SUR PUBLIC SÉNAT : “Alain CARIGNON a SES CHANCES”

"C'est vrai, on sent qu'il a quelque chose autour de sa campagne. Je ne suis pas en train de vous dire qu'il va gagner, c'est Eric Piolle le favori, mais il a ses chances". Interviewé sur Public Sénat pour commenter l'actualité grenobloise Stéphane Echinard, journaliste au "Dauphiné" reflète bien le changement de ton des médias après l'intervention d'Alain Carignon au Conseil Municipal.

"DANS CERTAINS QUARTIERS IL PASSE PLUTÔT PAS MAL"

Le journaliste expliquant : "On entend les opposants mais il faut se méfier, il y a quelque chose qu'Alain Carignon sait faire, c'est campagne, il a beaucoup de supporters, on a l'impression que dans certains quartiers il passe plutôt pas mal, ils sont content de le revoir, il y a de la nostalgie de son époque".

"SES ADVERSAIRES AURAIENT TORT DE TROP L'ATTAQUER"

"Ses adversaires auraient tort de trop l'attaquer", poursuit le journaliste, "de trop le dénigrer". Citant des débats "à la limite de la haine" rejoignant le sentiment qui prévaut semble t-il assez largement chez les grenoblois après la séquence du Conseil Municipal.

UN E.PIOLLE HAUTAIN, MÉPRISANT

La rue Grenobloise a découvert sur les écrans un Eric Piolle hautain, cassant, méprisant : ils étaient 4000 sur le site de la mairie à suivre les débats. Sur les réseaux les vidéos sont encore très regardées et la sincérité et la modération d'Alain Carignon face à l'ignominie forcent le respect dans tout le spectre républicain.

"LE PARISIEN": "CARIGNON TOUJOURS AUSSI ÉNERGIQUE"

Dans "le Parisien" Serge Pueyo écrit : "Toujours aussi énergique et pugnace malgré ses 70 ans, Alain Carignon a profité de la tribune qui lui était donnée, avec la présence de très nombreux journalistes, pour répliquer : « Je voudrais dire que j'ai ressenti dans ma chair cette haine déchaînée qui procède d'une volonté de détruire, d'élimination, d'extermination. Il n'y a pas de haine positive. Je fais face à cette haine qui procède de la peur. La peur du débat », a lancé Carignon.

"CARIGNON A RÉUSSI SON COUP POLITIQUE"

Le journaliste juge que "Carignon a réussi son coup politique. Braquer les projecteurs sur lui à l'approche des prochaines municipales pour lesquelles il est candidat, mais aussi défier le maire écologiste sortant, Eric Piolle (...) On l'a compris, le duel Carignon/Piolle s'annonce sanglant lors de la campagne des municipales. Carignon mènera une liste de la société civile"

"LE MONDE" : "LE FRUIT D'UNE HABILE MANOEUVRE"

Pour Benoit Pavan dans "Le Monde", "le duel entre les deux favoris du scrutin est le fruit d'une habile manoeuvre politique d'Alain Carignon" soulignant que celui-ci s'est montré "offensif" sur le budget de la ville.

EUROPE 1 : "Alain CARIGNON RESTE TRÈS COMBATIF"

Europe 1 sous la signature de Jean-Luc Boujoin relève également "Alain Carignon n’est pas homme à se démonter. A 70 ans, il reste très combatif. Illustration avec cette attaque en règle, en plein conseil municipal, contre le budget du maire écologiste Eric Piolle. "Le budget, il est faux. Et pourquoi ? Parce que vous êtres budgétairement au bout du rouleau. Financièrement, vous êtes par terre", accuse-t-il.

"Alain CARIGNON A REMPLI SON OBJECTIF"

Tandis que Jean-luc Boujoin ajoute : "en revenant au conseil, Alain Carignon a rempli son objectif : se replacer au centre du jeu et de l’attention médiatique, afin de prendre date pour les municipales de mars prochain"

LIBÉRATION : "DES L'OUVERTURE IL POSE UNE VRAIE QUESTION"

Même "Libération" avait noté qu'Alain Carignon : "Dès l’ouverture du conseil municipal, Alain Carignon doit, lui, poser une (vraie) question orale en soutien aux unions de quartier et aux commerçants du centre-ville opposés au développement du vélo par l’équipe d’Eric Piolle. Il dénoncera les «conséquences catastrophiques» du nouveau plan de circulation sur l’emploi, l’attractivité du centre et la pollution."

FRANCE 3 : "IL A LARGEMENT DÉBATTU AVEC Eric PIOLLE"

De son côté France 3 Alpes a suivi la confrontation et juge que "Le candidat sans étiquette aux élections municipales de 2020 a largement débattu avec Eric Piolle, l'actuel élu EELV." En effet sur 7h45 de débats Alain Carignon aura interpellé Eric Piolle pendant 1h O8 mn, faisant à lui tout seul tout le travail que M.Chamussy n'a pas fait depuis 6 ans.

JP BARBIER : "L'ACHARNEMENT SUR Alain CARIGNON ME CHOQUE"

A l'issue des débats l'agressivité et le sectarisme municipal ont fait des dégâts dans l'opinion. Même Jean-Pierre Barbier, Président du département est monté au créneau mercredi matin sur France Bleu Isère :" l'acharnement qui s'abat sur Alain Carignon me choque. S'acharner ainsi ce n'est pas correct". Ajoutant : "quand un électeur va voir M.Piolle il lui demande s'il sera candidat à la Présidence de la République (!), quand quelqu'un va voir M.Carignon il le remercie de s'occuper des quartiers sud"

E.PIOLLE A COMMIS UNE ERREUR STRATÉGIQUE

En poursuivant dans les traces du systéme Avrillier de disqualification de l'adversaire avec Claude Coutaz en exécutant des basses oeuvres, Eric Piolle a commis une erreur stratégique relevée explicitement ou implicitement par les médias, ce qui constitue un changement de ton. Un tournant s'est produit lundi dernier avec la séance budgétaire du Conseil Municipal.

TRÉS FAIBLE MOBLISATION ANTI-CARIGNON

Plus que jamais l'espoir a changé de camp. La très faible mobilisation anti-carignon (30 personnes pour regrouper l'utra-gauche de David Bodinier et le groupe "Grenoble en commun" de Piolle !) démontre à nouveau que Piolle est en panne d'avoir trahi ses 120 engagements.

LE COURANT PORTEUR POUSSE LA SOCIÉTÉ CIVILE

La tentative des faibles de s'unir malgré la divergence d'idées -Olivier Noblecourt (PS) et Emilie Chalas (LREM)- démontre également que le courant porteur des grenoblois pousse le collectif de la société civile avec Alain Carignon. La sincérité et l'authenticité de la démarche et la force du projet creusent l'écart et font la différence.


One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *