HÔTEL de VILLE : E.PIOLLE N’ASSURE PLUS LA SÉCURITÉ

A l’occasion d’une conférence de presse sur les marches de la Mairie, Alain Carignon a dénoncé l’abandon du patrimoine des grenoblois, en particulier l’hôtel de ville qui n’est plus aux normes de sécurité.

“DÉFAVORABLE à la POURSUITE DE L’ACTIVITÉ”

Un véritable scandale. En janvier 2017 la commission de sécurité a émis à l’unanimité un avis défavorable à la poursuite du fonctionnement de l’établissement ». En septembre 2018 la Chambre Régionale des Comptes était aussi claire : “des risques importants, rappelés à plusieurs reprises par les autorités compétentes, n’ont toujours pas été pris en compte. Il revient à l’ordonnateur de faire réaliser rapidement des études sur les investissements nécessaires et leurs coûts, comme il s’y est engagé, et de faire procéder aux travaux prioritaires de mise en sécurité “.

LE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE OUVRE UNE ENQUÊTE

Après l’incendie le Procureur de la République a décidé d’ouvrir une enquête. Il s’interroge en effet de savoir si le bâtiment aurait brûlé de cette manière s’il avait été aux normes de sécurité incendie. La responsabilité de E.Piolle est engagée.

REFUS DU DROIT DE RETRAIT AU PERSONNEL

D’autant plus que par la voix de Maud Tavel l’intransigeante Adjointe au Personnel (Verts/PG) il a refusé au personnel le droit de retrait. Inquiet par les suies, le risque d’amiante celui-ci souhaitait que les analyses soient effectuées avant la reprise du travail. Eric Piolle est passé outre le principe de précaution.

E.PIOLLE RENVOIE TOUT APRÉS LES ÉLECTIONS

La municipalité exsangue est incapable d’assurer ces tâches de base. Eric Piolle joue la montre et renvoie à après mars 2020 toutes ces dépenses auxquelles il ne peut pas faire face. On comprend pourquoi il refuse de débattre de son bilan et se réfugie dans les opérations marketing.

LE PROJET DE LA SOCIÉTÉ CIVILE APPLIQUE…

La réfection de la seule salle du conseil municipal est d’un coût de l’ordre de 500 000€. N’étant plus assurée du fait de sa “sinistralité élevée” (première pour la délinquance) le budget municipal devrait supporter seul ces dépenses. Il en est incapable. Le collectif pour la société civile préconise depuis 2 ans l’abandon de ce bâtiment, d’utiliser la salle des délibérations de la Métro pour les réunions du conseil Municipal afin de réaliser des économies d’échelle. Eric Piolle vient d’appliquer sous la contrainte l’un des points de ce programme.

RÉÉLECTION DE PIOLLE : NOUVELLE HAUSSE DES IMPÔTS

Mais avec ces faux citoyens, le soutien de “Nouvelle Donne” (!) il réitère à l’identique la campagne de 2014 sans une once d’imagination espérant tromper les Grenoblois deux fois. Alors que sa réélection le contraindrait à une nouvelle hausse massive des impôts.

Alain Carignon a parfaitement résumé la situation en quelques mots :

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *