8000 ROTATIONS DE CAMIONS AU CENTRE VILLE

Le bâtiment existant représente environ 40 000 tonnes de béton. Sa démolition engendre au bas mot 3 000 rotations de poids lourds. Et la construction des milliers de m2 du nouveau projet engendrera, elle, environ 5 000 rotations de poids lourds, sans oublier les années de nuisances pour les riverains de tout le secteur.…” a expliqué Alain Carignon lors de la séance du Conseil Municipal à un Eric Piolle qui ne veut toujours rien entendre.

LE DAUPHINÉ : “CACHÉE DANS LA LONGUE LISTE des RENDUS ACTE”

Sa décision de préempter le siège de la Chambre de Commerce et d’Industrie, un bâtiment remarquable signé de l’architecte Grenoblois de renom André Zanassi, a été prise solitairement, sans consultation de personne : “certains diraient qu’elle était cachée dans la longue liste des rendus acte” écrit Isabelle Calendre dans le “Dauphiné” (22/4/20) en rendant compte de l’interpellation d’Alain Carignon qui n’a pas laissé passer dans une intervention que même Guy Tuscher (“Ensemble à gauche”) a qualifié publiquement de «très bonne ».

L’intervention d’Alain Carignon au Conseil Municipal par téléconférence sur la préemption de la CCI par E.Piolle

VOTE SUR LES POULAILLERS, PAS SUR LES DECISIONS IMPORTANTES

Une décision urbanistique majeure qui est prise en toute opacité, entre vous et Madame Garnier qui préside l’établissement foncier. Vous pouvez décider tout seul et un simple rendu acte sur lequel nous ne pouvons même pas voter vous permet de prendre la décision. Comment pouvez-vous consulter les Grenoblois pour choisir entre un poulailler collectif ou des nichoirs et ne rien leur demander quand il s’agit de décisions si importantes ?” a poursuivi Alain Carignon .

LE SECTEUR DÉJÀ DENSIFIÉ PAR 1 200 LOGEMENTS SUPPLÉMENTAIRES

Rappelant le projet urbanistique de Hoche d’Hubert Dubedout et de Jean Verlhac qui avaient décidé d’introduire une mixité d’usage du quartier avec le siège de la CCI et un parking afin qu’il ne soit pas seulement un quartier HLM.

Rappelant la densification forcenée du secteur avec les 1 200 Logements supplémentaires entre la rue Hoche et de Bonne, les conflits d’usage avec le Gymnase, la réduction systématique du parc Hoche (Hôtel, écoles…)

STOPPER UNE RÉSIDENCE PERSONNES ÂGÉES et UN CENTRE de SANTÉ

Rappelant la politique irresponsable d’attribution de logements à Hoche qui aboutit à une dégradation du quartier

Pour Alain Carignon “vous voulez stopper un projet privé d’acquisition de la CCI qui avait pour objet de réaliser une résidence pour personnes âgées sans démolir le bâtiment, et dans le centre de formation attenant, réaliser une maison médicale dont la ville a tant besoin puisqu’on connaît les problèmes d’installation des médecins.”

APRÉS LA SUPPRESSION DU FOYER LOGEMENT NOTRE DAME

Inutile d’insister, dans la période, sur l’importance d’une présence médicale de proximité dans Grenoble.
“Inutile de rappeler qu’après la suppression du Foyer logement de Notre Dame, qui hébergeait 35 personnes âgées, il n’y a plus de logements pour personnes âgées au centre ville.

8 MILLIONS D’€ POUR ACQUÉRIR ET DÉMOLIR ENSUITE

En lieu et place de ce projet privé, vous décidez que la collectivité investisse 8 Millions d’€, seulement pour acquérir le bâtiment, ce qui implique de le démolir, si j’ai bien compris votre projet sur lequel vous ne vous êtes jamais expliqué publiquement.

Le projet privé fonctionne financièrement avec moins de la moitié de la surface, en conservant le gros de l’existant, donc réduisant d’autant le coût de construction.

FAVORISER LA RÉHABILITATION PLUTÔT QUE LA DÉMOLITION

Mais surtout “l’ensemble du bilan carbone de cette opération est désastreux. Aujourd’hui, encore plus qu’hier, c’est la réhabilitation plutôt que la démolition qu’il faut favoriser, si l’on veut un cercle vertueux dans la construction, en donnant une deuxième vie aux bâtiments.”

UN BILAN CARBONE DÉSASTREUX

Votre choix est incompréhensible” explique encore Alain Carignon qui juge que “le bilan humain, écologique, urbanistique et financier de cette opération serait catastrophique.”
“Je suis atterré, qu’en pleine crise, au moment où tout doit être remis en cause, vous poursuiviez des opérations pareilles d’un autre temps.”

EN FACE VOUS AVEZ DONNÉ LA BASTILLE AUX PROMOTEURS

Il pointe Eric Piolle car “en face, à la Bastille, vous avez laissé partir à des promoteurs pour, à peu près le même prix, un bâtiment universitaire à vendre qui aurait permis de conserver cette montagne magique de Grenoble à la disposition de tous les Grenoblois.

UN PROJET IMMOBILIER et DES VOITURES à LA BASTILLE

Vous laissez réaliser sur cette montagne un vulgaire projet immobilier avec des logements privés qui va engendrer la montée des voitures à la Bastille, tandis qu’ici, au cœur de ce quartier, vous allez jeter 8 Millions d’€ par la fenêtre puis des millions d’€ de démolition afin de bétonner un peu plus le quartier et rendre la vie encore plus difficile.”

“JAMAIS LE CONSEIL MUNICIPAL N’EN DÉBATTRA”

Je regrette de le signaler aujourd’hui, mais dans votre système de fonctionnement il n’y a pas d’autre moment, il n’y a pas d’autre opportunité pour le faire, puisque jamais le Conseil Municipal ne sera appelé à débattre de décisions de cette importance et de ses conséquences.”

IL EST ENCORE TEMPS de CHANGER VOTRE FUSIL D’ÉPAULE

Puis le Conseiller Municipal fait appel à la réflexion et à la sagesse éventuelle d’Eric Piolle : “Il est encore temps de changer votre fusil d’épaule.
“Comme votre système m’interdit tout amendement sur vos décisions, je vous propose simplement de réfléchir à ce dossier, de renoncer à cette préemption et de consacrer ces sommes à une acquisition amiable des bâtiments de la Bastille aux promoteurs afin de sauver le caractère public de cette réserve naturelle qui doit appartenir aux Grenoblois.

NÉCESSITE DE CENTRES DE SANTÉ DE PROXIMITÉ

Car pour l’élu d’opposition “si la crise sanitaire actuelle nous donne une leçon, c’est bien celle de la modération, de la préservation des espaces naturels en particulier dans les villes, de l’utilisation judicieuse de l’argent public encore plus rare, de la nécessité de centres de santé de proximité et de penser aux personnes âgées dans la ville.

Concluant : “c’est pourquoi j’espère que vous accepterez de revoir votre position à la lumière de cette crise.”

V.FRISTOT (Verts/Ades) CHARGÉ DES BASSES OEUVRES

Pour lui répondre, Eric Piolle a envoyé le mystérieux Vincent Fristot l’un des piliers (Verts/Ades) du système Avrillier en place à Grenoble depuis…. 1995 sous des municipalités différentes mais totalement inconnu des grenoblois et qui entend le rester, ce qui lui permet d’agir sur l’essentiel pendant qu’on débat de leurres.

TOUTES LES DENSIFICATIONS RATÉES

C’est à lui que les grenoblois doivent toutes les opérations de densification massives, toutes ratées, et la prochaine en route sur Flaubert dans la continuité de Vigny-Musset ou de la Presqu’ile qu’on lui doit aussi.

LE CHANTRE DE L’OPACITÉ

Fidèle à sa méthode d’opacité, Vincent Fristot n’a pas répondu sur l’absence de toute démocratie dans ces décisions-là. Il a parlé du projet de la Poste qui va être transformée en bâtiment de logements et on ne voit pas pourquoi cela justifierait de densifier encore plus le quartier Hoche en logements sociaux ? A un tel coût.

LA QUESTION CLIMATIQUE, HABILLAGE D’UNE MARCHANDISE

Ce type de dossier emblématique du dogmatisme municipal complètement fou devrait contribuer à éclairer les grenoblois sur ce qui se passe sous leurs yeux.

BÉTONNER, APPAUVRIR, GHETTOÏSER : IL VEUT CONTINUER

La question climatique, les bilans carbone ne sont que l’habillage d’une marchandise faisandée qu’Eric Piolle cache. L’opération CCI montre qu’il veut surtout bétonner, appauvrir, ghettoïser tout Grenoble et à n’importe quel prix.

Les Grenoblois doivent se mobiliser vite et fort avant qu’il ne soit trop tard pour leur ville.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *