ESPLANADE : LA BÉTONISATION AVANCE

La question est de savoir si Eric Piolle osera procéder à la destruction de la ceinture verte du nord de l’esplanade en 2019 ? Environ 140 platanes sont menacés , le boulodrome rayé de la carte pour construire près de 1000 logements dont 50 % de HLM.

V.FRISTOT, C.GARNIER, M.BOILEAU (Verts/Ades) AUX AFFAIRES depuis 1995

Avec les bétonneurs Maryvonne Boileau, Christine Garnier et Vincent Fristot, trois élus “historiques” des Verts/Ades du clan Avrillier qui sont pratiquement aux manettes de l’urbanisme depuis 1995, il a inauguré récemment deux nouveaux immeubles route de Lyon. Il en reste… 6 à construire.

UN DISCOURS DITHYRAMBIQUE ….

En habitant ces immeubles « On peut quasiment toucher du doigt la Chartreuse » a affirmé Vincent Fristot. Mais la voir ? Il l’affirme aussi.

Bien entendu le même discours dithyrambique est prononcé chaque fois par le Maire, Président d’Actis : Géothermie, bois, système d’isolation ultra renforcé … Un peu plus loin les habitants de l’immeuble Solaris sur la Presqu’ile avaient entendu le même discours d’Eric Piolle venu inaugurer leur immeuble.

… ET UNE RÉALITÉ CATASTROPHIQUE

Puis lorsque des sifflements permanents insupportables des systèmes innovants se sont fait entendre, qu’il a été impossible d’obtenir une température correcte l’hiver, qu’il fallait faire chauffer des bassines d’eau pour prendre sa douche, le Maire était aux abonnés absents.

192 PARKINGS POUR 2500 à 3000 HABITANTS

A l’esplanade les immeubles inaugurés comptent trente logements en locatif social et 39 en locatif privé. Au total lorsque les 8 immeubles seront construits la municipalité a généreusement prévu… 192 places de parking.

Pourquoi d’ailleurs en avoir maintenu alors que le visionnaire Vincent Fristot avait annoncé aux habitants de l’esplanade qu’il n’y aurait bientôt plus de voitures ?

SUPPRESSION DES 800 PLACES de STATIONNEMENT

En parallèle d’ailleurs la municipalité va tout simplement supprimer les 800 places de stationnement de l’esplanade privant sans ménagement nombre de salariés et de consommateurs de la ville d’accès à Grenoble.

SUR LA PRESQU’ILE, Y.MONGABURU (Ades) A TOUT FAUX

Partout elle répète ses dogmes sans jamais s’adapter à la réalité. N’est-ce pas un autre sous-phare local de l’occident, Yann Mongaburu (groupuscule Hamon+ Ades) qui avait répété pour la presqu’ile, sans réfléchir, ce qu’un technicien avait du lui faire avaler : « de 50 000 déplacements par jour sur la Presqu’île, dont 55 % réalisés en voiture (actuellement NDLR) on devrait compter 120 000 déplace­ments en 2030, mais avec tou­jours 50 000 en voiture, dont la part modale sur ce secteur descendrait ainsi à 20 % »(!).

ESPLANADE : LES MALHEUREUX ACQUÉREURS SPOLIÉS

Il suffit de passer en transports en communs, à pieds, à vélo ou en voiture sur la presqu’ile pour vérifier combien ces annonces ridicules sont vérifiées.

A l’esplanade les mêmes causes devraient produire les mêmes effets. Côté valeur des biens, les malheureux acquéreurs ne devraient pas échapper aux effets de cette “mixité” qui produit également tant de résultats probants!

UNE COMMERCIALISATION DIFFICILE

De plus la municipalité n’a pas prévu de démolir les ateliers municipaux situés à environ… 3 mètres d’appartements en construction avant 2021. Car, comme tout, ceci est également renvoyé après les élections…

En l’état, les particuliers se montrent frileux pour acheter rapporte le site d’information en ligne Place Gre’Net. C’est le moins qu’on puisse dire. « La commercialisation n’est pas possible avec un tel voisinage ! », s’indigne Jean-Louis Féry l’un des investisseurs de la foncière lyonnaise.

LES ÉLÉVES N’AURONT PAS D’ACCÉS à L’ÉCOLE

Enfin en inaugurant Eric Piolle n’a pas fait allusion à son “engagement” non tenu : la réalisation d’une passerelle sur l’Isère afin de permettre aux élèves de rejoindre l’école Simone Lagrange. Comme tout le temps, dans toute la bétonisation de la ville, l’école est une variable d’ajustement.

Le collectif de la société civile avec Alain Carignon défend un concept opposé : les besoins en espaces verts, en équipements scolaires, sportifs , de loisirs doivent être définis au préalable de toute urbanisation. D’où le moratoire qu’il prône afin d’établir cet inventaire des besoins.

ESPLANADE : CUMUL des TRICHERIES de la MUNICIPALITÉ PIOLLE

Le dossier de l’esplanade sera emblématique des tricheries de la municipalité Piolle : plus dense à l’hectare que le projet Destot, absence totale de co-construction puisque Union de Quartier et Union des Commerçants se sont opposées au projet, absence de parkings suffisants, absence de services publics en premier lieu d’accès à l’école ! Enfin abattage des platanes qui forment la dernière ceinture verte de la ville au nord.

Eric Piolle osera t-il continuer en 2019 pour rendre irréversible cette destruction ?

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *