MJC ET QUARTIERS : UNE GRANDE MARCHE ARRIÈRE

Jamais l’action socio-éducative dans les quartiers aura autant reculé qu’avec cette municipalité. Eric Piolle et Elisa Martin auront été les fossoyeurs de la prévention active.

GHETTOÏSATION ET PAUPÉRISATION des QUARTIERS

En parallèle à la ghettoïsation et à la paupérisation il aurait fallu mettre le paquet sur elle afin d’éviter les dérives, de tenter de canaliser la jeunesse, d’offrir d’autres perspectives que les trafics.

FERMETURES DE MJC, BAISSES DE SUBVENTIONS

Il n’en a rien été. Amorcée sous les municipalités Destot avec les fermetures des MJC Teisseire et Malherbe, cette politique s’est poursuivie. Les MJC des quartiers en difficultés ont vu leurs moyens diminuer comme celle du Village Olympique par exemple, un quartier à l’équilibre menacé.

MJC PARMENTIER : 35 000 € DE SUPPRIMÉS

Récemment c’est la vie même de la MJC Parmentier qui est remise en cause par une baisse de subvention de 35 000 € annuels.

David Merlin le Président de la MJC ne décolère pas selon le DL : « On nous oppose le fameux argument : “Si on vous donne à vous, il faudra prendre à d’autres”. Ce n’est pas une réponse ! Et puis, nous demandons effectivement à la Ville de faire des choix. Nous, nous avons fait celui de ne pas nous cantonner à l’accueil de loisir, de proposer des choses à tous les habitants, dans un quartier où c’est un réel besoin. Oui, cela signifie parfois des pertes financières, mais c’est un gain humain, solidaire. Sauf qu’on ne pourra pas assurer cela longtemps ».

SUPPRESSION DES BIBLIOTHÉQUES DE QUARTIER

Mais le socio-culturel n’est pas la seule victime : la suppression des bibliothèques Premol et Hauquelin ont été des coups durs pour les quartiers concernés.

CLUBS SPORTIFS ÉTRANGLÉS

Pour le sport de quartier la politique de restriction s’applique aussi : à l’US Abbaye le club n’a plus les moyens de recevoir les jeunes au-delà de 18 ans ! Les moyens sont limités partout. Sans oublier les gymnases mal entretenus, à l’usage limité.

A.CARIGNON : LES PRIORITÉS DES QUARTIERS…

On le sait le collectif de la société civile avec Alain Carignon veut stopper aussi cet abandon : culture, sport, éducation sont une priorité pour les quartiers.

AVEC LE BIG BANG DE LA REQUALIFICATION

Avec la requalification par l’implantation des services et la politique de lutte contre l’insécurité, c’est une véritable “big bang” qui est proposé aux Grenoblois. Pour les quartiers, il n’y aurait rien de pire que la “continuation” que voudrait poursuivre Eric Piolle.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *