GRENOBLE BRÛLE-T-IL?

“A partir de quel acte Eric Piolle consentira-t-il à comprendre qu’une lutte globale et par tous les bouts doit être engagée  pour faire reculer une délinquance installée partout, terreau et abri de toutes les dérives ?” questionnait hier Alain Carignon dans un communiqué.

ÉGLISE ST JACQUES : INCENDIE CRIMINEL

9 mois après l’incendie de l’église St Jacques le Procureur de la République révèle que celui-ci était criminel aussi. Après celui de l’hôtel de ville.

A Grenoble auront flambé un Théâtre (Prémol) un gymnase, le siège d’un club de foot, un collège, une gendarmerie, une pépinière d’entreprise (Mistral) France Bleu Isère … Chaque fois les mêmes larmes de crocodile sont versées et on continue comme avant.

POUR LES MAGISTRATS ” GRENOBLE EST UNE VILLE PARTICULIÉRE”

En effet la conjonction de toutes les délinquances crée à Grenoble ce que même les magistrats avaient appelé ...“ville particulière”. La délinquance “ordinaire” côtoie les trafics de drogue, les mafias, celle de l’extrême gauche et de l’islamisme intégriste comme on l’a vu avec l’épisode de la Burqua. Ce cumul est explosif. Il constitue un terreau bienveillant et abrité dans lequel chacune peut se développer et se cacher.

LES DÉLINQUANCES S’AIDENT L’UNE L’AUTRE

Ces délinquances sont devenues inséparables, s’aident l’une l’autre, ne serait-ce que par l’omerta. Un Procureur de la République a déclaré “De toute ma carrière, je n’ai jamais vu une ville qui était aussi pourrie et gangre­née par le trafic de drogue que Grenoble”.

E.PIOLLE POURSUIT LA GHETTOÏSATION des QUARTIERS

Ça n’a pas fait bouger E.Piolle d’un iota. Au contraire. Il a poursuivi sa politique de ghettoïsation des quartiers. Il a annoncé et répété que Grenoble devait accueillir tout le monde. A “l’Etat” de les loger. Cette irresponsabilité produit des effets délétères.

LA DÉLINQUANCE PREND LE POUVOIR

L’absence de politique sécuritaire laisse la bride sur le cou à toute la délinquance qui prend le pouvoir. Pour la déloger il faut l’attaquer partout, sous tous les angles, par tous les biais : création d’un critère de tranquillité publique pour l’attribution d’un logement, signalement du train de vie aux services fiscaux, expulsions en cas de condamnation, caméras de vidéo protection, interventions en temps réel, habilitation à dresser procès verbal de tous les employés des organismes publics, armement et développement de la police municipale….

LES MESURES SONT SUR LA TABLE

Ces mesures sont sur la table. Proposées par le collectif de la société civile avec Alain Carignon. Eric Piolle, paralysé, tétanisé, les observe incapable de prendre une décision, dépassé par les événements, emporté par la vague de cette délinquance prégnante, insérée partout.

GRENOBLE BRÛLE AUX FRAIS du CONTRIBUABLE

Pendant ce temps Grenoble brûle aux frais du contribuable. Donne une détestable image d’elle-même que notre ville ne mérite en aucun cas.

La disparition d’une église de quartier à la Capuche est un événement considérable. Ce n’était pas seulement un lieu de culte. Mais aussi une mémoire du quartier, un lieu de fraternité et d’échanges qui a été détruit sauvagement.

HÔTEL DE VILLE : UNE MUNICIPALITÉ EN DÉROUTE

La fait que le lieu de la démocratie, l’hôtel de ville, ne soit plus entretenu, brûle à son tour et ne puisse être réhabilité faute de moyens est également désolant. Le signe d’une municipalité en déroute.

Puissent les derniers mois nous épargner de nouvelles catastrophes. Mais dans quel état Eric Piolle va t il rendre Grenoble aux grenoblois ?

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *