Me T.ALDEGUER : NOUVELLE INFORMATION JUDICIAIRE dans les AFFAIRES PIOLLE

« Depuis le 18 février dernier une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Grenoble sur les conditions d’acquisition du siège du Crédit Agricole par la ville de Grenoble » a déclaré hier en direct sur la page Facebook de « Grenoble, le Changement » Me Thierry Aldeguer, avocat au barreau de Grenoble.  Ainsi ce dossier révélé dans toute son ampleur par le rapport de la Chambre Régionale des Comptes en septembre 2018 connaît il enfin une suite.

"UN FLEUVE JUDICIAIRE AVEC BEAUCOUP DE MÉANDRES"

Interrogé savamment par Aziz Sahiri, coordonnateur du « collectif Grenoble le Changement », Thierry Aldeguer a évoqué avec les dossiers judiciaires «  un long fleuve pas très tranquille avec beaucoup de méandres ». Une façon élégante de faire allusion aux propos tenus dans le prétoire quand l’avocat évoquait la timidité du parquet dans ces dossiers comparée à sa célérité concernant les opposants politiques au Maire.

UN ÉTONNANT CALENDRIER JUDICIAIRE

Aziz Sahiri est revenu plusieurs fois sur cet étonnant calendrier judiciaire qui avait épargné Eric Piolle.

Me Thierry Aldeguer a, lui , souligné les contradictions qui existaient entre les déclarations de l’avocat d’Eric Piolle à la suite de sa garde à vue et la réalité de ses rapports avec l’association à laquelle il a accordé les marchés sans appel d’offres.

"M.PIOLLE NE PEUT PAS AFFIRMER QU'IL NE CONNAIT PAS L'ASSOCIATION"

«  Elle a participé à sa campagne, il y a eu une tentative d’effacement des dates dans le dossier administratif, des photos ont été publiées par le site d’information Place Gre’Net  montrant Eric Piolle et son équipe chez les dirigeants de cette association… je dis qu’il y a des éléments factuels qui montrent que M.Piolle ne peut pas affirmer qu’il ne connaît pas  cette association  « a martelé l'avocat. Pourquoi avoir immédiatement offert un contrat Mairie à certains de ses membres, dès le lendemain de son élection?

"C'EST LE CHOIX DE TRANSGRESSER LA LOI"

Thierry Aldeguer a précisé qu’il avait écrit à Alex Perrin, Procureur de Valence pour lui signaler ces faits, nombre d’observateurs étant étonnés qu’après la garde à vue d’Eric Piolle le Procureur ait décidé de continuer à réfléchir au dossier : « entre respecter la loi qui réclame un appel d’offres ouvert , comme le lui rappelle par une note son propre service des marchés et ne pas la respecter, ce n’est pas un choix technique comme le dit Eric Piolle pour se défendre, c’est le choix de transgresser la loi «  a lancé Me Aldeguer.

UN AUTRE ÉLU AURAIT ÉTÉ MIS EN DÉTENTION PROVISOIRE

Ces faits sont établis et connus. Sur la place publique. En d’autres circonstances ils auraient valu à un autre élu une action judiciaire autrement musclée ! Quand on voit le traitement infligé à Christian Coigné, Maire de Sassenage, pour la signature d’un acte légal, mais qu’’il n’aurait pas du signer lui-même- pour ne retenir qu’un exemple proche et récent- on mesure la différence abyssale de traitement. Et si Christian Coigné avait couvert une tentative de changement de date ou de signature sur l’acte, n’aurait -il pas été placé en détention provisoire pour éviter la falsification d’autres preuves ?

POURQUOI TANT DE CADEAUX  à UNE BANQUE ? 

Mais l’ouverture d’une enquête préliminaire sur l’acquisition du siège de la Banque -si elle est conduite au bout- est autrement embarrassante pour Eric Piolle.  Pourquoi tant de cadeaux ? se demande-t-on. Ainsi dans l’acte de vente figure un nombre de M2 supérieur à la surface réelle du bâtiment et elle a consenti à la banque qui demeurait dans les lieux un sous-loyer par rapport au marché. Ensuite la ville  a été contrainte d’ajouter au pot de  l’acquisition de l’ordre de 4 Millions d’€ pour le mettre aux normes. Au total plusieurs millions d’€ de perdus a expliqué Me Aldeguer.

 

A.SAHIRI : "NOUS VOULONS CONNAITRE LA VÉRITÉ"

« Nous voulons connaître la vérité parce qu’il s’agit d’argent public du contribuable et les grenoblois ont le droit de savoir. Notre rôle à Grenoble le Changement est d’apporter le maximum d’information, afin que chacun ensuite puisse se former un jugement sur des bases contradictoires » a plaidé Aziz Sahiri remerciant Thierry Aldeguer de son éclairage. On retrouve «  le long fleuve » pour obtenir cette vérité. C’est un euphémisme  de constater que depuis bientôt 3 ans -date des révélations de la CRC- la machine judiciaire ne s’est pas emballée ! Me Bernard Boulloud avait même posé publiquement la question « y a t-il des gens que la justice veut protéger ?«  

E.PIOLLE CONTINUE LES LEÇONS de MORALE

Eric Piolle a pu continuer à donner Urbi et Orbi des leçons de morale et de comportement au monde. Prendre de haut l’autorité judiciaire en lui expliquant ce qu’elle avait à faire : trancher un débat « technique » entre la loi et Lui n’a pas du tout irrité l’institution .Entendu qu’Il avait nécessairement raison sur la loi. Jusque-là ceux qui la représentent se sont  étonnamment inclinés.

UN ANCIEN SYSTÈME DE PROTECTION RAPPROCHÉE 

Il est vrai, dans d’autres périodes veillait sur les élus de gauche et les Verts  un Procureur Adjoint, Raphaël Grandfils qui participait publiquement à la campagne de Piolle -pourquoi se gêner- et deux anciens commandants de la Police Judiciaire qui avaient traité des dossiers judiciaires des municipalités Carignon, embauchés le jour de leur retraite, l’un au cabinet du Maire, l’autre à celui du Président de la Métro. Le premier n’ayant pendant les 15 ans de ses fonctions jamais eu à rendre compte de son «travail ». à la Mairie. Pas belle la vie ?

LES INFORMATIONS DE GLC POUR LA RECHERCHE de la VÉRITÉ

On pourra découvrir seulement plus tard quels sont – s’ils existent – les divers entrelacs permettant de comprendre le fonctionnement de la justice aujourd’hui ,par rapport à ces élus protégés. Si le système mis en place par Raymond Avrillier et son clan a perduré.  L’action de Me Thierry Aldeguer et les informations de «  Grenoble, le Changement » ont pour objet de faire avancer cette recherche de la vérité, malgré les obstacles.  

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *