CRISE SANITAIRE : La MUNICIPALITÉ EN ARRIÈRE de la MAIN

Alors que de nombreuses grandes villes ont pris des initiatives afin de se procurer des masques, des tests de dépistage en lien avec des laboratoires, ont décidé de désinfecter les lieux publics par exemple, Eric Piolle demeure très en deçà et applique seulement les consignes nationales.

LES INITIATIVES LOCALES TRÉS EFFICACES

Dans ce type de crise pourtant, les initiatives locales, de proximité qui ne soient pas en concurrence avec les mesures nationales sont pourtant très efficaces.

O.VÉRAN S'EST NOYÉ DANS LA GESTION des MASQUES

Dans la seule gestion de la gestion des masques dans laquelle Olivier Véran s'est visiblement noyé, les initiatives des villes n'ont pas tari la ressource nationale, mais ont apporté des compléments bénéfiques en priorité aux soignants.

DES MUNICIPALITÉS DÉSINFECTENT L'ESPACE PUBLIC

Des municipalités ont pris l'initiative de désinfecter l'espace public tandis qu'à Grenoble celui-ci est encore plus abandonné que d'habitude. Les encombrants, les déchets s'accumulent et les phénomènes inquiétants que la ville connaissait avant la crise -la prolifération des rats notamment- risquent de s’accroître.

UNE APPROCHE TECHNOCRATIQUE, MÉFIANTE du PRIVÉ

Après 15 jours de confinement on peut mieux juger de l'approche municipale grenobloise : celle-ci demeure très technocratique, méfiante à l'égard du privé qui pourrait être d'un grand secours, sans aucune innovation de l'institution municipale.

A.CARIGNON PROPOSE UNE PRIME AU PERSONNEL

Le personnel communal est malmené, emmené sur le front avec peu d'outils. Hier, à l'occasion de la conférence téléphonique des Présidents de groupes, Alain Carignon a suggéré à Eric Piolle qu'une prime exceptionnelle soit annoncée au personnel qui assume les taches dans les écoles pour les enfants des soignants, les animateurs, les policiers, ceux de la solidarité, en rapport avec le public... Une centaine de fantassins qui méritent le soutien des grenoblois.

DANS UN ESPRIT D'UNION et de RASSEMBLEMENT

Dans cette crise justement, dés le lundi 17 mars, après l'intervention du Président de la République, Alain Carignon avait souhaité que "Grenoble soit exemplaire" dans la période et avait annoncé que l'opposition agirait dans un esprit d'union et de rassemblement.

LA MUNICIPALITÉ A ÉPOUSÉ LE COURANT

Depuis les grenoblois ont le sentiment d'une politique du chien crevé au fil de l'eau. La municipalité a épousé -parfois avec retard- le courant. Pour l'instant l'Isère est heureusement relativement épargnée par le nombre de décès et de personnes en réanimation.

L'APPEL DES MÉDECINS POUR LES MASQUES

Cette situation qui peut évidemment changer ne devrait pas dissuader la municipalité d'être à l'avant-garde de l'action.

L'appel des éminents médecins grenoblois en faveur des masques pour tous pourrait susciter une organisation et une action en faveur de nos concitoyens qui méritent le meilleur de la protection.

GRENOBLE : PANACHE, COURAGE et ANTICIPATION

Dans toute les périodes graves de l'histoire, Grenoble a plutôt marqué par son panache, son courage et son anticipation. Elle ne devrait pas traverser celle-ci en étant en arrière de la main.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *