TGV : TOULOUSE, NICE GAGNENT, PIOLLE PERD

Le Grand Timonier visionnaire persiste : Grenoble n’aura pas de ligne TGV à Grande Vitesse. Il y est hostile et ça suffit pour en décider .Malheureusement André Vaillini et Michel Destot qui ont régné sur le département et Grenoble ne l’ont jamais demandé à l’Etat, mais eux ne s’en vantaient pas. Il s’agissait seulement de leur immobilisme. Ils avaient leur carrière à gérer, une occupation à plein temps.

LE GRESIVAUDAN a MÊME PERDU LA GARE DAUPHINÉ/SAVOIE 

Dans la période une autre élu PS, le Maire de Chambéry a obtenu que la gare de Pontcharra/Montmélian sur la ligne TGV Lyon/Turin qui aurait mis le Grésivaudan à 2 heures de Paris soit supprimée. Au profit du passage de la ligne Lyon/Turin dans Chambéry avec un arrêt dans la ville. Le coût de cette déviation et de l’ordre du coût d’une ligne à grande vitesse entre St Exupéry et Moirans.

BORDEAUX à 2 HEURES DE PARIS

Pendant ce temps Bordeaux est devenu une ville à 2 heures de Paris, Arcachon -oui Arcachon, à la pointe du Sud-Ouest- à 2 h30 de Paris. La semaine dernière le Maire de Toulouse (LR) obtenait un chèque de l’Etat de 4,1 Milliards pour une ligne TGV Marseille/Toulouse.  Il y a 15 jours le gouvernement a annoncé le lancement de la ligne TGV Marseille-Nice grâce à un chèque de l’État de 1,4 milliard.

PIOLLE : "UNE GRANDE CONFÉRENCE de PRESSE à PARIS"

La période du plan de relance a été également ratée par notre territoire sur ce dossier aussi. Il est vrai qu’Eric Piolle a autre chose à penser que les dossiers de développement auxquels -de plus- il est hostile.  Cette semaine sa « grande conférence de presse à Paris «  n’a reçu aucun autre écho que celui du « Dauphiné «  et de « France Bleu Isère ». Il est vrai que ses propositions indigentes et ressassées sur l’inscription de l’environnement dans la constitution et la réforme des institutions qui seraient ses premiers actes de Président (!) faisaient peine. Au niveau national sa page est tournée et la rencontre récente entre Yannick Jadot et Anne Hildalgo montre bien que les choses sérieuses se passent sans Lui. Le sait-il ?

 

GRENOBLE à 3 H DE PARIS AVEC PEU DE TGV DIRECTS

Pendant ce temps Grenoble demeure toujours à 3 heures de Paris avec des TGV directs de plus en plus rares. A partir de St Exupéry la ligne «  teuf-teuf«  serpente et les TGV l’encombrent paralysant les TER qui ne peuvent être ni rapides ni nombreux du fait de la présence des TGV sur la ligne.

TER LYON/GRENOBLE : LE GRAND RATE DES GESTIONS PS/VERTS/PCF

Son encombrement pose également des problèmes d’entretien très difficiles, les travaux devant souvent s’effectuer la nuit. L’absence de TER fréquents entre Grenoble et Lyon interdit le report sur le train de nombreux déplacements domicile-travail vers les Métropoles. Or pour celle de Grenoble 60 000  personnes viennent chaque jour pour y travailler depuis d’autres territoires. L’accès en train est essentiel et c’est un grand raté des gestions des élus PS/Verts/PC de ces 20 dernières années aussi. 

LYON MAINTIENT SON NIVEAU et SES INVESTISSEMENTS

Les actuels projets de RER d’agglomération, très en retard, qui verront le jour en 2025 ne résolvent absolument pas cette question de la grande vitesse et d’une ligne Grenoble/Lyon exclusivement réservée aux TER. D'ailleurs le niveau d'investissements consentis à Lyon et au noeud ferroviaire Lyonnais sont sans commune mesure avec les nôtres. Au passage Lyon a maintenu la 1ère classe dans les TER qui la desservent, permettant au cadres et aux chefs d'entreprises qui désirent voyager dans le calme de les emprunter, tandis que les Verts ont aussi paupérisés les nôtres en obtenant sa suppression, les privant aussi d'une clientèle. 

L'ABSENCE DE LEADERSHIP AU SERVICE DU TERRITOIRE

La désertion des décideurs économiques sur des enjeux de cette taille est frappante. Il semble qu’ils aient renoncé et il est à craindre que les grands noms aient décidé sans tambour ni trompettes d’éloigner leurs entreprises de notre secteur inaccessible et encombré. Seul Alain Carignon a dénoncé cette situation et clairement fait comprendre qu’aux commandes il aurait demandé et obtenu que Grenoble soit servi. Avec le Synchrotron, le nouveau Musée,  SGS Thomson il a démontré sa capacité à sortir les grands dossiers nationaux et internationaux en faveur de Grenoble. Aujourd’hui l’absence de leadership au service du territoire fait du mal.

Alain Carignon aurait visiblement sorti ce dossier depuis longtemps: Eric Piolle et Christophe Ferrari ont encore manqué l'occasion du plan de relance

 LE DÉCLASSEMENT de la MÉTROPOLE

Le déclassement de notre Métropole se poursuit dans une France elle-même de plus en plus déclassée, c’est dire notre niveau.  Le dernier rapport de la Chambre Régionale des Comptes l’a classée dans la catégorie des métropoles « faiblement dynamiques «. La sentence est exprimée avec plus de délicatesse, mais le verdict est le même .

 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *