HARO SUR LE PROJET NEYRPIC de 24 000 M2 de SURFACE COMMERCIALE

A quelques centaines de métres de l’entrée de Grenoble, la municipalité (PC) de St Martin d’Hères a programmé 24 000 M2 de surfaces commerciales sur le site de Neyrpic. Le nouveau centre commercial gigantesque devrait ouvrir ses portes en 2020.

Tout les observateurs s’accordent pour juger que ce sera la fin du commerce Grenoblois : la première victime sera le centre commercial de la caserne de Bonne, le plus proche.

QUE RESTERA T IL DU COMMERCE GRENOBLOIS EN 2020 ? 

Mais que restera t il du commerce Grenoblois en 2020 si rien ne change, compte tenu des baisses de chiffres d’affaires enregistrées depuis des mois et publiées par les notes de conjoncture de la Chambre de Commerce et d’Industrie ? La vacance commerciale est exceptionnelle et les rideaux baissés en augmentation constante.

LES ÉLÉMENTS de LANGAGE CIBLENT NEYRPIC POUR FAIRE OUBLIER AUJOURD’HUI

Pour détourner de ses responsabilités la municipalité Piolle (Verts/PG) a décidé de faire haro sur le projet de David Queiros le Maire de St Martin d’Hères. Les éléments de langage répétés ont été distribués et tous les élus de la majorité municipale vont répétant autour d’eux qu’il faut « sauver le commerce » et se battre contre le projet Neyrpic. Les Rouge/Verts bombent le torse,  se font les défenseurs des commerçants qu’ils appellent à se rallier à leur panache rouge.

LA MANOEUVRE EST GROSSIÉRE 

La manoeuvre est grossière mais il s’en trouve toujours quelques uns pour marcher. C’est toujours ça de gagné. Par exemple pour Christian Offmann, président de La­bel’Ville en effet : « s’il faut retenir un seul mot qui ré­sume la situation c’est “in­quiétude” et même “grosse inquiétude” avec l’arrivée du projet commercial Neyr­pic » ( DL du 3/12/17). Inquiet pour 2020 mais pas en 2017 sur la politique de la municipalité.

POUR RÉSISTER à NEYRPIC GARDER UNE VOIE D’ACCÉS 

Mais  si Eric Piolle voulait aider le commerce Grenoblois face au projet Neyrpic il conserverait d’abord une voie d’accès automobile par  Agutte Sembat afin de permettre aux consommateurs d’accéder au centre ville aussi par ce moyen. Car en fermant l’entrée Grésivaudan,  il contribue au premier chef au succès du centre commercial Neyrpic.

LES CONSOMMATEURS SERONT DIRIGÉS SUR LE NOUVEAU CENTRE COMMERCIAL 

Les consommateurs du Grésivaudan qui se heurteront à un Grenoble fermé laissant subsister des itinéraires volontairement ultra compliqués, auront juste un coup de volant à donner à gauche en arrivant bd Jean Pain. Le fournisseur de clients de Neyrpic s’appelle Eric Piolle. Ils trouveront tous les parkings  sur place. Ce qui est tout de même étrange par rapport au discours tenu par les élus de la Métropole selon lesquels la voiture sera bientôt  un dinosaure. La « transition écologique » est bien un alibi idéologique pour imposer aux grenoblois des dogmes préfabriqués.

SI E.PIOLLE VOULAIT AGIR IL FERAIT DE NEYRPIC UNE QUESTION de MAJORITÉ à la MÉTRO… 

David Queiros a beau jeu de demander pourquoi il s’interdirait à St Martin d’Hères ce que la municipalité PS sous Dubedout a fait en créant Grand Place, ce que son collègue PCF d’Echirolles a fait en créant Comboire etc…

Si Eric Piolle désirait vraiment seconder le commerce Grenoblois, il ferait de Neyrpic une question de majorité à la Métro : Les élus Verts/Ades/PG gouvernent l’agglomération avec les élus PCF/PS et l’urbanisme dont Vincent Fristot (Verts/Ades) est responsable est de compétence métropolitaine. `

… EN MENACANT de ROMPRE LE CONTRAT MAJORITAIRE 

Il pourrait menacer de rompre le pacte majoritaire si ce projet est conduit alors qu’il est à l’opposé de tous les discours sur la diminution de la part modale de la voiture et qu’il va tuer l’activité commerciale de la ville centre qui subsisterait.C’est beaucoup plus efficace que  » mobiliser les commerçants… »

Sa tentative de détournement  est donc  vouée à l’échec. Le pouvoir d’empêcher ces 24 000 M2 de surfaces commerciales à St Martin d’Hères est dans ses mains. A luid’agir.

SANS ACTION, LA BOMBE NEYRPIC EXPLOSERA EN 2020 SUR UN CIMETIÈRE 

Eric Piolle ne peut pas, en créant  une cible extérieure faire oublier sa responsabilité d’aujourd’hui : la perte d’attractivité, les accès difficiles, la saleté, l’insécurité , la baisse de la valeur des biens, la paupérisation de la ville, les messages anxiogènes d’interdictions de toutes sortes,  c’est maintenant.

La municipalité a le pouvoir d’apporter des réponses tout de suite à ce qui affaiblit l’économie Grenobloise. Elle a aussi celui d’empêcher la nouvelle catastrophe annoncée pour 2020. Mais si elle n’agit pas rapidement à Grenoble, la bombe Neyrpic de 2020 explosera sur un cimetière commercial.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *