUPE" de DEUX PERSONNES 

Emilie Chalas  a déjà subi le départ de Karen Lorinquer qui devait être remplacée par le suivant de liste Tayeb Boukenoud qui a renoncé à siéger aussi ce qui fait  entrer la 5 ème, Delphine Bense, afin de constituer ce «groupe » de deux élues LREM.

UN TRÈS FAIBLE SCORE MUNICIPAL

Olivier Six, lui aussi,  a décidé de tirer les conséquences d’une situation intenable en larguant les amarres. Mauvaise nouvelle à la veille des législatives après l’échec municipal. Avec 13% des voix la liste d’Emilie Chalas était arrivée troisième (a quasi égalité avec le 4 ème Olivier Noblecourt PS) et refusé de fusionner avec celle d’Alain Carignon.

UNE MAUVAISE NOUVELLE POUR SA CIRCONSCRIPTION 

Or le chef d’entreprise Olivier Six avait apporté la caution de la société civile à la candidate politique et son retrait affaiblit encore son résultat, amputé de cet apport. Elle  avait fait l'un des plus mauvais scores de LREM dans les grandes villes. Mais surtout le résultat est catastrophique dans sa circonscription de Députée ou elle obtient un pourcentage plus faible  que sur le reste de la ville.

ELLE S'ÉTAIT FAIT IMPOSER PAR PARIS 

Elle n’avait jamais digéré qu’Olivier Six lui soit préféré localement par les militants. Elle s’était donc fait imposer par Paris dans le cadre de la parité hommes/Femmes. Lors de cette désignation le DL (15/7/19) avait fait état des réactions plus que désolées :   « Nous avons appris par la bande qu’Emilie Chalas va être choisie, « disait Gérald Gomez, membre de l’équipe départementale depuis l’origine d’En Marche. La voix locale ne va pas être écoutée et l’ADN de LREM ne sera pas respectée. Je viens d’envoyer en urgence un mail à Stanislas Guérini (délégué général du parti présidentiel) pour lui demander d’entendre la base et de ne pas choisir une candidature perdante trop clivante et sans soutiens de poids. »

Considérée comme “cassante, crispante, distante” par ses “amis”, elle est qualifiée de beaucoup de noms d’oiseaux par les marcheurs eux mêmes

"ON EST TOUS DÉGOÛTES PAR CES MANOEUVRES" 

Christiane More avait ajouté au DL : « on est tous dégoutés par ces manœuvres.» Marilyn Scolin s’était insurgée contre « le fait que la décision tombe de Paris, sans entendre ce qu’avaient à dire les militants grenoblois. C’est inadmissible».

UNE AUTRE "S'EST DIT ÉCOEURÉE"

Angela Mokondjimobe « s’est dit écoeurée » : «A quoi cela sert de faire les ateliers pour faire émerger des talents si, au final, on choisit la députée du coin ? »  Marie Belakhovsky, elle, nous a carrément dit (au DL) qu’elle pensait quitter LREM et qu’elle ne ferait « jamais campagne pour la liste d’Emilie Chalas ».  

"LES INSTANCES DEVRAIENT SAVOIR QU'ICI C'EST GRENOBLE"

Pierre (qui préfère de pas donner son nom de famille), qui a participé au comité de projet métropolitain, disait encore : «Le comité politique de l’Isère avait donné sa préférence pour Six, et là, Paris va l’ignorer. C’est fou ! Les instances parisiennes devraient savoir qu’ici, c’est Grenoble, et que cela va grogner si la base n’est pas écoutée. Cela donne aussi l’impression que c’était décidé depuis belle lurette.»

 

SA STRATÉGIE DU TOUT à GAUCHE : DOUBLEMENT PERDANTE

Le résultat est connu. Elle est désormais réduite à ses acquêts partisans qui étaient déjà son boulet pour les municipales.  De plus sa stratégie du « tout à gauche » et du refus d’alliance avec la droite et le centre est doublement perdante. Evidemment, étant Macroniste,  elle ne gagne rien à gauche les électeurs préférant l’original à la copie et elle perd à droite et au centre les électeurs d’Alain Carignon (25 % des voix à Grenoble) qui ne digèrent pas ses attaques incessantes contre l’ancien Maire. Dont le bilan est autre que le sien.

AU LYS ROUGE ELLE S'EN PRENAIT ENCORE à ... CARIGNON

Récemment au Lys Rouge ou elle tentait de rencontrer des électeurs elle a commencé sa réunion en tirant à boulets rouges sur… Alain Carignon l’élu qui est le plus intervenu dans le secteur. Un habitant goguenard a lancé à la cantonade «elle est jalouse de Carignon ».

AU SECOND TOUR " Emilie CHALAS FAVORISE Eric PIOLLE"

Pendant la campagne Magali Feret, Jérôme Odier, Anne Roche, Cherif Boutafa membre du collectif de la société civile avaient publié un communiqué estimant que « par ses attaques incessantes contre Alain Carignon, Emilie Chalas favorise Eric Piolle et trahit ses électeurs du premier tour. Avoir obtenu l’un des plus mauvais score LREM des grandes villes, être classée 4 ème dans sa propre circonscription de Députée et avoir refusé toute union pour l’alternance comme elle a été réalisée à Bordeaux, Lyon ou Strasbourg ne lui donne aucune autorité pour donner des leçons aux Grenoblois.. A côté des réalisations d’Alain Carignon (Musée, synchrotron, parcs,  tram, Europole…) nous attendons celles de la Députée Emilie Chalas pour juger de ses qualités »

 

O.SIX VEUT BATTRE P. STREIFF à la PRÉSIDENCE de la CCI

De son côté Olivier Six, qui brigue la présidence de la Chambre de Commerce et d’Industrie face à Pierre Streiff, le Président du Medef, avait intérêt aussi à se libérer de ces liens encombrants et à officialiser ses distances avec Emilie Chalas et LREM. Bref de ce côté-ci de l’échiquier les arrière-pensées ne sont pas absentes.

pendant ce temps le groupe d'opposition était à Beauvert avec des habitants afin de protester contre la bétonisation du quartier et saisir le Commissaire Européen à l'environnement 

 

LE GROUPE D'OPPOSITION SORT RENFORCÉ ...

Elles ne peuvent que renforcer le groupe d’opposition (société civile, divers droite et centre) dont le travail au service des grenoblois dans la clarté et avec détermination surprend agréablement les grenoblois, peu habitués à être défendus face aux oukases d’Eric Piolle.

... UN ELAN PERMETTANT LA MASSE CRITIQUE 

On peut raisonnablement penser que l’élan qui se crée avec ce groupe permette d’atteindre une masse électorale critique qui réalise sur des bases saines et transparentes le rassemblement dont Grenoble à un impératif besoin.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *