LE RAPPORT ACCABLANT SUR LA GESTION FERRARI/PIOLLE

Christophe Ferrari (PS repenti) abandonné par Eric Piolle pour défendre leur calamiteux bilan commun

"Le rapport que nous avons sous les yeux est accablant pour la gestion commune de Christophe Ferrari et d’Eric Piolle. La synthèse nous dit que vous n’aviez pas pu adopter un pacte financier et fiscal pourtant obligatoire, vous n’aviez pas su réviser la dotation de solidarité obsolète sur des bases de 2008, vous n’aviez pas réussi à faire financer l’importante  compétence voirie à son juste niveau, ni la compétence ouvrages d’art créant des inquiétudes sur l’entretien de ce patrimoine..." a résumé Alain Carignon lors de la séance de la Métropole de vendredi .

C.FERRARI : LE RAPPORT PLANQUÉ AU MILIEU de DÉLIBERATIONS

La loi contraignant Christophe Ferrari le Président (Ps repenti) de la Métro a publier le rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) sur sa gestion commune (2014/2018) de la Métropole avec Eric Piolle et sa majorité Rouge/Verts grenoblois, il l'avait planqué au milieu de nombreuses délibérations techniques, essayant de le faire passer inaperçu !

LE BILAN DES ÉLUS ROUGE/VERTS GRENOBLOIS 

Mais l'ampleur des révélations ne pouvait échapper à l'opposition. Le jugement est si critique que les élus grenoblois se sont désolidarisés de leur propre gestion. Eux qui avaient désigné Christophe Ferrari -la bonne personne en 2014- qui détenaient tous les postes clefs de la dépense publique (Claire Kirkyacharian, Yann Mongaburu, Christine Granier, Klauss Habfsat) ont envoyé un élu de leur groupe extérieur à Grenoble pour   renchérir sur la critique... Car ils se planquent une fois le bilan arrivant.

F.DIETRICH (Verts/FI) JOUE LE RÔLE DU PERROQUET GRENOBLOIS 

Francis Dietrich le Maire de Champ sur Drac  (Verts/FI) avait accepté de jouer le rôle du perroquet et de lire un texte rédigé par eux dans lequel ils prenaient leurs distances avec leurs actes. Accepter ce rôle pour un Maire en dit long sur sa dépendance à l'égard des Rouge/Verts grenoblois. Ce n'est pas une bonne nouvelle pour les habitants de Champ sur Drac. 

V.PAULUS (DL) "ÉTRANGE, LA LOURDE CHARGE DE F.DIETRICH"

Vincent Paulus le journaliste du Dauphiné (21/11/20) l'a d'ailleurs fait remarquer : "plus étrange la lourde charge de Francis Dietrich" car comme l'a fait remarquer Guy Jullien "les membres du groupe UMA (les grenoblois) qui appartenaient à la majorité du précédent mandat ont bien voté toutes ces délibérations...". A chaque étape leur cynisme est démontré.

L'ABSENCE DE MUTUALISATION : UNE GABEGIE SANS NOM 

Dans le "détail" si on ose dire la Chambre Régionale note que "le schéma de mutualisation a été adopté tardivement et il est peu ambitieux".

Les magistrats financiers relèvent ce qu'Alain Carignon et l'opposition ont si souvent énoncé au Conseil Municipal de Grenoble et la Métropole : l'absence de mutualisation des moyens conduisant à une gabegie sans nom : la ville veut rénover l'hôtel de ville, acquiert le siège d'une banque pour loger des services municipaux et en parallèle les mêmes élus votent un siège pharaonique de 86 000 000 Millions d'€ pour la Métro ! 

Au nom de l'opposition, Alain Carignon a mené une charge sévère à partir du rapport de la CRC 

LES ÉLUS N'ONT PAS ÉTÉ BIEN INFORMÉS SUR LE NOUVEAU SIÈGE

La Chambre des Comptes dénonce l’absence totale de réflexion sur les mutualisations possible. Elle dénonce l’absence d’information des élus sur les coûts et les options possibles lors du lancement du projet du siège Métropolitain encore plus obsolète à l’heure du télétravail, de la mise en place de lieux de travail partagés à proximité des domiciles

"L'ENCOURS DE LA DETTE AUGMENTE FORTEMENT"

Elle note aussi   "l'encours de la dette augmente fortement, d'une part, du fait de la métropolisation, mais aussi, d'autre part, du fait de choix de gestion conduisant à étaler dans le temps certaines charges conséquentes, notamment celles liées à la dette envers le syndicat mixte des transports en commun et la SEM Gaz et Electricité de Grenoble".

RENÉGOCIATION SUR LES TAUX : + 5 000 000 MILLIONS d'€ PAR AN ! 

 Elle estime aussi que les élus n'ont pas constitué de provisions pour les encours d’emprunt à risques qui demeurent, elle dénonce l’incroyable résultat de la négociation sur les contrats d’échange de taux d’intérêts souscrits qui aboutit à coûter 5 000 000 Millions d’€ de plus par an au contribuable !

"LA SITUATION FINANCIÈRE POURRAIT SE TENDRE"

Selon elle, l’amélioration financière faciale qui est présentée n’est aucunement due aux décisions prises  mais résulte seulement d’un effet mécanique de la métropolisation et au choix du dispositif de la dette récupérable. Bref Christophe Ferrari et Eric Piolle n'y sont pour rien. Par contre  « la situation financière de la Métropole pourrait se tendre » du fait des décisions prises. 

10 % DE PERSONNEL EN SUS DES SERVICES TRANSFÉRÉS

En particulier du fait des dépenses de fonctionnement.  Au lieu de rationaliser les services avec les transferts de personnel des communes, les effectifs ont  augmenté de 10 % les effectifs en sus des effectifs transférés. En parallèle la masse salariale  des communes n’a pas baissé. Une véritable gabegie qui pèsera lourd dans l’avenir et pour des services à la population qui se sont dégradés.

Claire Kirkyacharian (Verts/Ades) élue de la majorité Piolle était Première Vice-Présidente de la Métro, responsable de l'administration, du personnel au moment de l'explosion des dépenses de fonctionnement, la désorganisation des ressources humaines et l'absence de mutualisation ...

C.KIRKYACHARIAN (Verts/Ades) RESPONSABLE DU BOULET 

Avec Claire Kirkyacharian (Verts/Ades) comme Première Vice-Présidente de la Métro chargée de l'administration et du personnel, responsable du boulet de l'explosion des dépenses de fonctionnement et de la désorganisation des ressources humaines relevée par la CRC,  il va être difficile aux élus grenoblois d'expliquer qu'ils n'y sont pour rien. 

LES ÉLUS VERTS/ADES ONT DUPLIQUÉ LEUR GESTION GRENOBLOISE

En fait ils ont reproduit à l'échelle de l'agglomération ce qu'ils avaient produit en gouvernant avec Destot (95/2008) une explosion des dépenses de fonctionnement qui conduit à l'augmentation de + 10 % des impôts en 2008 faisant de Grenoble la première de France des grandes villes pour l'impôt sur les ménages. Ce qu'ils poursuivent maintenant seuls depuis 2014 

"4 ANS APRÉS LA MÉTROPOLE EST ENCORE EN CONSTITUTION"

Selon la CRC nos Cadors locaux qui pérorent dans la presse comme des coqs ont avancé comme un escargot : "4 ans après sa création, la Métropole est encore largement en constitution, les processus de pilotage de la masse salariale et de la performance ne sont pas mis en place.. Il n'est d'ailleurs pas possible de mesurer si la création de la métropole a eu un effet d'entrainement démographique ou économique. De même, il n'est pas possible d'apprécier l'amélioration du service rendu aux usagers, non par manque de recul mais parce que la métropole n'a pas encore développé cette démarche de suivi. « 

UNE MÉTROPOLE "FAIBLEMENT DYNAMIQUE"

Elle la classe dans la catégorie des métropoles « faiblement dynamiques «. Par rapport au département, le taux de pauvreté est plus élevé (13,9 % contre 11,5 % ) ainsi que le taux de chômage (13,2 % contre 11,7 %). Son nombre d’étudiants baisse depuis 2008 dans des proportions plus importantes qu’ailleurs et « l’emploi dans la sphère productive est en recul »

E.PIOLLE N'EST COMPÉTENT QUE POUR CE QUI N'EST PAS ADVENU

On comprend bien que Christophe Ferrari ait souhaité planquer ce rapport obligatoire et Eric Piolle s'en lave les mains. Ce dernier a toujours la même tactique du coucou qui n'est compétent que pour ce qui n'est pas advenu.

IL N'EST PAS UN PERDREAU DE L'ANNÉE 

D'ailleurs il fait de la politique seulement depuis 10 ans annonce-t-il sans cesse, alors qu'il était déjà candidat aux législatives en... 1998 quand ses colistiers actuels géraient déjà Grenoble avec la municipalité Destot. Par des tour de passe passe qui entubent parfois certains médias on a l'impression d'un perdreau de l'année. 

LA MAJORITÉ GRENOBLOISE N'ASSUME PAS LES CONSÉQUENCES 

La majorité grenobloise qui a fait de Christophe Ferrari pendant 6 ans l’instrument de sa politique de décroissance de l’activité avec en parallèle une montée des dépenses de fonctionnement aucunement justifiée par de nouveaux services ne veut pas assumer ses catastrophiques choix. 

LE TERRITOIRE A PRIS UN RETARD CONSIDÉRABLE

De plus en dupliquant au niveau de la Métropole les incroyables procédures bureaucratiques paralysantes aboutissant à des  non décision sur la plupart des dossiers clefs sur lesquels il fallait avancer vite pour être une Métropole en avance, Eric Piolle et ses amis ont handicapé notre territoire qui a pris un retard considérable.

URGENT DE METTRE FIN AUX DOUBLONS

Le rapport de la Chambre Régionale des Comptes exige  de se mettre à jour, de rattraper les retards, de changer d’orientation financière, de mutualiser. Bref il indique qu' il est temps de créer la Métropole. De dire qui fait quoi et de mettre fin aux doublons. C’est urgent.

UN ATTELAGE BRINQUEBALANT QUI VA TOMBER DANS LE TROU

Ceux qui ont eu la patience d'écouter vendredi les débats du Conseil Métropolitain de 10 h le matin à minuit ne peuvent être qu'inquiets. Eric Piolle et ses amis creusent et Christophe Ferrari s'enfonce. Cet attelage brinquebalant ne peut que tomber dans le trou. Malheureusement nous avec.

 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *