L’ILE “VERTE” VOUDRAIT GARDER SON NOM

 

La « normalisation » de la ville et de la Métropole se poursuit. Tout doit se ressembler. Et les élus ne tirent pas vers le haut… Le quartier de  L’Ile «Verte » a déjà subi les outrages du Plan Local d’Urbanisme mis en place en 2004 (déjà !) par Pierre Kermen alors Adjoint (Verts/Ades) à l’urbanisme de M.Destot. Résultat dans le secteur, Blanche Monnier,  est bien devenu un quartier comme les autres. Petit à petit les villas ont perdu le soleil, la vue sur les montagnes et les propriétaires ont vendu afin que des immeubles se construisent.

LA BÉTONISATION MASSIVE EST EN ROUTE 

Partout, dès qu’une dent creuse apparaît un immeuble prend sa place. Avec le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) voté récemment ça ne s’arrange pas pour l’agglomération, bien au contraire. Partout du Fontanil à Claix en passant par Sassenage et Seyssins les habitants commencent à comprendre ce qui les attend : la bétonisation massive est en route. Partout sporadiquement, des groupes d’habitants protestent quand le soleil et la vue sur les montagnes disparaissent, mais la conscience politique qu’il s’agit d’une volonté politique décidée par les élus de la majorité Verts/PS/PC de la Métropole n’apparaît guère. Comment puisqu'ils sont censés lutter pour sauver la planète du réchauffement ? 

LE ROULEAU COMPRESSEUR MUNICIPAL CONTRE LES HABITANTS

A Grenoble la construction d’un immeuble à l’angle de la rue Lachmann et du quai Jongkind  en projet rencontre l’opposition des riverains.  Comme cours de la Libération pour l’ilot Galtier, rue Helbronner, sur l’ilot Raymond à Berriat…

LONGTEMPS NOUS N'AVONS PAS CRU POSSIBLE...

« Longtemps, nous n’avons pas cru possible que de tels projets soient envisageables sur une si petite parcelle de 396 m², raconte Isabel Oed, habitante du 25 quai Jongkind, au nom du Collectif Île Verte. Aujourd’hui, nous ne comprenons toujours pas comment un projet qui contredit autant les aspirations contemporaines pour une ville agréable à vivre pourrait être accepté par les pouvoirs publics » rapporte le DL (17/3/21).

LE JARDIN ENTIÈREMENT DEDIÉ à la CONSTRUCTION 

« Le jardin devient entièrement dédié à une nouvelle construction !», ajoute Isabel Oed. « Tous les projets qui ont été présentés nous ont paru inadaptés au site, explique Xavier, riverain dans le même journal. C’est un site très végétalisé, très vert, avec beaucoup d’arbres. »

LEURS PROMESSES ENGAGENT CEUX QUI LES ÉCOUTENT

Rappelons que « l’Adjoint à la fraîcheur », Gilles Namur (Verts/FI) a fait rouler l’Union de Quartier de l’Ile verte pour Piolle avant d’être élu à ses côtés.  Dans le DL du même jour il a droit à un bel article selon lequel la municipalité va planter 15 000 arbres  mais d’ici …2030. La plupart plantés à partir de 2026 quand ils ne seront plus là ? Leurs promesses n’ont en effet toujours engagé que ceux qui les écoutent

SEUL A.CARIGNON S'EST OPPOSÉ AU PLUI

Les habitants invitent la population à faire front en demandant une modification du Plan local d’urbanisme intercommunal. Le seul groupe qui s’est opposé à ce plan est celui d’Alain Carignon (société civile, divers droite et centre). Mais les habitants de l'Ile Verte ont massivement voté ... Piolle. 

ON VA CONSTRUIRE HAUT PLACE GIRARD et SUR M.RANDON 

Déjà en février 2019 lors de son élaboration des habitants étaient terrifiés «de voir sur les plans du PLUI (plan d'Urbanisme) qu'à l’île Verte (ou plutôt Ile Grise) on pourra construire des tours de 29 mètres de haut sur la place Docteur Girard ! Et 20 mètres, un peu plus loin sur l'avenue Maréchal Randon" .

DES MINIMUMS IMPOSÉS POUR CONSTRUIRE 

Ils  avaient constaté que "le document des "densité" fixe des zones F1 à F6 avec des "minimums" (et non des maximums!) ; pire, pour chaque zone, la quantité n'est pas fixée ! Oubli ou chèque en blanc ?"  demandaient ils déjà.

Le groupe d’opposition a été le seul à se battre contre.

PLUS PERSONNE POUR ASSUMER LE PLUI 

Aujourd’hui les élus Verts.FI bras armé de Piolle pour ce plan, Vincent Fristot, Pierre-André Juven, Christine Garnier  disparaissent de l’écran. Pourtant responsables de l'urbanisme et du logement à la ville et à la Métro. Au DL c’est « la ville «  qui répond. Pas de nom. Personne d’identifiable comme d’habitude. La technique ne change pas.  « La ville » donc «  “est très vigilante quant à la bonne insertion d’un projet de construction sur cette parcelle …) Elle entend les inquiétudes des riverains et les assure de sa plus grande vigilance quant à l’instruction de ce dossier, dans le strict respect du PLUi et du cadre réglementaire ». Fermez le banc.

PIOLLE FAIT LE PLUI ET REGRETTE DE DEVOIR L'APPLIQUER !

Ainsi « la ville » va voter un PLUI qui permet ces constructions et ensuite répondra aux habitants qu’elle agit  « dans le strict respect du PLUi et du cadre réglementaire ». Le tour est joué. Dans la plupart des cas les habitants ne voient pas le tour de passe-passe et Eric Piolle est exonéré de sa responsabilité directe. Il ne peut rien contre ce satané PLUI .

QUAND DES CITOYENS MAJEURS FERONT LE LIEN ?

Cet enfumage est ce que la majorité grenobloise a trouvé de mieux pour poursuivre sa politique de bétonnage en prétendant à longueur de com’ lutter contre les ilots de chaleur et favoriser les arbres. On attend avec impatience que des citoyens majeurs se réveillent et comprennent exactement ou se situe la supercherie.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *