CABINET NOIR: AGENT TROUBLE 15 ANS SUR FONDS PUBLICS

La chambre relève également le cas d’un chargé de prestations spécifiques (!) auprès du maire de Grenoble. L’intéressé était initialement agent contractuel de la commune de septembre 1999 à février 2011. Peu après son départ à la retraite, il a été recruté en tant que vacataire afin d’effectuer des « enquêtes administratives, des inspections et des conseils juridiques ». Durant trois ans et jusqu’en juin 2014, il a bénéficié, chaque mois, d’une rémunération forfaitaire et déterminée par avance, dont le montant et le nombre de jours travaillés déclarés dans les états d’heures correspondent à la moitié de sa rémunération avant son départ en retraite” écrivent les magistrats dans leur dernier rapport sur les comptes.

UN AGENT QUI N’A JAMAIS RENDU COMPTE de SA MISSION PENDANT 19 ANS !

Mais qui est donc cet “agent contractuel” qui n’a jamais rendu compte d’aucune mission au Conseil municipal pendant 15 ans, dans l’indifférence de l’opposition municipale ? Installé la plupart du temps au dernier étage de l’hôtel de ville pour effectuer des missions secrètes. Qui avait porte ouverte au commissariat de police et à la Police Judiciaire (PJ) grenobloise dont il était un agent jusqu’en 1999 .

LA PJ A EU à CONNAITRE DU RACHAT de la SOCIÉTÉ EN FAILLITE de M.DESTOT

Ça s’est passé à Grenoble sous la gestion de MM Destot, Safar, Avrillier, G.Fioraso dans une omerta observée par tous.

Recruté le lendemain, jour pour jour , de son départ à la retraite de la PJ par Michel Destot, cet agent a eu à connaitre des dossiers Carignon, du dossier du rachat par une filiale Belge de la Lyonnaise des Eaux de la société en faillite de Michel Destot. Au moment ou ce dernier rachetait le contrat d’eau à la Lyonnaise des Eaux moyennant un chèque de 10MF.

On le sait les dossiers n’ont pas reçu le même suivi judiciaire.

LE DOSSIER ALPEXPO A ÉTÉ ENTERRÉ

Cet agent était en poste près du Maire quand le secrétaire général d’Alpexpo a déposé tous les dossiers des turpitudes municipales en souhaitant l’ouverture d’une information judiciaire qui n’a jamais eu lieu suite à l’avis des inspecteurs de la PJ Grenobloise. La gabegie a continué.

Ce retraité de la PJ,  Sydney Ziméro, a donc bénéficié pendant 19 ans d’un régime de faveur exceptionnel sans que jamais aucun conseiller municipal n’ait demandé aucun compte de son activité au Maire.

Raymond Avrillier Adjoint au Maire (Verts/Ades) et Vice Président de la Métro  pendant 13 années de cette période ne pouvait ignorer cette présence et ce contrat. Au contraire.

MAGISTRAT, PJ, AVOCATS MILITANTS : UNE INSTRUMENTALISATION de la JUSTICE

Petit à petit le puzzle se constitue : les grenoblois ont vécu sous le joug d’une Nomenklatura locale qui aura instrumentalisé la justice par tous les moyens, ayant des connexions avérées dans la police judiciaire, dans la magistrature avec la présence de  Raphaël Grandfils, Procureur Adjoint de 1999 à 2013 qui s’est révélé être un membre du comité de soutien d’ Eric Piolle participant à des réunions aux côtés notamment de Claude Coutaz avocat-militant et maintenant élu Verts/PG. Dans les médias aussi avec Philippe Descamps (France 3) qui cosignera un livre avec Avrillier, Claude Francillon correspondant du Monde devenu… conseiller municipal PS à Corenc, Eric Merlen correspondant du Canard et de Libération recruté ensuite, lui aussi ,au cabinet Destot…

UN SYSTÈME D’UNE TOTALE OPACITÉ, UNE OPPOSITION ABSENTE

Ce système mis en place a fonctionné dans une totale opacité. On doit malheureusement observer qu’il a été possible grâce à une “opposition” ou bernée, ou incompétente, ou complice. SI des comptes avaient été demandés jamais les “missions” de cabinet noir n’aurait pu se poursuivre.

LA CRC RÉVÈLE QUE GRENOBLE VA DANS LE MUR

Peu à peu tous les masques tombent. La gestion Destot/Piolle est étrillée par la Chambre des Comptes et les grenoblois on bien compris que ces municipalités ont conduit Grenoble dans le mur sur tous les plans et qu’aucune mesure structurelle sérieuse n’a été engagé pour l’éviter demain. Les élus Verts/Ades ont participé à cette gabegie pendant 17 ans.

SON NOM N’APPARAÎT PAS DANS L’ORGANIGRAMME, RIEN SUR SES TRAVAUX

La Chambre révèle le dessous des cartes des affaires qui ont défrayé la chronique grenobloise et protégé les élus de gauche de toute incursion judiciaire. S.Ziméro” a été recruté afin de répondre à un besoin d’expertise (!) a priori permanent depuis 2011, sous un statut juridique inadapté, sans qu’aucun élément n’atteste de la réalité de ce besoin : bien que répondant officiellement à un besoin permanent auprès du DGS, son nom n’apparaît pas dans l’organigramme 2013, les états mensuels justificatifs des vacations ne comportent aucune précision sur la teneur de ses travaux et ni le nouvel ordonnateur (E.Piolle) ni l’ancien (M.Destot) n’ont pu apporter de précision complémentaire.”

UNE ESCROQUERIE POLITIQUE MONTÉE de TOUTE PIÈCE

Et pour cause. Comment expliquer son rôle et ses missions ? Lesquelles ? Fin de partie. Tout l’édifice soigneusement construit s’effondre sous les coups de boutoir des vérités qui éclatent ici et là. Le  rapport de la Chambre Régionale des Comptes aura mis le dernier coup de pieds à une escroquerie politique montée de toute pièce pour abattre un homme. La tentative récente qui a visé un membre de la liste Piolle, Guy Tuscher, montre que rien ne change. Mais les accusateurs sont désormais les accusés. Ils doivent répondre de leurs actes, de leur gestion et ne peuvent plus fuir leur responsabilité.

Après 25 ans aux “affaires”  les grenoblois seront en mesure de les juger.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *